Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Machine Head

Bloodstone & Diamonds

LabelNuclear Blast
stylePost-Thrash / Groove metal
formatAlbum
paysÉtats-Unis
sortienovembre 2014
La note de
U-Zine
5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Depuis l’arrivée de Phil Demmel en 2002 et la sortie du très bon « Through The Ashes Of Empire » l’année suivante, Machine Head connaît sa plus longue période de stabilité qualitativement parlant. Le groupe regagne l’intérêt des foules et met tout le monde d’accord avec la bombe « The Blackening » en 2007. S’en suivent des tournées mondiales pendant de longs mois en compagnie de gros noms (Metallica, Slipknot) : le groupe n’a semble-t-il jamais été aussi fort.

Robb Flynn et les siens ont trouvé la bonne recette et tentent de la bonifier avec « Unto The Locust » (2011), qui a la lourde tâche de succéder à un album frôlant la perfection. Si pour moi le pari est réussi, l’album reçoit un accueil mitigé, la marche étant visiblement trop haute.

Cette situation de confort fini par éclater avec le déchirement entre Adam Duce, bassiste de toujours, et Robb Flynn dont les querelles atteignent un point de non retour. Les thérapies de groupes n’y peuvent plus rien, l’histoire de Machine Head continuera de s’écrire sans Adam Duce, laissant Robb Flynn comme seul membre fondateur du groupe. Le quatuor d’Oakland ne sera plus jamais le même, quelque chose vient de se casser. Après avoir lancé des auditions via internet, les américains choisissent d’introniser Jared MacEachern (Sanctity) pour succéder au grand blond. Pas une mince affaire lorsque l’on part avec les désavantages d’être roux et canadien…

Rajoutez à cela un départ de son label de toujours, Roadrunner Records, pour signer chez son concurrent le plus direct, Nuclear Blast Records. Un chapitre s’est clôt et dire que ce « Bloodstone & Diamonds » est attendu de pied ferme est un euphémisme. Mais ne tournons pas autour du pot, car si l’édition digibook de 48 pages est magnifique, le contenu ne suit pas.

Vous ne serez pas surpris d’apprendre que « Bloodstone & Diamonds » ne sort en aucun cas des sentiers battus. En effet, ce huitième album studio est très proche des trois dernières sorties du groupe, reprenant une nouvelle fois la même recette. Et ce n’est pas ce « Now We Die » d’ouverture qui me contredira. Outre la présence d’un quartet de violoncellistes sur l’introduction et le refrain, nous y retrouvons tous les éléments qui font le succès du groupe post « Blackening » : la rythmique solide de Dave McClain, une mélodie entêtante, un break lourd avant l’excellent solo de Phil Demmel et les fameuses harmoniques si caractéristiques du groupe.

Un premier titre solide, maîtrisé et sans dérapage, caractérisant bien le Machine Head d’aujourd’hui. Après avoir sorti le monstre « The Blackening », les américains peinent à se renouveler, à l’image d’un « Killers & Kings » qui laisse cette désagréable sensation de déjà entendu. Et le réel problème de ce « Bloodstone & Diamonds » est bien là. Si sur les deux précédents opus, le groupe avait pris la décision de réduire considérablement le nombre de titres afin d’en garder le meilleur, ici ce n’est clairement pas le cas. 12 titres pour 71 minutes, c’est long, très long. Surtout lorsque le très bon côtoie le très mauvais.

Dans les bons titres nous retiendrons le mélodique « Ghost Will Haunt My Bones », sorte de « Be Still And Know » ou « Now I Lay Thee Down » amélioré, dont le break aux harmoniques « AOC Machine Head » nous rappelle au bon souvenir des deux premiers albums. Mais aussi « Night Of The Long Knives », certainement le titre le plus efficace de l’album, nous montrant que Dave McClain sait toujours élever le tempo et emballer les morceaux. Bordel, c’est pour ce genre de titres qu’on lance un album de Machine Head ! « Eyes Of The Dead », bien que plus complexe, rentre dans cette catégorie aussi. Que c’est bon lorsque cela « thrash » sévère à partir de 4’00 !

Même si, je ne le vous cache pas, je préfère lorsque les américains décident d’être efficaces. A ce titre, force est de constater qu’avec « Sail Into The Black », Machine Head vient d’écrire un de ses meilleurs titres mélodiques à ranger à côté d’un « A Farewell To Arms » ou encore « Darkness Within ». Robb Flynn et les siens affichent un haut niveau de musicalité pour nous offrir un des morceaux les plus poignants de leur discographie.

Mais la chute est lourde. Comment passer du génie de « Sail Into The Black » à la pauvreté de cette deuxième partie d’album ? Que ce soit « Beneath The Silt » qui aurait pu être un bonus de « Through The Ashes Of Empire », l’irritante « In Comes The Flood » sorte de « Halo » du pauvre ou encore « Damage Inside », rien n’est à sauver. La palme revient tout de même à l'horrible « Take Me Through The Fire », sorte de poubelle ou de cimetière à riffs.

Monsieur Robert Flynn, c’est bien beau de cracher sur son ancien label qui réclamait des reprises pour compléter ses albums, mais il aurait été préférable de combler avec une énième reprise de Maiden ou Metallica plutôt que de nous servir cette soupe. Heureusement que le très bon « Game Over » relève le niveau. Même si le chanteur lave son linge sale en public (ce titre est clairement destiné à Adam Duce), la rage qui se dégage des lignes de chant bonifie clairement le titre.

« Bloodstone & Diamonds » est à l’image de l’égo de son compositeur principal. Un album beaucoup trop long pour pas grand chose au final. L’après « Blackening » semble difficile, un peu comme si le costume de « leader » était taillé trop grand pour Robb Flynn. En soit l’album aurait pu être bien meilleur s’il avait été amputé de 4 titres en se concluant sur « Imagine Cells ». A trop vouloir s’attarder sur des détails et arrangements, Machine Head en a oublié l’essentiel : les fondations de ses morceaux. Les américains se compliquent la vie à toujours vouloir faire plus, mais lorsqu’ils reviennent à l’essentiel, cela fonctionne.

C’est avec un pincement au cœur que j’écris ces mots, mais ce « Bloodstone & Diamonds » est la déception de l’année.

1. Now We Die
2. Killers & Kings
3. Ghosts Will Haunt My Bones
4. Night Of The Long Knives
5. Sail Into The Black
6. Eyes Of The Dead
7. Beneath The Silt
8. In Comes The Flood
9. Damage Inside
10. Game Over
11. Imagine Cells
12. Take Me Through The Fire

Les autres chroniques