Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Scar Symmetry

The Singularity (Phase I: Neohumanity)

LabelNuclear Blast
styleMelodic Death Metal
formatAlbum
paysSuède
sortieoctobre 2014
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Dire que Scar Symmetry avait été décevant avec leurs deux albums précédents est un euphémisme. Depuis l’intégration de leur duo de chanteurs, le groupe avait de vraies difficulté à se replacer et dans leur style et sur la scène tant leurs compositions étaient hésitantes et peu innovantes. Chercher ses marques, se redéfinir, explorer d’autres horizons, on ne voyait pas quel chemin allait et pouvait prendre Scar Symmetry. Mais ils ne lâchent pas l’affaire et après The Unseen Empire, revoilà les Suédois avec un album qui s’inscrit dans un concept plus long si l’on en croit le titre : The Singularity (Phase I : Neohumanity). Et cela malgré le départ du guitariste Jonas Kellgren l’an dernier. Certains diront que cela fera plus de place sur scène, vu qu’ils sont quand même cinq dont deux chanteurs qui remuent beaucoup !

Je passerai vite sur le concept de l’album qui parlera aux fans de science-fiction. Pas de grosse surprise pour les connaisseurs de Scar Symmetry puisque l’on va parler d’hybrides entre humains et machines à base d’intelligences artificielles (les « artilects » / artificial intellects), ceux qui embrassent le changement et ceux qui s’y opposent. L’incidence sur le disque est surtout contextuelle : des passages parlés sur Cryonic Harvest, une introduction pop prog de très bonne facture (The Shape of Things to Come) et une chanson épique en tout dernier : Technocalyptic Cybergeddon. Non, ne riez pas, c’est un vrai titre.

Si l’on s’arrête d’ailleurs un instant sur ce titre, on remarquera une certaine prise de risque pour faire dans la durée tout en ne vendant pas son âme. La structure est classique : on ouvre en force puis on se pose avec de l’instrumental épique à base de piano et de gros riffs avant de repartir de plus belle. On remarquera quand même la saveur très prog des refrains tout comme la reprise du thème de l’introduction. Ils cherchent donc à montrer qu’ils maitrisent les codes.

Même si un concept est un ouvrage lourd à manipuler, ce qui nous intéresse tout d’abord c’est la capacité de Scar Symmetry de se sortir du marasme dans lequel ils s’étaient enfoncés depuis un moment. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils se sont donnés du mal. The Singularity est un retour en force de par son énergie. En effet, le nombre de titres qui envoient la buchette fait plaisir à voir et à entendre : Technocalyptic Cybergeddon blaste avec virtuosité et Neohuman mêle effets synthétiques et double grosse caisse à fond. Comment ne pas se retrouver à balancer la tête sur le solo de Neuromancers et sa rythmique à la Maiden ?

Et que dire du groove retrouvé ? les refrains de The Spiral Timeshift en chant clair sont vraiment bons et entrainants. D’ailleurs cette caractéristique est une des marques de fabrique du groupe et ils ne se loupent pas sur cet album. Encore un exemple : Neuromancers, et si certains trouveront l’ensemble un peu mielleux avec des refrains un peu trop pop comme le chant clair de Limits to Infinity, on a envie de leur répondre qu’on les préfère au charabia qu’ils ont pu nous faire avant. N’oublions pas aussi que Scar Symmetry est un groupe de shredder et Children of the Integrated Circuit (ne riez pas, bis) en est une bonne démonstration qui aurait sa place sur un disque de guitariste : solo avec écho et nappe de clavier en fond. Vous êtes prévenu !

En lâchant les chevaux et en prenant des risques Scar Symmetry a fait du premier volet de sa trilogie une vraie réussite. Vous reconnaitrez le groupe à la première seconde car ils n’ont abandonné aucun des gimmicks qui font leur personnalité. The Singularity n’est pas un album révolutionnaire dans leur discographie et il n’est en rien un retour en arrière vers les grandes heures de la période Alvestam (l’ancien chanteur). Au contraire, on sent pour la première fois que l’équilibre est là avec la nouvelle formation. L’accent est mis sur le plaisir que l’auditeur va ressentir en écoutant l’album. Et je dois avouer que la foi est revenue. Alors si un jour vous avez cru en Scar Symmetry, il est temps de s’y remettre !

The Shape Of Things To Come
Neohuman
Limits To Infinity
Cryonic Harvest
The Spiral Timeshift
Children Of The Integrated Circuit
Neuromancers
Technocalyptic Cybergeddon

Les autres chroniques