Live reports Retour
mardi 31 octobre 2017 - Nostalmaniac

Amenra @ Ancienne Belgique

Ancienne Belgique - Bruxelles

Nostalmaniac

Le Max de l'ombre. 29 ans. Rédacteur en chef de Horns Up (2015-2020) / Fondateur de Heavy / Thrash Nostalmania (2013)

Aussitôt annoncé, aussitôt sold-out. Ce « release show » d’Amenra pour la sortie du très attendu « Mass VI » ne se déroule pourtant pas dans un petit club, mais dans la grande salle de l’Ancienne Belgique à Bruxelles qui peut contenir plus de 2000 personnes. Une nouvelle consécration donc pour le combo courtraisien qui avait déjà investi les lieux en décembre 2012 pour la sortie de « Mass V » en compagnie alors de Oathbreaker, The Black Heart Rebellion et Scott Kelly (Neurosis). 

Cinq ans après, il est indéniable que leur popularité n’a cessé de croître et que leur simple nom suffit à faire salle comble avec un public visiblement très international.  Le stand merch – situé dans un hall déjà bondé - est difficile d’accès. Pour bien mesurer au mieux l'attente suscitée par le groupe flamand, dites-vous que l’édition spéciale « release show » du nouvel album en vinyle (réalisée en collaboration avec le Septième Œil) limitée à 300 copies va s’écouler en un petit quart d’heure !

J’arrive vers 20h30 pour le set de Monnik, one man band expérimental belge, mais c’était sans savoir qu’il se produisait dans une salle annexe ! La Grande Salle se remplit à vue d’œil et se faufiler pour trouver une bonne place ayant été un sacré combat, bouger pour voir sa prestation n’est pas vraiment engageant. Vu le communiqué laconique publié par l’artiste le lendemain sur les réseaux sociaux (« Sorry. I tried. »), je me doute que peu ont fait l’effort. Mais bien se placer pour le concert d’Amenra était hélas plus important.

D’ailleurs, peut-on parler d’un simple concert ? Non, un concert d’Amenra n’est jamais un simple concert, et c’est d’autant plus vrai ce soir avec cette dévotion omniprésente. Je ne veux pas tomber non plus dans un discours sectaire mais je me réjouissais d’autant plus après leur passage au festival de Dour l'été dernier qui a été gâché pour ma part par une poignée de pogoteurs pour qui n’importe quel groupe Metal est un prétexte à pogos. La musique d'Amenra ne s'y prête pourtant définitivement pas. Elle s'intériorise. Bien évidemment, le public est moins hétérogène ce soir et on s’en rend compte dès que les lumières s’éteignent et que les premières notes résonnent dans un silence (quasi) religieux. 

Si en musique, tout n'est que ressentis personnels, je vous livre le mien. Nietzsche écrivait "Quand tu regardes l'abîme, l'abîme regarde aussi en toi.". Il y a de ça pour décrire Amenra. Si de prime abord leur musique ressemble à une apologie des ténèbres, de l'obscurité et du néant, c'est en fait un reflet sur nous-même et la nature humaine. Nos peurs, nos blessures et les démons qui s'y engouffrent. Un reflet impitoyable et éprouvant qu'il faut oser regarder pour espérer voir jaillir la lumière. Une sorte de chemin de croix mental et physique inévitable pour se libérer de nos chaînes invisibles. Un refus du manichéisme aussi. L'homme n'étant pas bon ou mauvais, il doit accepter sa part de lumière et d'ombre. 

"Là où il y a de l'amour, il y a de la douleur. Il n'y a pas d'amour sans douleur. Pas de vie sans la mort. Pas de lumière sans les ténèbres. C'est le conflit au coeur de Mass VI, au coeur de chacun d'entre-nous, au coeur de ce que signifie être humain, vivre, aimer et perdre.". Voilà en tout cas le message du dernier album sur lequel de nombreux ressentis peuvent évidemment se greffer. Un groupe qui vous plaît autant raconte évidemment quelque chose sur vous-même. C'est évident. 

Le tripod à l'écran disparaît, les musiciens arrivent sur scène pile à l'heure et c'est avec la première piste du nouvel album, "Children of the Eye", que débute la grand-messe. Si je vais avoir l'occasion de revenir sur cet album plus en détail prochainement, je dois dire que ce qui m'a frappé dès la première écoute c'est ce côté moins abrupt et moins oppressant. Plus libéré. Sans pour autant qu'ils perdent toute l'intensité et la noirceur qui font la force de leurs compositions. La formule n'a pas changée, elle s'est juste enrichie. L'émotion est plus palpable que jamais, surtout vocalement. Sur ce morceau justement, le passage au chant clair de Colin, très poignant, apporte un sentiment de désolation vraiment jouissif. 

