Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Machine Head

Machine F**king Head Live

LabelRoadrunner Records/Warner
stylePower Thrash mélodique
formatAlbum
paysÉtats-Unis
sortienovembre 2012
La note de
U-Zine
7.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Il y a un peu moins de 10 ans, Machine Head avait immortalisé un de ses concerts lors de la tournée promotionnelle pour le très controversé « Supercharger ». Si Machine Head a toujours été réputé pour ses shows ravageurs, « Hellalive » sorti en mars 2003, ne plaidait pas en leur faveur. Ce premier album live retraçait toute la discographie du groupe avec une setlist variée mettant l’accent tout de même sur le dernier album studio en date. « Hellalive » pêchait énormément au niveau du son où l’on avait cette impression que tout avait été retouché en studio pour ne rien laisser paraître et donner une impression de perfection. En plus de sonner mou, on le ressentait plus comme un album enregistré live en studio avec des rajouts de foule qu’autre chose. Quel intérêt ?

Pour ce qui semble être la dernière sortie de Machine Head sous le label Roadrunner Records/Warner, le gang d’Oakland livre ici tout simplement un double album live, comme il est coutume de faire chez les Iron Maiden et consorts, à l’époque où les énormes coffrets live sont légions. Cependant, le groupe semble avoir appris de ses erreurs et ce « Machine Fucking Head Live » pourrait vous surprendre.

Capté lors de la première tournée européenne après la sortie d’ « Unto The Locust » vous n’aurez donc aucune surprise concernant la setlist si vous étiez présent au concert parisien (hormis la présence de « Who We Are »). Le nouvel album studio des américains est interprété dans sa quasi totalité à l’exception d’un « Pearl Before The Swine » qui n’a été que très peu joué pour le moment. Chaque album est représenté par au moins un titre. On pourra, cependant, déplorer la présence de trop peu de morceaux des deux premiers opus (« Old », « Ten Ton Hammer » et « Davidian ») là où Hellalive nous réservait des surprises avec un « None But My Own » ou encore « Take My Scars » qui se fait désormais trop rare.
Enfin arrêtons d’être tatillon après tout il est normal que le groupe mette en avant son dernier bébé ainsi qu’un « Blackening » qui ont ramené le groupe au sommet.
Comme le dit si bien Joel McIver (auteur/biographe) qui vient tout juste de sortir « Inside The Machine » : « Dans cinq à dix ans, les plus grands groupes du genre auront arrêtés ou seront morts. S’il y a bien un groupe qui puisse prendre leur place, c’est Machine Head. Alors qu’ils rentrent dans leur troisième décennie ils sont actuellement au top de leurs forces ». Et cette nouvelle sortie tend à le confirmer.

Il est clair que la scène a toujours été un des terrains de chasse favoris pour Robb Flynn et les siens. Reconnu pour prendre une toute autre ampleur en concert, ce second essai live retranscrit la chose à merveille. Aucune retouche studio et pas d’overdubs insupportables, Juan Urteaga et Robb Flynn (qui se sont occupés du mixage) ont laissés les choses telles quelles et ça c’est plaisant. Enfin un live qui sonne VRAI et VIVANT. Aujourd’hui un concert de Machine Head, ce sont des titres qui vous écrasent (« I Am Hell », « Imperium », « Aesthetics Of Hate »), des classiques (« Old », « Davidian », « Ten Ton Hammer »), des power balades (« Darkness Within »), des back vocals complètement faux d’Adam Duce (« Halo », « I Am Hell », « This Is The End »…), des envolées guitaristiques entre Phil Demmel et Robb Flynn mais c’est aussi et surtout une réelle communion avec son public qui se donne tout autant en fosse.
Pour avoir vu le groupe plus d’une dizaine de fois, c’est bien en live que je préfère écouter Machine Head et pour tout vous dire, ce double album m’a tout simplement procuré un grand plaisir car tous les ingrédients que constituent des shows souvent marquants sont ici présents. Si le père Robb Flynn répète plus ou moins le même discours depuis des années, les américains ont ici choisi la sincérité en allant jusqu’à assumer leurs pains commis sur ce concert (Dave McClain qui perd sa baguette sur « Imperium » à 1 :54) et ne pas les retoucher.
Un des autres points forts, contrairement à Hellalive, cette ambiance forte que l’on retrouve à chaque concert du groupe, lorsque je vous parlais de communion avec le public, nombreux sont les moments où le public donne de la voix comme sur le break mélodique d’un « Beautiful Mourning », sur l’outro de « Darkness Within » ou encore sur le cultissime « Let freedom rings with a shotgun blast » de « Davidian ». La foule est omniprésente et vous remémorera à coup sûr votre expérience si vous avez vous même eu la chance de voir la groupe.

En somme, je ne pourrai que vous recommander l’achat de ce « Machine F**king Head Live » si vous êtes vous même fan du groupe ou si vous voulez revivre l’expérience d’un live de Machine Head. Cependant ce double album sent tout de même la sortie de fin de contrat et c’est dommage car les américains disposent d'énormément de ressources pour sortir un coffret live digne de ce nom (des caméras accompagnent le groupe chaque soir ou presque depuis la sortie de « Blackening ») avec notamment cette fameuse date au Bloodstock Open Air fêtant les 20 ans du premier concert donné sous le nom de Machine Head avec pas moins de 5 titres issus de « Burn My Eyes » (dont « A Thousand Lies », « Death Church » et « Blood For Blood »). Ce genre de choses auraient justement pu finir en bonus de ce live qui pour son édition limitée, hormis les démos de « Locust » et « This Is The End », contient toutes les covers enregistrées par les américains, chose qui figurait déjà sur la réédition de « Blackening »…

Quand bien même, « Machine F**king Head Live » reste un bon investissement, on ne va tout de même pas bouder le plaisir que de revivre un concert du groupe d’autant plus que le rendu est vraiment bon et vivant, chose assez rare pour le souligner sur les albums lives de nos jours.


CD 1 :

1-I Am Hell (Sonata In C#)
2-Be Still And Know
3-Imperium
4-Beautiful Mourning
5-The Blood, The Sweat, The Tears
6-Locust
7-This Is The End
8-Aesthetics Of Hate
9-Old

CD 2 :

1-Darkness Within
2-Bulldozer
3-Ten Ton Hammer
4-Who We Are
5-Halo
6-Davidian

Les autres chroniques