Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

The Black Dahlia Murder

Unhallowed

LabelMetal Blade Records
styleDeath metal mélodique
formatAlbum
paysUSA
sortiejuin 2003
La note de
U-Zine
8.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

The Black Dahlia Murder serait-il le précurseur d’un nouveau style musical ? Un nouveau style musical, peut-être pas, mais d’une nouvelle branche métallique c’est fort probable. Depuis Unhallowed (2003), de nombreux groupes se créent avec les mêmes caractéristiques que TBDM à savoir une influence aussi prononcé pour le métal extrême que pour le hardcore, une mélodie toujours présente malgré une brutalité hors norme et enfin, une modulation exceptionnelle du chant passant du guttural au cri aigu. Retour en arrière sur ce premier album de The Black Dahlia Murder.

L’énergie dégagée par Unhallowed est phénoménale. Il fait entrer en transe n’importe quelle personne m’étant cet album dans son lecteur CD. Tel un rouleau compresseur, les titres défilent à une vitesse hallucinante (une durée totale de 34 minutes, court et efficace). Majoritairement influencé par le death metal, la structure des morceaux alterne bien d’un titre à un autre. L’entité The Black Dahlia Murder prend rapidement forme et on ne peut pas dire qu’ils auront attendu longtemps pour avoir un son personnel. Le principal atout du groupe est clairement la voix de l’excellent Trevor Strnad. Véritable chef d’orchestre, il dynamise chacun des chansons où il pose sa voix. Sachant alterner avec perfection un chant très guttural à un chant crié aigu, le bougre exécute ici une prestation stupéfiante. Mettant à l’amende 90% des chanteurs actuels de part cette capacité hors du commun pour un seul homme, il est à lui seul l’identité du groupe.
Mais les autres membres ne sont pas en reste et ont eux-aussi une spécificité. Même quand la batterie martèle les fûts, que les riffs se font incisifs et la voix ultra brutale, les guitaristes savent insérer une dose discrète de mélodie sur tous leurs titres ("Elder Misanthropy", "Closed Casket Requiem"). Inspiré du death suédois et du métalcore mélodique, la formation mêle les deux pour un résultat purement efficace.

L'album ne parait pas comme ça, mais la bestiole mérite quand même une attention particulière pour être maîtriser. Les nombreux changements de tempos, une complexité et une rapidité autant sur le plan des riffs que celui de la batterie font de cet album un ensemble pas si facile à approcher malgré le style très accrocheur.

Gonflé à bloc à début à la fin, les membres de The Black Dahlia Murder nous entraînent dans un album à couper le souffle. Tout y est d’une efficacité redoutable. Les parties ultra lourdes succèdent à une batterie vrombissante, le tout servi par des guitares meurtrières ! Le groupe a su réitérer son exploit avec Miasma, le successeur de cet album sorti en 2005. Si vous appréciez TBDM, jetez-vous sans attendre sur d’autres formations pratiquant ce même concept tels que Job For A Cowboy, All Shall Perish, Antagony, Animosity

Et si vous doutez de l’aptitude de Trevor à reproduire son chant en live, sachez qu’il est excellemment bien restitué. C’est d’ailleurs après les avoir vu en live que je suis devenu fan !

01. Unhallowed
02. Funeral Thirst
03. Elder Misanthropy
04. Contagion
05. When The Last Grave Has Emptied
06. Thy Horror Cosmic
07. The Blackest Incarnation
08. Hymn For The Wretched
09. Closed Casket Requiem
10. Apex

Les autres chroniques