Premier constat, le son est vraiment puissant. Comme à l'accoutumée, leur fond de scène est un grand écran avec un projecteur qui diffuse des images d'églises, de chapelles, de vieilles pierres, de paysages et de nature figée. Rien d'exceptionnel ou d'inhabituel donc scéniquement mais côté setlist je m'attendais à ce qu'ils jouent une bonne partie du nouvel album avant de proposer quelques "classiques" mais c'est bien l'imposant "Razoreater"  issu de « Mass IIII »  qui me plonge complétement dans leur show. Je ressens une telle décharge d'émotion et ce n'était pourtant pas la première fois que je les vois. Colin H Van Eeckhout, qui se tient dos au public, est totalement dans sa bulle et je n'avais jamais entendu ses cris torturés avec un aussi bon son. Il est toujours aussi impressionnant. Si je parlais du fait qu'il n'y a pas de surprise niveau scénique, un second écran de projection va se déployer juste devant la scène. Ce qui transforme inévitablement la scène en une espèce de cage d'images, renforçant par-là même le côté immersif avec ces voûtes gothiques et ces arbres qui s'entremêlent. Thurifer.Et Clamor Ad Te Veniat, autre extrait de « Mass IIII », en ressort encore plus intense. Ce sera le cas aussi pour "Boden", "Plus Près De Toi (Closer To You)", nouvel extrait du dernier album qui est encore plus émouvant en live que sur album avec ses paroles en français et l'effet de flamme sur le second écran de projection, et "Am Kreuz" qui atteint des sommets en terme d'intensité (surtout quand on connait les paroles). Cette setlist est déjà énorme ! Les deux écrans ne diffuseront d'ailleurs pas toujours la même image et il y a de belles superpositions, notamment les architectures gothiques. Mur d'images, mais mur de son aussi. C'est ce qui rend leur prestation si unique c'est d'arriver à aussi bien concilier les deux sans jamais en faire de trop. Juste assez pour la symbolique et l'immersion. 

Après "Am Kreuz", le second écran de projection va se replier pour une interruption qui va attirer tous les regards et ... tous les écrans jusqu'alors très rares. C'est à une toute autre performance à laquelle on va assister. Des professionnels vont en effet faire une démonstration de play piercing sur le corps - déjà marqué - de Colin H Van Eeckhout avec des crochets attachés à son torse, ses bras et son dos. Play piercing ? Un doute se glisse quand je vois que sont accrochés des petits poids sur les crochets. Ce n'est sans doute pas vraiment ça mais je ne vais pas vous dire que je maitrise ce genre de lexique. Assurément les endorphines de Colin sont libérées et il restera impassible pendant toute la démonstration. Une démonstration anxiogène qui poussera quelques personnes à quitter la salle. Connaissant l'attrait de Colin pour les modifications corporelles, je ne suis pas vraiment choqué et ça ne casse surtout pas le rythme du show qui va reprendre après une quinzaine de minutes avec un "Terziele" absolument suffocant où Colin est à genoux sur son tapis transpercé de partout avec un spot qui l'éclaire. Ses cris sont encore plus torturés. On sent que pour le chant clair c'est un peu plus difficile mais il maîtrise toujours autant. "Nowena | 9.10"   second extrait de « Mass V » proposé ce soir est un monstre d'intensité. Cette introduction touchante au chant clair ("When you look into my eyes - You'll know there were better times - And ever somewhere lost inside you - there's a child that smiles - Even though i try, i really try about them -Brother knows, Brother know - There will never be another side") puis cette rythmique lourde et lancinante qui prend aux tripes. Je le dis et je redis, Amenra est vraiment un groupe à voir en live. Certes, le live a été retransmis en direct mais il faut prendre sur soi cette déferlante de sons et d'images pour comprendre et en ressentir les effets.

Ce n'est vraiment pas une communion, mais quelque chose de très intérieur qui remue des choses en toi, propres à toi-même et à ton interprétation de leur message comme je l'écrivais précédemment. Quelque chose de très intime, de profond, qui est par définition difficile à décrire à des non-initiés. Apprécier la musique d'Amenra, c'est aussi une question d'initiation. 

Le morceau-fleuve du dernier opus, "Diaken", ne fait pas retomber la tension. On voit sur scène Colin telle une bête blessée avec ce sang qui coule sur son corps et ses crochets aux côtés des musiciens absorbés par le magma de noirceur déversé. Un morceau qui renforce mon impression sur cet album, à savoir qu'il y a comme quelque chose de plus "détaché". Comme s'il n'y avait plus la volonté de se raccrocher à quelque chose, mais celle de se libérer comme l'attestent encore une fois les passages au chant clair, fragiles et touchants. Autant le dire, les nouveaux morceaux prennent toute leur dimension en live. Je le pensais déjà pour les anciens, mais c'est encore plus vrai pour cet album-ci. 

22h30 j'enfile mon perfecto croyant que c'est la fin du set (l'Ancienne Belgique est plutôt stricte sur les horaires pour permettre à ceux qui prennent train, tram et bus de ne pas le rater) en me disant que c'est dommage de ne pas avoir entendu "A Solitary Reign" et qu'entends-je ? Les premières notes du dit morceau avec cet arpeggio entêtant. Voilà une conclusion parfaite tant ce morceau a des airs d'échappée ... solitaire. Sur l'écran de projection, un champ et une chapelle avec de mystérieux individus autour. Musicalement, quelques moments de lourdeur mais surtout un sentiment de libération. Le chant de Colin n'a jamais été aussi profond et poignant. Comme une lumière fragile à la fin d'un long tunnel froid et humide. 

De la noirceur, de la sueur, du sang (et pas de larmes), voilà ce qu'a déversé avec ferveur et conviction le combo courtraisien pendant plus d'une 1h30 rendant cette soirée - qui s'annonçait déjà très spéciale - particulièrement mémorable. J'ai déjà coché leur date à Paris le 13 janvier prochain qui sera également sold-out...

Setlist:

Children of the Eye
Razoreater
Thurifer.Et Clamor Ad Te Veniat
Boden
Plus Près De Toi (Closer To You)
Am Kreuz
Terziele 
Nowena | 9.10
Diaken
A Solitary Reign