Chronique Retour

Album

24/05/21 - Mess

Gojira

Fortitude

LabelRoadrunner Records
styleDeath metal
formatAlbum
paysFrance
sortieavril 2021
La note de
Mess
8/10


Mess

T'façon, je préfère Aphex Twin.

N'y-a-t-il pas plus belle success story française que l'aventure Gojira ?

Des petites salles du sud-ouest de la France jusqu'aux tournées mondiales, le groupe a atteint, avec détermination et talent, tous les objectifs dont rêvent secrètement chaque homme posant un jour ses doigts sur un instrument. Alors oui, ils passent maintenant sur Konbini et Quotidien et on se demande en voyant ça si la situation n'est juste pas simplement en train de déconner tel un bug dans la matrice alors qu'on entend et voit du death metal sur une grosse chaîne de diffusion française, je vous l'accorde.

Mais une chose est sûre, je ne me risquerai jamais à critiquer Gojira.

D'abord parce que la carrière du groupe parle d'elle même. From Mars To Sirius est au panthéon des albums metal les plus importants de ces 20 dernières années. The Way Of All Flesh, The Link, Terra Incognita sont trois excellents albums tout aussi honorables finalement que FMTS. Tout ça en prenant le temps de soigner l'esthétique nature/animaux que le groupe chérit depuis longtemps, Gojira a toujours visé juste. Même quand le groupe, à la sortie de L'Enfant Sauvage, décide de mettre en retrait ses rafales death metal pour tendre vers quelque chose de, certes, plus radio-friendly mais ne perdant jamais l'énergie et l'émotion qui a pavé la route de ses anciens albums (un exercice pas forcément simple dans le death), Gojira a désormais les projecteurs mondiaux braqués sur lui, surtout depuis la sortie de Magma. Un album qui semble peu à peu trouver sa validation dans le temps après avoir été boudé par le noyau historique et bien dur du groupe lors de sa sortie. L'album qui a largement aidé à l'explosion médiatique du groupe à l'international. Belle ironie.

L'Enfant Sauvage et Magma s'étaient éloignés des standards de violence et de technicité des premiers albums et j'étais persuadé que pour ce nouvel effort intitulé Fortitude, Gojira allait nous tenter encore plus de choses qui cherchent à fusionner un death metal exigeant avec des éléments pop / psyché plus directs pour créer une émotion saisissable pour tous. Je les voyais même encore plus lever le pied après le déjà « un peu mou » Magma.

Dans un sens, et c'est la première chose qui éclate aux oreilles, nos Frenchies sont énervés et bien décidés à écraser les ennemis de la nature pour ce retour. Il suffit d'écouter la première piste "Born From One Thing" pour comprendre que Gojira n'a pas l'intention de nous offrir un album contemplatif et subtil mais plutôt une déclaration de guerre contre tous les ennemis de l'écologie, un thème cher à Gojira depuis plus de 20 ans maintenant.

Et quoi de mieux qu'un retour en fanfare avec une pléthore de titres explosifs pour faire taire les critiques d'un Gojira qui serait devenu "un poil mou quand même" (qui a dit ça ? Ah oui, c’est moi). "Born From One Thing", "Grind", "Hold On" ou "Into The Storm" sont des énormes patates chaudes qui, pour certaines, contiennent des breaks de gros bourrins pas fute-fute qui sauront ravir les fans qui réclament de nos Français un death qui, dans sa plus pure tradition, sait aussi déployer une violence sonore avec seulement 3 neurones et deux grosses caisses. On se risquait à bailler sur certains titres de Magma, ne nous le cachons pas, c'est donc une joie de retrouver un album qui exerce à nouveau un rentre-dedans peu subtil tout du long.

Petit détour mais le dernier album de Cannibal Corpse a été acclamé pour sa qualité alors que le produit final n'est finalement qu'une énième copie de copie de ce qu'ils faisaient déjà auparavant. Il serait donc peu honnête de critiquer Gojira sur ce point tant Fortitude sait se métamorphoser en une bête sauvage qui n'avait pas été réveillée depuis Terra Incognita. Je m’étais toujours demandé si Gojira reviendrait un jour sur des terrains proches de ceux partagés, fût une époque, avec Nostromo, j'ai désormais ma réponse et elle est positive.

Mais en plus de revenir vers ses chemins préférés d'un death metal / groove metal qui tabasse direct sans détours façon Morbid Angel, les Français sont désormais armés d'une production gigantesque et d'une volonté de toujours plus imbriquer leur point du vue du rapport qui lie les hommes à la nature via différents niveaux de lecture. Certains sont concrets comme le titre tribal "Amazonia" forcément inspiré des plus grands classiques de Sepultura, un groupe pour lequel Gojira n'a jamais caché son admiration mais également le très spatial "Another World" qui, comme "The Chant", convainc moins en single mais apporte un souffle de haute volée dans le fil rouge de l'album pris dans son ensemble. "The Chant" fut, et est encore un grand débat sur Fortitude. Le titre est-il réellement mauvais ? A ça, je répondrai que s'il n’est pas le plus abouti ni le plus complexe des morceaux de la carrière du Gojira, force est de reconnaître qu’inséré au milieu de cette débauche de violence, "The Chant" devient (comme "Another World") une sorte de divagation sonore philosophique nécessaire pour nourrir correctement ce qui fait la force des derniers albums de Gojira, toujours capable de ralentir et « se poser » pour réfléchir sur ses aspirations métaphysiques et concrètes qui finalement hantent les hommes depuis des millénaires avant de retourner sur notre champ de bataille moderne.

Fortitude n’égalera pas la qualité de From Mars To Sirius mais lorsqu’un projet tel que Fortitude mixe avec audace la violente technicité originelle du groupe avec ses nouvelles aspirations groovy/hypnotiques pour toujours mieux alerter sur notre situation désespérée, Gojira mérite une fois de plus toute notre attention et certainement nos bonnes grâces.

***

Tracklist de Fortitude :

1. Born From One Thing
2. Amazonia
3. Another World
4. Hold On
5. New Found
6. Fortitude
7. The Chant
8. Sphinx
9. Into The Storm
10. The Trails
11. Grind

 

Les autres chroniques