Interviews Retour
mercredi 20 novembre 2019 - Matthias

Mass Deathtruction Festival 2019

Pedro

Matthias

Renégat.

Vous l'aurez sans doute remarqué, les Belges de l'équipe Horns Up évoquent souvent un décalage entre le nord et le sud de leur pays. Si la Flandre est assez réceptive aux styles extrêmes et au Metal en général, c'est beaucoup moins le cas de la Wallonie, et les événements de l'ampleur d'un Méan ou d'un Night Fest y restent plutôt rares. Alors nous n'allons pas bouder notre plaisir de voir revenir le Mass Deathtruction Festival ! Cet événement a marqué les hivers du Royaume du Nord pendant des années, avec des affiches largement dédiées au Metal extrême. Mais il avait disparu en 2015 après une édition qui faisait la part belle au Black et au Folk, alors que le Massdeath, comme son diminitif l'indique, se consacrait traditionnellement au Death Metal. Le 7 décembre 2019 marquera le grand retour de l'événement, avec pas moins que Moonsorrow, Mgla, et Dark Funeral véritable hydre infernale en guise de tête d'affiche. On revient sur cette résurrection avec Pedro, l'organisateur principal de l'événement.


 

Matthias : On n'avait plus entendu parler du Massdeath depuis l'édition de 2015, à la Ferme du Biéreau, à Louvain-la-Neuve. Qu'est ce qui t'a motivé à relancer le festival, après quatre ans d'absence ?

Pedro : On a toujours voulu faire revenir le festival, mais après 2015, nous nous sommes brouillés avec les techniciens de la Ferme du Biéreau. Les torts étaient sans doute partagés, mais nous ne voulions plus retourner là-bas. Le problème, c'est que nous ne trouvions pas d'autre salle à proximité, et on tenait à rester dans notre région (NDLR : en Brabant Wallon, dans le centre de la Belgique). Et puis, il y a eu ce projet d'une nouvelle salle polyvalente, La Sucrerie, à Wavre, soit vraiment tout près ! Elle a été inaugurée il y a une grosse semaine, seulement. C'était l'idéal, pour nous.


Justement, tu n'as pas peur que tous ses petits défauts ne se révèlent au Massdeath ?

C'est vrai qu'on a eu des retours sur le système sonore, qui ne serait pas adapté à une date avec autant de Black Metal. Ca nous fait un peu peur, mais on verra bien ce qu'on saura en faire. Car cette salle, c'est vaiment l'outil idéal pour ce qu'on voulait faire. Elle peut accueillir 1500 personnes debouts, et nous en espérons 800 ou 1.000, car les tickets partent comme des petits pains ces derniers jours. On en vend une vingtaine par jour, ces temps-ci. Une telle audience aurait été impossible au Biéreau. C'était cosy, mais on s'y sentait à l'étroit, et ce n'était guère adapté à ce genre de concerts, avec les deux piliers au milieu de la salle.


Justement, parlons de l'affiche. Vous gardez le nom Mass deathtruction, mais votre line-up est quand même très Black Metal. C'était le cas aussi pour l'édition de 2015, la dernière au Biéreau, où vous aviez opté pour une journée moitié Black, moitié Pagan/Folk.

J'ai toujours voulu ancrer une date consacrée au Death Metal en Belgique, et nous avions commencé dans cette optique-là cette année, mais le booking n'était pas évident ! Nous avons contacté beaucoup de groupes, mais nous n'avons pas eu tant de réponses qu'espéré. En plus, aucune tournée ne passait à proximité dans la période choisie, on n'avait vraiment pas de chance ! Nous avons donc booké chaque groupe l'un après l'autre, ce qui nous a coûté beaucoup plus cher, car nous devions prendre en charge l'avion, les déplacements, l'hébergement... Ce Massdeath, c'est un sacré investissement, il faut bien le dire. Moonsorow était un des premiers à nous répondre, et de là l'affiche s'est complétée, de Black, certes, mais aussi de Grind, ou d'Avant-Garde. Aujourd'hui l'affiche est enfin complète ! Nous avons d'ailleurs encore un groupe à annoncer : Hamferð, une formation de Doom qui devait jouer à Gand le même jour, mais la date a été annulée. De quoi nous permettre d'offrir une plus grande diversité encore. (NDLR : l'annonce a depuis été rendue publique, et l'affiche est complète.)


Une annulation qui vous permet aussi de faire jouer Borknagar, alors que l'affiche était déjà plutôt bien fournie en groupes jouissant d'une certaine notoriété !

C'est quand même surtout un gros coup de malchance pour ces organisateurs flamands. Il y a d'ailleurs eu des rumeurs comme quoi nous aurions été responsables de l'annulation, mais c'est évidemment ridicule. C'est d'une banqueroute qu'il s'agit. Et le tourneur nous a ensuite contactés directement pour permettre à ces groupes de jouer quand même en Belgique. Saor nous avait aussi contactés, mais nous ne pouvions nous permettre ce cachet supplémentaire.


J'aime beaucoup le visuel choisi pour l'affiche, mais en effet, c'est une esthétique plus Death que Black.

Oui, Comme dès le début on partait sur du Death, on l'avait choisi en conséquence. Et puis au fur et à mesure, ça collait moins bien, mais on a quand même gardé cette affiche. Je la trouve très réussie.


Par contre, vous organisez aussi un warm-up à Namur, le 24 novembre, avec Immolation et Ragnarok, entre autres. A titre personnel, je n'ai jamais bien compris l'intérêt des Warm-ups. C'est une occasion de toucher un autre public ? Une garantie financière avant l'événement principal ?

Non, du tout ! Mais quand on a appris qu'on pouvait avoir la tournée d'Immolation deux semaines avant notre festival, on s'est dit « pourquoi pas ? » Ca nous permet de programmer quand même un peu de Death, même si Ragnarok officie effectivement dans un registre plus Black.


Du coup, tu aimerais ajouter quelque chose aux festivaliers ?

Et bien, venez au Massdeath [Rire] ! Venez nous retrouver, après quatre ans d'absence, et soyez nombreux ! Si cette première réédition est un succès, on espère vraiment perdurer d'année en année !

https://www.mass-death.be/

*****************

Interview réalisée le 18 novembre 2019