Chronique Retour

Album

14/06/22 - S.A.D.E

Blut Aus Nord

Disharmonium - Undreamable Abysses

LabelDebemur Morti Productions
styleBlack Metal / Avant-garde
formatAlbum
paysFrance
sortiemai 2022
La note de
S.A.D.E
8/10


S.A.D.E

Chroniqueur doom, black, postcore, stoner, death, indus, expérimental et avant-garde. Podcast : Apocalypse

À sa sortie, Hallucinogen avait surpris une partie du public de Blut Aus Nord : avec son approche psychédélique où la noirceur se faisait moins présente (mais non absente), ce treizième album n'avait pas trouvé grâce dans toutes les oreilles. Pour ma part, j'avais trouvé que le duo parvenait avec brio à garder intact l'aspect tortueux et torturé si propre à leur musique, tout en l'amenant vers de nouveaux territoires aux colorations plus vives. Trois ans plus tard, les couleurs sont toujours vives sur la pochette mais, de visions fantasmagoriques, on est plongé dans quelque chose de bien plus cauchemardesque.

Et à l'écoute, Disharmonium - Undreamable Abysses de son petit nom, pourrait se définir comme la version bad trip d'Hallucinogen. On retrouve des guitares qui s'échappent dans des mélodies déconcertantes mais cette fois-ci incrustées dans une gangue sonore maladive et poisseuse. Le son plutôt lisible et épuré d'Hallucinogen (selon les critères Blut Aus Nord s'entend) cède ici la place à une production chargée en nappes oppressantes et en couches multiples, donnant de lents mouvements de malaise en arrière-plan. Pour en terminer avec la comparaison avec l'album précédent, Disharmonium - Undreamable Abysses revient au Black metal façon Blut Aus Nord là où son grand frère utilisait le Black metal pour faire autre chose.

Si Chants Of The Deeps Ones ouvre le bal avec une première longue séquence où le blast domine la rythmique, l'album n'en demeure pas moins par la suite sur un registre plus mid-tempo qu'affectionnent les Français, offrant cette délicieuse sensation de progression lente et inexorable vers le cœur du cauchemar, la matrice des lieux qui hantent nos rêves. Pourtant, bien que la destination soit terrifiante, le chemin n'est pas toujours aussi tourmenté que l'on pourrait le croire : loin d'un MoRT où tout n'était que chaos, ce quatorzième album offre des moments où les réminiscences d'images plus nettes sont proposés par des mélodies plus claires. Mais à tout moment l'accélération ou la déconstruction peuvent surgir. Into The Woods est exemplaire sur cette capacité du groupe à produire de l'inconfort sans user de la violence musicale : batterie titubante aux entournures jazzy, nappes instables, guitares flottantes, tout est là pour assurer qu'on ne puisse se rattraper à rien de solide. Et soudain, agression plus directe arrivée comme de nulle part pour une nouvelle descente vers les zones souterraines d'où nous appellent des voix d'outre-monde.

Disharmonium - Undreamable Abysses redonne également une patine indus que Blus Aus Nord avait quelque peu mis de côté (le projet Yerûšelem ayant peut-être aspiré une partie des ressources du duo dans le genre). Si cela n'est pas évident au premier abord, on repère au fil des écoutes ces usages de l'électronique allant au-delà des nappes : la batterie rejoint parfois le travail d'un Godflesh et certaines sonorités (l'intro de That Cannot Be Dreamed) suggèrent l'organique mêlé à la machine dans une fusion peu rassurante, pulsation vitale mécanisée. Mais c'est globalement (et comme souvent chez Blut Aus Nord) une sensation d'inéluctable qui se dégage de l'album : plongeon inéluctable vers des abîmes monstrueux, contact inéluctable avec des folies plus grandes que l'Homme, déréliction inéluctable parmi les chimères impensables de l'esprit.

Blut Aus Nord ne fatigue jamais. Blut Aus Nord s'est trouvé un moyen d'expression personnel, immédiatement identifiable, et parvient au fil des sorties à jouer avec ses propres codes. Dans la continuité et la cohérence, mais avec une intelligence et une science toutes subtiles de la rupture, la déclinant selon des modalités chaque fois différentes. Et pour ce Disharmonium - Undreamable Abysses, le pas de côté est plus lovecraftien que jamais, vous l'aurez compris.   

Tracklist de Disharmonium - Undreamable Abysses
01.Chants of The Deep Ones
02.Tales of The Old Dreamer
03.Into The Woods
04.Neptune's Eye
05.That Cannot Be Dreamed
06.Keziah Mason
07.The Apotheosis of The Unnamable

 

 

Les autres chroniques