Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

In Flames

A Sense of Purpose

LabelNuclear Blast
styleDeath metal mélodique
formatAlbum
paysSuède
sortieavril 2008
La note de
U-Zine
6/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Crise d’urticaire pour les uns ou véritable fête pour les autres, les sorties récentes d’In Flames sont autant d’occasions de se retrouver autour de l’échafaud pour débattre du politiquement correct ou non. Des levers de rideaux devenus de plus en plus récurrents et ayant moins le mérite de ne laisser personne sur le carreau et dans le meilleur des cas de diviser l’opinion publique. À savoir, partager les foules avec une scission prégnante entre les fans du premier matin et les tout nouveaux aficionados de la dernière heure, plus frêles et largement plus enclin à supporter les nappages caramélisés des Suédois. Car au rayon satinage et confiseries mélodiques, ce nouvel opus baptisé A Sense of Purpose (l'âge de raison ?) contient tout ce qu’il faut en matière de boulimie. À tel point qu’une frôle parfois l’indigestion lorsque le groupe oublie de se remuer sur sa chaise encore campé dans les préceptes de Come Clarity. Le tact nécessaire et un peu plus de fougue à l’arrivée pour éviter le burlesque.

Engagez-vous qu’ils disaient à l’approche du premier single et de l’ouverture de l’album. Et figurez-vous que l’on s’est volontiers jeté à pieds joints à l’approche du premier single « The Mirror’s Truth », un prélude roulant des mécaniques et surtout plus intrépide que les dernières miettes laissés par son prédécesseur deux ans auparavant. Oui mais voilà, les choses se gâtent et le ciel s’assombrit à l’aube du deuxième morceau, état de fait absolument dommageable pour une formation de la trempe d’In Flames. Un simpliste « Disconnected » mettant à mal tous nos espoirs avec une empreinte moins rude, un univers moins pêchu et une aura mélodique un peu poussive.


Ce que l’on pourrait d’ailleurs reprocher à In Flames tout au long de cet album, c’est bien le côté aseptisé voir trop huilé de sa mécanique autour de titres tel que « Delight The Angers », « Sleepless Again » ou encore « Move Through Me ». La demi-mesure flanquée par les couplets n’est jamais dans le coup voir dans le vrai et l’on peine à trouver des accents chatoyants malgré des accents mélodiques particulièrement bien agencés et noyés dans l’afflux constant de bidouillages et programmations. Depuis les remplacements provisoires de Jesper et son implication au sein de Dimension Zero, on sent bien que les Suédois ne sont plus dans leur assiette et ont du mal à raccrocher à un style qu’ils ont contribué à façonner.


La vraie subjectivité dans cet état de fait ne serait-elle pas de faire abstraction du passé et des moments de gloires du quintet ? On serait tenté de dire non, car même dans les titres phares, la formation se retrouve quelque peu à bout de souffle sur « Alias », un second single ravivant les flammes de " My Sweet Shadow" (la virulence en moins et l’indolence en plus ) ou encore le très langoureux « The Chosen Pessimist » qu’aurait pu très bien pu tenir en main un Bono de U2.

Alors oui, In Flames n’est plus le grand conquérant que l’on a pu connaître au détour de Colony voir même de Whoracle, mais parvient tout de même à retrouver ses aises (et il était temps) sur les quatre morceaux ponctuant son album avec parcimonie et équilibre. Balance des couleurs, contrepoids des riffs à la faveur d’une énergie retrouvée, le groupe retrouve la vitalité qui lui manquait au tout début grâce notamment à un Daniel ayant cessé ses gamineries sur ces toms. « March To The Store » et « Sober and Irrelevant » demeurent les grands sursauts de ce A Sense of Surpose où le groupe ne lâche pas la barre et résiste par le biais de solos et mélopées lyriques bien mises en avant par les deux manches de nouveaux soudés.

In Flames a bien failli frisé la correctionnelle sur cet opus que l’on attendait fermement comme un sursaut improbable de la formation. Au lieu de ça, le groupe nous propose une galette en demi-teinte avec de forts bons accents mélodiques, mais une section rythmique ayant oublié de passer à la pompe pour éviter la panne sèche. Certains crieront au scandale, d’autres y verront une nouvelle manière pour la formation d’explorer de nouveaux horizons. Qu’importe, l’ancien In Flames n’est malheureusement plus et cette sortie l’exprime une nouvelle fois à sa propre façon.

1. The Mirror's Truth
2. Disconnected
3. Sleepless Again
4. Alias
5. I'm the Highway
6. Delight and Angers
7. Move Through Me
8. The Chosen Pessimist
9. Sober and Irrelevant
10. Condemned
11. Drenched In Fear
12. March To The Shore

Les autres chroniques

Album

nov. 1995 U-Zine

In Flames

The Jester Race

Album

oct. 1997 U-Zine

In Flames

Whoracle

Album

mai 1999 U-Zine

In Flames

Colony

Album

juil. 2000 U-Zine

In Flames

Clayman

Album

sept. 2002 U-Zine

In Flames

Reroute To Remain

Album

mars 2004 U-Zine

In Flames

Soundtrack to your escape

Album

févr. 2006 U-Zine

In Flames

Come Clarity

Album

juin 2011 Michael

In Flames

Sounds of a Playground Fading

Album

sept. 2014 Michael

In Flames

Siren Charms

Album

sept. 2016 Michael

In Flames

Sounds from the Heart of Gothenburg

Album

nov. 2016 Michael

In Flames

Battles

Album

mars 2019 Rodolphe

In Flames

I, the Mask

Album

août 2020 Michael

In Flames

Clayman (Réédition)