Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Gojira

L'Enfant Sauvage

LabelRoadrunner Records
styleMetal Extrême moderne
formatAlbum
paysFrance
sortiejuin 2012
La note de
U-Zine
7/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Désormais, la sortie d'un album de Gojira est un évènement mondial dans le monde du métal extrême. Impossible de passer à coté, et tout ça grâce à la machine de guerre Roadrunner. Inutile de préciser que les quatre gaillards de Ondres sont attendus au tournant après le succès de The Way of All Flesh, même s'il n'était pas unanimement applaudit par les critiques, surtout par chez nous. L'Enfant Sauvage aura pris son temps, après les tournées interminables et les annonces de sortie d'un ep pour Sea Shepherd. Finalement le voilà, et il aura fallut du temps pour le juger correctement.

Car un album de Gojira ne s'avale pas comme un vulgaire paquet de chips, et qu'il a besoin de temps pour se bonifier. Faisons ça dans l'ordre en commençant par la diffusion du single. Déroutant. J'avais apprécié, sans pour autant sauter au plafond. Un air d'inachevé, comme si le groupe s'était retenu d'aller plus loin. Le temps passe, mon avis ayant le temps d'osciller entre « c'est classe quand même » et « ouais bof quand même ». Un m.Kekchoz pas rassuré, et le pauvre leak radio de Liquid Fire me convainc d'attendre l'album complet avant de dire quoi que ce soit.

Je l'avoue, moi aussi j'ai tiré la grimace quand j'ai écouté pour la première fois l'intégralité de L'Enfant Sauvage. Il me paraissait évident qu'il allait se bonifier, c'est pourquoi je suis resté optimiste, mais quand même : Abus de slides et harmoniques, des structures vues et revues, du Gojira déjà fait, du Gojira en roue libre qui perd un peu de sa saveur. Puis les écoutes passent, sortent du lot Born in Winter, court crescendo placé en fin de parcours, et The Gift of Guilt, morceau en tapping, lent et atmosphérique, qui rappel un peu Global Warming, version sous Valium, mais très enivrant, puis Liquid Fire qui prends toute son ampleur avec ce son dantesque (par contre, là-dessus, aucun doute, le son est génial).

Il m'aura fallut plusieurs semaines pour apprécier L'Enfant Sauvage dans son intégralité, subjectivement, je l'adore, vraiment, et si la note finale n'est pas aussi haute, c'est aussi parce qu'il faut bien laisser parler sa tête de temps à autres. Gojira en roue libre, c'est vraiment en ces quelques mots qu'on pourrait qualifier cet album. Je pense simplement que Gojira a trouvé sa recette, on l'a connu plus inspiré, oui, mais je pense qu'on retrouvera cette même recette à l'avenir. De la même manière que Slayer a sa recette, et n'a pas toujours été au sommet de sa forme, pourtant plusieurs fans adorent leurs discographie entière, et pour cause, il n'y a pas de mauvais album. Même chose pour Gojira !

Je pense avoir été assez explicite sur mon ressenti sur cet album, mais concrètement et musicalement, à quoi vous attendre ? Vraiment, à du Gojira tout craché, à la sauce The Way of All Flesh, en beaucoup plus Terre à Terre, avec beaucoup moins de notes. On sent que le groupe a voulu simplifier le propos, ils sont peut-être allé trop loin dans la simplification, il faut trouver un juste milieu. Egalement l'impression que Gojira s'empêche d'aller plus loin, s'auto-censure en quelque sorte, pour éviter d'en faire trop ? Allez savoir, tout ce que je sais c'est que ça laisse un tout petit goût d'inachevé !

Et même s'il est très bien, nous sommes en face du moins bon album de Gojira ! Frustrant ! Il l'est d'autant plus d'écouter cet album juste avant Of Blood and Salt (de l'ep pour Sea Shepherd) et de constater que ce titre est meilleur que n'importe quel morceau de L'Enfant Sauvage. A maturer sur scène !

01. Explosia
02. L'Enfant Sauvage
03. The Axe
04. Liquid Fire
05. The Wild Healer
06. Planned Obsolescence
07. Mouth of Kala
08. The Gift of Guilt
09. Pain Is a Master
10. Born in Winter
11. The Fall

Les autres chroniques