Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Scar Symmetry

Holographic Universe

LabelNuclear Blast
styleExtreme Groovy Metal
formatAlbum
paysSuède
sortiejuin 2008
La note de
U-Zine
8.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Asseyez-vous avec moi, chers amis, nous allons faire une expérience transcendantale. Pour cela pas besoin d'énormément d'artifices: des écouteurs, une position confortable et le troisième album de Scar Symmetry: Holographic Universe. Suivez-moi pas à pas et retrouvez-vous dans cet univers fait de trompe l'oeil telluriques et d'hologrammes auditifs. Il ne me reste qu'à déclencher le compte à rebours de 10 à 0 et vous serez détendus, prêts à pénétrer dans un monde nouveau. 10... 9... 8 ... 7 ... 6 ... 5 ... 4 ... 3 ... 2 ... 1 ... l'expérience commence...

Partons loin, très loin, dans un endroit où vous pouvez ouvrir vos oreilles en grand. Si vous avez déjà été initié à ce genre d'expériences avec un des deux précédents albums, vous n'allez pas être dépaysé. La recette du trip est restée en grande partie la même: autour de deux talentueux guitaristes évoluent trois personnes qui apportent une contribution originale, puissante, et réglée au millimètre. Il vous suffira de vos laisser porter par la voix de Christian Älvestam pour vous convaincre. Il faisait partie des indéniables arguments de vente des Suédois, mais là on reprend tout dans la tronche une troisième fois et la magie marche encore. Le mélange entre les voix death bien profondes et cette voix claire très juste et en même temps très mélodique ne laisse pas indifférent. Alors oui on a le cul entre deux chaises, mais c'est ça aussi le métal moderne. Pour faciliter le passage les premiers titres ne sont pas des monuments de rapidité mais plutôt un reflet de l'aspect mid tempo et surtout archi-mélodique avec des rythmiques catchy à mort, on a presque du mal à reconnaître le groupe du précédent album. Mais non, ils sont là bien en place, et dès la moitié du deuxième titre Timewave Zero, on retrouve cette pêche, ce monstre de puissance qui pointe le bout de son nez. Mais ce n'est que pour mieux se recacher et laisser s'exprimer quelques soli. Je me suis demandé si il n'y avait pas un effet Nuclear Blast derrière tout ça. On retrouve un peu les même chemins que Soilwork a emprunté quand ils ont commencé à faire évoluer leur identité. Précisons que ce n'est qu'une piste de les Suédois semblent emprunter. Et je dois avouer que ça donne à leur musique un côté groovy presque dansant et sexy assez développé, il suffit de brancher vos oreilles sur le premier titre Morphogenesis et vous en saurez immédiatement de quoi je veux parler.

Toujours là? Bien... continuons le voyage, en pénétrant plus loin dans ce qui font les particularités de Holographic Universe: les touches qui tuent. Scar Symmetry nous offre un produit qui ressemble aux précédents mais en y insérant des détails inédits: les petits cris de castrats dans Missing Coordinates ou dans Quantum Leaper, voilà une nouveauté qui fait mouche, ils s'en servent avec parcimonie mais on plonge plus loin encore dans un univers délirant. Côté chant, on trouvera même des refrains assez étranges comme celui de Prism and Gate: enrobé de riffs archi béton, limité brutaux, vient se placer une partie plus aigue que ce à quoi l'on avait été habitué, ça surprend, ça choque, ça demande quelques écoutes avant de s'y habituer.
On notera la présence d'une chanson en deux parties: Ghost Prototype. Non pas que l'on se rapproche d'un concept qui se retrouverait plutôt dans le progressif mais ils ont voulu donner un peu plus de profondeur aux paroles et à la cohérence entre les titres, tout en suivant le fil rouge, le thème de la technologie des machines et de leur rapport à l'homme. Tout ceci est assez justement résumé dans le titre éponyme qui dépasse les neuf minutes, et qui mélange en son sein des sons électroniques qui mettent parfaitement dans l'ambiance et cette machine bien huilée à base de guitares et de batterie rapides saupoudrée de voix claires et de bons vieux growls des familles. Sans oublier les soli à gogo, car pour vous mettre dans l'ambiance Scar Symmetry vous devez vous apprêter à en manger et pas qu'un peu. Quand on a un guitar hero comme Jonas Kjellgren dans son groupe on en fait bon usage et là c'est un vrai feu d'artifices il y en a partout et de toutes les couleurs mais ceux de The Three Dimensional Shadow et les premières mesures de The Missing Coordinates tiennent le haut du pavé pour moi. Un cocktail détonnant avant le réveil!

Car il est grand temps de revenir sur terre !

Douze titres, cela fait un trip non négligeable, presque une heure dans les limbes créées par ce groupe dont votre serviteur ne se lasse guère tellement il représente tous les aspects du métal moderne dans toute sa complexité et sa diversité. Alors les grognons objecteront que l'on prend les mêmes et on recommence, voire que ces représentants de la scène suédoise viennent avec un temps de retard. Même si cet album manque peut être de la touche qui le ferait instantanément passer dans la catégories des classiques, on pourrait le comparer aux blockbusters de l'été: gros moyens, grosse prod', gros son, une bonne claque, qui chez certains deviendra une référence, et pour d'autres ne passera pas l'été, enfin jusqu'au prochain! En tous cas j'ai pris mon pied et je m'en délecte sans modération, c'est sans aucun doute mon disque de la saison !


1. Morphogenesis
2. Timewave Zero
3. Quantumleaper
4. Artificial Sun Projection
5. The Missing Coordinates
6. Ghost Prototype I (Measurement of Thought)
7. Fear Catalyst
8. Trapezoid
9. Prism and Gate
10. Holographic Universe
11. The Three-Dimensional Shadow
12. Ghost Prototype II (Deus Ex Machina)

Les autres chroniques