Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Machine Head

Through The Ashes Of Empires

LabelRoadrunner Records
stylePower/Thrash Métal
formatAlbum
paysÉtats-Unis
sortieoctobre 2003
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Nous attendions le nouvel album de Machine head "Through the ashes of empires" avec impatience et angoisse (du moins pour moi), au vu d'un 4eme album (Supercharger) plus que décevant, qui n'avait pas obtenu un succès des plus flagrant, tant sur le plan de la qualité que des ventes en Europe (ne parlons pas des ventes US, MH n'a jamais vraiment eu un public très important sur leur terre natal...), nous étions donc en droit de nous interroger sur les capacités du groupe de Flynn à rebondir.


Force est de constater que oui, il y a une vie après Supercharger... Au revoir monsieur Ahrue Luster (partie chez Ill nino), bonjour Phil Demmel (ex membre de Vio-lence, l’ancien groupe de Robb Flynn), pour un son beaucoup moins mélodique que son prédécesseur. Alors, concrètement, qu’est ce que ça donne ? … On démarre l’album à cent à l’heure par "Imperium", une chanson qui n’a pas à rougir fâce au "Davidian" de Burn my eyes, tant la puissance des riffs est au rendez-vous, au même titre que la rage dégagée dans le chant par Robb Flynn (la fin de la chanson est énorme). "Left unfinished" commence par le bruit d’une boite à musique (laquelle est souvent désagréable auditivement en live) pour exploser brutalement. L’approche de cette chanson rappelle un peu "Trephination", et l’apport de la seconde voix dans celle ci d’Adam Duce (comme sur "All Falls Down" et "Descend The Shades Of Night) apporte une richesse supplémentaire indéniable. Robb Flynn déverse dans cette chanson toute la souffrance vécut dans son enfance, ses parents l’ayant abandonné à l’âge de 5 ans. Depuis 1999 et l’album The burning red (avec la chanson boulversante du même nom), Robb Flynn n’hésite pas à replonger dans son passé, nous faisant partager son malheur à travers ses textes.

Un certain nombre des chansons suivantes restent de bonne facture, mais manque d’accroche, de mordant dans les riffs, c’est le cas notamment de "Elegy" ou bien encore "Vim", qui tombe un peu plus dans la banalité. Il faut parfois attendre la dernière partie de ces morceaux pour commencer à prendre son pied.
Autre point notable de l'album, la durée des chansons, qui vogue entre les 5 ou 6 minutes, évitant les chansons toute faites et accrocheuses directe, comme l'ont été certaines de Supercharger (la chanson finale "Descend the shades of night" clôturant l’album (la chanson douce de l'album) durant même pas loin de 8 minutes). On sent un réel effort à chaque chanson de faire durer un maximum le plaisir sur la longueur. Dave McClain fait cogner sa batterie comme jamais, et Phil Demmel montre une habilité et un dynamisme bien plus conséquent que Ahrue, aussi bien en studio que sur scène

Sans parler de véritable petit bijoux finalement, on sent l'envie du groupe de retourner à un son plus thrash et brut, comme à la bonne vieille époque de Burn my eyes 10 ans en arrière...
même si l'ensemble sent quand même le réchauffer, même si quelques chansons ne présentent pas énormément d'intérêt, au point de se lasser de celles çi après plusieurs écoutes (sur une bonne partie de chaque piste), et si on ne peut voir seulement la chanson "Imperium" comme véritable tube de l’album (la pointure qui peut concurrencer les meilleurs chansons de Burn my eyes, grâce à des riffs bien plus variées, on ressent ça notamment dans la dernière partie de la chanson), on sent la volonté du groupe de refaire surface, avec une musique moins formaté radio, mais plus dans leur style. Leur deux énormes tournées en 2003 et 2004 (la 3eme à venir) pour promouvoir leur nouvel album nous ont confirmé le nouveau départ de ce groupe phare de la scène métal. Machine head forever !!!


1. Imperium
2. Bite The Bullet
3. Left Unfinished
4. Elegy
5. In The Presence Of My Enemies
6. Days Turn Blue To Gray
7. Vim
8. All Falls Down
9. Wipe The Tears
10. Descend The Shades Of Night

Les autres chroniques