Live reports Retour
mardi 20 mai 2014 - U-Zine

Mayhem + Merrimack + Saille

Ancienne Belgique - Bruxelles

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Nous somme en 2014, voici donc 30 ans que Mayhem sévit ! Et c’est donc avec une tournée européenne qu’ils viennent fêter « thirty years of pure chaos » comme ils disent ! Et il s’en est passé des trucs en 30ans chez eux ! Des albums cultes, des dispensables, des mecs morts, bref, des hauts et des bas ; on va pas se mentir, le groupe à pas mal perdu de sa superbe aux fils des ans, et même si leur dernier album en date Ordo ad Chaos , sorti en 2007, est plutôt bon (on attend de voir ce que donnera Esoteric Warfare) les 3 fois où j’ai pu voir les Norvégiens m’ont laissé un avis plutôt mitigé. Entre le Hellfest 2008 et son goûter-concert en plein cagnard et celui de 2011 et son « "Liberation by evil" Exclusive special show ! » tout bancal où alors qu’on s’imaginait les plus belles folies de ce concert on a juste eu le droit à Necrobutcher bourré, Hellhammer caché derrière des bouts de cartons couverts de papier alu et un autel apparemment couvert de vrais os humains, mais ça on s’en fout car, pendant tout le concert, dans nos têtes, ils étaient en plastique. Bref, pas de quoi faire rêver, juste la bonne prestation du Metal Mean 2010 pour rattraper le coup.

Donc à la base, avec ces souvenirs en tête, en me levant le matin du concert j’avais vraiment pas prévu d’aller les voir… Mais MERDE ! C’est Mayhem quoi ! Et puis ça sera l’occasion de les voir enfin dans une salle, donc on prend la caisse, on ramasse un pote et zou ! Traçage direction Bruxelles pour les voir l’Ancienne Belgique et bien mal m’en a pris car ce soir, Mayhem fut GRAND !

C’est donc Saille qui ouvre la date de ce soir et pas de bol, je l’ai raté. Tant pis, on en profite pour visiter la salle située en plein centre-ville qui on va le dire, bute un peu sa race ! D’ailleurs, sur Wikipedia (oui, je me renseigne) on peut lire qu’elle est considérée comme une des meilleures salles d’Europe avec une excellente acoustique, et elle a pas usurpé sa réputation la coquine. Mais procédons par étape et penchons-nous sur les Parisiens de Merrimack qui accompagnent Mayhem sur toute la tournée (cocorico !) et qui donneront ce soir une excellente prestation menée par un chanteur possédé qui arrive à réellement dégager une ambiance de par sa gestuelle, son regard, bref un vrai frontman de black ! D’autant que sa performance vocale est clairement à la hauteur. Musicalement on a le droit à des morceaux dans la veine d’un black metal ultra brutal qui ne néglige pas non plus les passages plus posés, axés sur des ambiances plus malsaines, et ce aidé par un jeu de lumières au poil, s’adaptant à chaque situation il renforçait ainsi les ambiances. Excellent concert de Merrimack qui se retrouve là à représenter le Génie Français en matière de BM à travers l’Europe, et qui le fait plutôt bien !

Le temps d’apercevoir un mec en tongs dans la fosse – putain à un concert de black tu t’habilles quoi ! j’espère qu’une paire de rangoes passant par là t’écrasera les pieds tiens, ça te les feras - et l’intro retentit avec Silvester Anfang pendant que les musiciens montent sur scène. Un fois le titre fini, BAM ! D’entrée Pagan Fears ! Parce que si 1984 reste l’année de création du groupe, 1994 est aussi l’année de sortie de De Mysteriis Dom Sathanas, véritable monument du black Metal et meilleur album de Mayhem qui fête donc ici ses 20 ans et qui sera l’album le plus représenté ce soir avec 4 titres joués ! On enchaîne directement derrière avec Deathcrush, qui en live ressort complètement son côté thrash déglingué et permet la formation des premiers moshs dans le pit !

Sur scène, hormis un énorme backdrop et deux drapeaux, ça reste assez sobre, enfin « sobre » n’est surement pas le cas de l’indécrottable Necrobutcher qui passe son temps à lever sa bouteille entre les morceaux ou montre toute sa détermination en jouant de la basse d’une main et en ouvrant une canette de l’autre. Non, sobre dans la mise en scène, pas de flammes, de têtes de porcs ou autres artifices, ici il n’y a que la musique avec un Hellhammer en grande forme ainsi que deux guitaristes qui sortiront une prestation carré. On notera tout de même l’effet visuel intéressant donné par leur guitariste roux qui a passé tout le concert camouflé derrière une cagoule façon Mgla (pour ceux qui doutaient encore de si Mayhem est un groupe fasciste…). Seul Attila dénote vraiment avec son sang et ses inscriptions ésotériques sur son visage, enfoui dans la capuche de sa cape, (on reste tout de même loin de la folie des déguisements de 2007), qui lorsqu’il ne chante pas est complètement dans son monde à essayer de faire exploser son cosmos en agitant n’importe comment ses accessoires, STN : une corde de pendu, un crâne et une croix patriarcale en os qu’il utilise selon le morceau, voire les 3 en même temps en arrivant astucieusement à faire tenir le crâne au dessus de son micro avec ses doigts et démontrant ainsi qu’il a « some skills to use the skull » ! Hahaha…Je…Pardon.

La set list du concert, excellente au demeurant, parcourt toute la discographie du groupe en laissant très peu de temps morts, avec des titres cultes comme Buried By Time And Dust et son riff infernal qui infiltre nos âmes et nous hante, ou encore faisant la part belle à la violence des morceaux rapides (Whore , Symbols Of Bloodswords, A time To Die) ou au contraire fait voyager bien loin dans de morbides contrées, avec le long et lancinant Illuminate Eliminate. On a bien sûr droit à un titre du nouvel album avec Psywar qui passe parfaitement bien en live et n’oublions pas le très dansant To Daimonion et sans surprise le malsain My Death dont je regrette toujours qu’il ne soit pas joué comme à une époque, où la musique s’arrêtait pour qu’Attila lance un "Odium Humani Generis" qui garantissait moult frissons ! Tant pis, la version garde malgré tout son lot de sale vibe à distiller dans nos cerveaux.

Le groupe quitte la scène une première fois afin de permettre à Attila de changer de cape et Mayhem revient avec un enchainement purement dantesque : De Mysteriis Dom Sathanas qui prend littéralement aux tripes avec son ambiance délétère due aux incantations d’Attila, Le plus rock’n’roll Chainsaw Gutsfuck et son riff écrasant, Freezing Moon avec sa froideur implacable et ensorcelante et Carnage/Pure Fucking Armeggedon, afin de finir en beauté sous des assauts punk/thrash qui permirent au public de finir le concert en se tapant sur la gueule voire en perdant toute notion de bienséance et s’adonner au stage diving.

Ces 1h15 de concert ont suffi à prouver que, même si c’est pas aussi bien « qu’à l’époque (même si pas grand monde l’a connu, au final, cette époque…) et que ça ne sera plus jamais comme avant, non, la légende Mayhem n’est pas ternie, ils en ont encore grave sous le pied ! Reste à voir ce que va donner leur nouvel effort studio.