Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Mors Principium Est

...And Death Said Live

LabelAFM Records
styleDeath mélodique
formatAlbum
paysFinlande
sortiedécembre 2012
La note de
U-Zine
7.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Le retour de Mors Principium Est sur le devant de la scène est attendu de longue date. Car peu sont les groupes de death mélodique qui parviennent vraiment à marquer le genre de leur patte. La plupart d’entre eux se contentent de nager dans la Mer de la médiocrité et de l’auto-pompage, dont Norther (sauf rares exceptions) est le garde-côte. A la croisée des chemins entre Soilwork et autres Dark Tranquility, le groupe nous avait gratifié en 2007 d’un Liberation = Termination, certes inégal, mais dont certains titres comme the Distance Between continuent de rythmer mes journées.

De plus, cette absence de 5 ans n’a pas été de tout repos. Le leader et compositeur du groupe, Jori Haukio, a quitté le groupe suivi peu de temps après par Jarkko Kokko, guitariste de son état. Et si Facebook a bien rempli son travail en fournissant, après une jolie annonce, deux nouveaux guitaristes aux finlandais (le britannique Andy Gillion et le Néo-zélandais Andhe Chandler), l’avenir du groupe n’en était pas pour autant plus sûr. Car pendant leur absence, la scène mélodeath s’est enrichie de certains groupes qui ont soufflé un certain vent de fraicheur sur le genre. Il est possible de citer Be’lakor ou Omnium Gatherum et (bien évidemment) Kalmah, toujours au top.

Et après quelques écoutes de ce nouvel opus, on est tout de suite rassuré. Le navire, même sans son capitaine de toujours, continue sa route. Une route pas tellement différente –pour le moment- mais qui, en plus de nous satisfaire (au moins partiellement), nous permet d’espérer. Au fond, les ingrédients sont les mêmes. Beaucoup de double pédale, quelques passages en blast, des riffs de guitare à tempo soutenu mais jamais trop rapides et des lignes harmoniques à toute épreuve. Côté voix, Ville Viljanen continue d’alterner entre un cri guttural puissant et des growls death avec brio. A ce niveau, Bringer Of Light est surement la plus réussie.

Les principales inquiétudes qui pouvaient être formulées portaient sur le jeu de guitare. Et, à vrai dire, les deux nouveaux ont parfaitement réussi à s’intégrer dans la musique de Mors Principium Est. Certes, il n'y a pas de prise de risque majeure (critique que l’on pourrait faire à l’intégralité de l’album d’ailleurs), mais le contenu est homogène et très au dessus de la moyenne. Certains soli ou passages harmoniques comme sur Dead Winds of Hope ou encore What the Future Holds? sont de très haute volée. On est vraiment emporté par une musique dont les riffs (qui a dit Departure ?) nous obligent à headbanguer jusqu’à la désarticulation. Et des riffs, il y en a ! Andy Gillion, principal compositeur, a bien fait son boulot. D’ailleurs, si l’album est globalement plus mélodique et moins rentre-dedans que le précédent, c’est principalement grâce au jeu de guitare.

Côté production, tout est nickel. Un son riche et puissant qui permet d’apprécier tant les instruments que la voix. Les variations de rythmes et les changements de riffs sont d’autant plus appréciables avec un son de guitare très bien défini et qui n’est jamais noyé sous les nappes de claviers. Si la transition après Birth of the Starchild est un peu étrange (doux euphémisme), on garde un très bon souvenir de l’écoute, techniquement parlant.

L’album se termine sur l’épique Dead Winds of Hope qui, avec Destroyer of All et la très mélodique Ascension, me semblent être les titres les plus complets. 45 minutes de délectation donc, qui s’achèvent de la meilleure des façons. … And Death Said Live n’atteint peut-être pas le niveau des deux premiers opus, mais le fait de pouvoir enfin écouter de nouveaux titres du groupe compense largement l’absence de grosses prises de risque. Mors Principium Est est donc bel et bien vivant, pour notre plus grand plaisir.

01. The Awakening
02. Departure
03. I Will Return
04. Birth Of The Starchild
05. Bringer Of Light
06. Ascension
07. …And Death Said Live
08. Destroyer Of All
09. What The Future Holds?
10. The Meadows Of Asphodel
11. Dead Winds Of Hope

Les autres chroniques

Album

déc. 2014 U-Zine

Mors Principium Est

Dawn of the 5th Era

Album

févr. 2017 Michael

Mors Principium Est

Embers of A Dying World