Chronique Retour

Album

21/10/20 - Michael

Mors Principium Est

Seven

LabelAFM Records
styleDeath metal mélodique
formatAlbum
paysFinlande
sortieoctobre 2020
La note de
Michael
9/10


Michael

Avocat le jour, rédacteur sur Horns Up la nuit et photographe à mes heures perdues.

Après plus 20 ans de bons et loyaux services, et six albums studios, le joyau du Death metal mélodique finlandais revient sur le devant de la scène avec un nouvel opus, sobrement intitulé Seven. Un joyau en danger, s’il en est, puisque depuis les départs de Mikko Sipola (batterie) et de Teemu Heinola (basse) après la sortie de Embers Of A Dying World en 2017, il n’est plus composé que de Ville Viljanen – dernier membre original du groupe – et du brillant Andy Gillion à la guitare. Le nombre ne fait pas la qualité, vous me direz ; loin s’en faut. Et cet album en est la preuve.

A la manière d’un Apprentice of Death sur le dernier opus, l’album démarre sur la lente montée en puissance du titre A Day of Redemption, qui laisse place à une rythmique tranchante et aux riffs signatures de Andy Gillion. La modernité dans la tradition. C’est assurément la force des Finlandais : tous les ingrédients classiques du death metal mélodique sont là ; ni plus, ni moins ; et pourtant, à aucun moment on ne ressent cette lassitude d’entendre des choses déjà parcourues des milliers de fois. L’intensité et l’atmosphère sont singulières, le voyage est intense, et ce premier titre ne déroge pas à la règle.

Toujours portés par des lyrics imprégnés de spleen, d’amertume et d’angoisse (Lost in a Starless Aeon en tête), les vocals de Ville sont dynamiques et puissants à souhait. Les doutes que l’on avait pu avoir sur le mix de la voix lors des différents teasers sont vite éclipsés. Les premiers titres s’enchaînent avec un plaisir que l’on ne peut guère dissimuler. Même lorsque le groupe s’aventure sur des terres plus balisées (In Frozen Fields, March to War, Rebirth), il tire toujours son épingle du jeu avec des orchestrations bien pensées et une intensité considérable. Jamais le groupe ne fait basculer le trop plein d’émotions et de mélancolies dans le mièvre.

Et que dire du final sur My Home, My Grave ? Il vient clore de la plus belle des façons cet album. De leads mélodiques en blast beats violents après une introduction à la Dimmu Borgir, le tout porté par un Ville qui lâche ses dernières forces dans la bataille : ce titre est la quintessence de ce Seven. Une émotion prégnante, une énergie magnifiquement contrôlée, une mélancolie toujours plus puissante, une catharsis absolue. Embarqué à la première écoute, endoctriné dès la seconde. L’un des meilleurs titres du groupe ?

Si, comme souvent, l’album contient quelques titres plus faibles qui peinent un peu plus à convaincre sur la durée – essentiellement dans la deuxième moitié de l’album où les titres sont un peu plus convenus (Reverence, Master of the Dead, At the Shores of Silver Sand), le recours aux orchestrations et à des ambiances pas loin d’être inconnues de la discographie du groupe jusque lors (comme sur la très épique The Everlong Night) vient malgré tout apporter son lot de satisfaction. Surtout que, comme à l’accoutumée, Andy Gillion rend une copie impressionnante avec des soli et leads toujours aussi beaux, inspirés et dont l’intégration dans les compositions n’est jamais forcée.

Mors Principium Est nous offre là l’un des albums de l’année, sans conteste. Il a toujours été coutumier des bons albums, parfois des grands albums ; il réitère une grande performance avec un Seven maîtrisé de bout en bout et qui ne lasse pas. Les voilà désormais assis sur le sommet du Death mélodique finlandais, en très belle compagnie.

Tracklist :

1. A Day for Redemption
2. Lost in a Starless Aeon
3. In Frozen Fields
4. March to War
5. Rebirth
6. Reverence
7. Master of the Dead
8. The Everlong Night
9. At the Shores of Silver Sand
10. My Home, My Grave

 

 

Les autres chroniques

Album

déc. 2012 U-Zine

Mors Principium Est

...And Death Said Live

Album

déc. 2014 U-Zine

Mors Principium Est

Dawn of the 5th Era

Album

févr. 2017 Michael

Mors Principium Est

Embers of A Dying World