Live reports Retour
mercredi 8 juin 2022

Skeletal Remains + BleedSkin @ Bruxelles

Magasin 4 - Bruxelles

Matthias

Punkach' renégat hellénophile.

Je me demandais quand j'allais à nouveau évoquer le Magasin 4 dans ces pages. Car envers et contre tout, le plus renommé des lieux de concerts alternatifs de Bruxelles vit toujours, malgré deux ans de pandémie et les nombreuses annulations qui ont suivi jusqu'il n'y a pas si longtemps. Le M4 occupe toujours son entrepôt sur les docks, avec la même équipe de bénévoles qui fait vivre le lieu en autogestion et les mêmes plaines de jeux pour enfants et autre skatepark installés au fur et à mesure des années. Le déménagement est toujours prévu et la ville de Bruxelles reste engagée à fournir une nouvelle salle tandis que le quartier se gentrifie à grande vitesse. C'est d'ailleurs une (autre) plaine de jeux pour enfants, peut-être même accompagnée d'un skatepark, qui sera installée ici-même (mais sans les tags punks, quoi). Mais d'ici-là, on continue. Sic transit gloria Bruxellensis.

Mais bref ; je pensais présenter à nouveau de cette salle à l'occasion du passage de Midnight et de Night Demon à la fin du mois, on en reparlera, et voilà que je me suis laissé entraîner pour celle de Skeletal Remains. Fondé en 2011 à Whittier, Californie, le groupe professe un Death Metal comme je l'apprécie le plus : à l'ancienne, rêche, éraillé et sans fioriture, dans la plus droite ligne des grands fondateurs que sont respectivement Death et Pestilence, chacun d'un côté de l'Atlantique. Malgré le fait qu'on soit en pleine semaine et en plein dans un mois de juin ensoleillé, il y a de là de quoi se passer les articulations au décapant.

BleedSkin

Ce sont les Namurois de BleedSkin qui prennent en charge la première partie... Et qui se retrouvent victime d'un faux départ, la guitariste n'étant visiblement pas branchée. Un coup de stress fort perceptible pour le groupe, dont le temps de jeu est forcément très court, mais qui se règle heureusement en quelques allers-retours à la régie.

[J'en profite pour préciser que BleedSkin compte deux femmes, l'une au chant et l'autre à la guitare. Ce qui reste quand même assez rare dans les styles extrêmes, même à une époque où les questions d'inclusion sont très vives, y compris dans le Metal en général et dans les genres de niche en particulier. Et je peux être biaisé, mais j'ai eu l'impression de directement percevoir un changement de comportement : alors que la salle est déjà raisonnablement remplie, le premier rang du public est quasiment entièrement féminin. Meilleur sentiment de sécurité ? Plus grande complicité avec un groupe qui compte des femmes ? Ce n'est pas à moi d'en tirer des conclusions. Bon, j'ai aussi noté davantage de téléphones et d'appareils photos braqués sur la scène durant tout le concert – par des hommes comme par des femmes d'ailleurs – mais je ne sais pas si on peut tracer un lien.]
 

Bon, le Magasin 4 reste une salle dont le son n'est pas toujours le point fort et BleedSkin aura encore besoin de quelques ajustements en cours de route, la voix de la chanteuse n'étant au début pas ultra audible. Mais dès les premiers morceaux, une énergie particulière et surtout très sincère se dégage de la scène et conquiert aisément le public dès le très efficace enchaînement de breaks de « No One Will Hear You ». BleedSkin nous joue la quasi totalité de son unique album, Blood Reign, sorti en 2020, mais en intervertissant l'ordre des morceaux et en intercalant quelques pistes issues d'EP ou de singles, pour un rythme finalement très cohérent. Les membres du groupes ont l'habitude d’interagir ensemble et ça se voit. La base rythmique fait preuve d'une précision millimétrique et, mention spéciale pour la guitariste, qui nous sort des soli à faire trembler les murs. Quand la chanteuse surenchérit pour passer du growl profond à de véritables rugissements sur « Schizophrenia », les crânes commencent à se dévisser allègrement et les plus renfermés dans l'audience répondent volontiers aux quelques exhortations qui fusent. Non pas que ces dernières soient nécessaires d'ailleurs ; au fur et à mesure que les morceaux s’enchaînent, le public se densifie avec l'arrivée de la faune qui ne comptait voir que la tête d'affiche et les réactions semblent largement positives. Je sors en tout cas ravi de pouvoir ajouter un nom à la liste des groupes de Metal extrême de Wallonie qui méritent le détour.

 

Setlist :

Silence Is Your Only Way

No One Will Hear You

The Rotten One

Schizophrenia

Obsession

The Dead Sale

Physical Redemption

Chaos Theory

BleedSkin
 

Skeletal Remains

Les Californiens commencent leur show à l'heure pile, avec une précision millimétrique et une mécanique bien rodée. Et l'affluence a plutôt bien suivi, preuve que Skeletal Remains bénéficie d'une certaine estime parmi un public affilié au Death Metal réputé exigeant, mais qui n'a pas forcément des concerts tous les soirs à se mettre sous la dent. Dès les premières notes de « Illusive Divinity » , Skeletal Remains l'accueille comme il se doit avec un déluge implacable de son et de breaks à faire couler une péniche, puis alterne, setlist de tournée oblige, les morceaux de son dernier album (l'excellent The E̲ntombment of Chaos, 2020) et les pépites plus anciennes. Les très Death-like dans leur chant « Beyond Cremation » et « Viral Hemorrhagic Pyrexia » s'enchaînent ainsi sans la moindre baisse de rythme avec un plus moderne – toute proportion gardée - « Tombs of Chaos » et ses envolées dans les cordes.
 

Côté faune, radical changement d'ambiance : fini le premier rang féminin et une large fosse aux bovidés se forme bien assez vite. Au passage, venant plus du Black Metal que du Death, je ne suis pas au fait de tous les codes de la scène, mais cette interprétation du mosh pit me semble quand même plutôt étrange : les quelques amateurs d'echymoses se tiennent tous à trois mètres l'un de l'autre durant tout « Devouring Mortality » avant que soudainement l'un d'entre eux se rue sur un autre ou l'empoigne, le projetant sous un angle improbable vers d'autres personnes et bien trop souvent vers le reste du public. Ni véritable moment cardio' ni transe indisociable de la musique, mais plutôt du bac à sable pour mâles plus ou moins alpha ; j'avoue ne pas très bien comprendre où est le fun.
 

Mais bon, là n'est pas la question : les membres de Skeletal Remains enchaînent les morceaux, carrés comme des armoires à glace. Et c'est efficace de bout en bout, mais ça se termine quand même fort abruptement. On attendra vainement un rappel, les Californiens ont fait leur boulot, ils sont déjà de retour dans les loges. Solide performance, mais peut-être menée avec un peu trop de perfectionnisme, cassant la spontanéité ou le contact qui aurait pu s'installer avec un public... Bon, qui honnêtement n'était pas venu précisément pour ça. Pas ce genre de contact, en tout cas. Le Death Metal, c'est du sérieux et de la sueur, et Skeletal Remains en délivre une solide leçon.

 

 

Setlist :

Illusive Divinity

Beyond Cremation

Viral Hemorrhagic Pyrexia

Tombs of Chaos

Devouring Mortality

Congregation of Flesh

Eternal Hatred

Dissectasy

*     *     *

*

Crédits photos : Matthias