Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

The Black Dahlia Murder

Miasma

LabelMetal Blade
styleDeath metal mélodique
formatAlbum
paysUSA
sortieaoût 2005
La note de
U-Zine
9/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

A l’instar du nom du groupe inspiré par le meurtre violent et sanglant (et toujours non élucidé) en 1947 d’une actrice – Le Dahlia Noir - qu’on retrouvera nue et dépecée de ses entrailles, les The Black Dahlia Murder ne font pas dans la dentelle avec un death / thrash alliant technicité à brutalité. C’est donc avec une impatience non dissimulée que j’attendais le successeur de leur premier opus Unhallowed ô combien prometteur. Et bien re-belote, Miasma est encore meilleur que son prédécesseur et vous allez vite comprendre pourquoi.

Tout d’abord, les Américains n’ont rien changé à leur style musical et à leurs influences toujours aussi jouissives. Ainsi, on retrouve des rythmiques empruntées à At The Gates où les variations de rythmes et de tempos se succèdent avec brio alternant passages thrash des plus speed avec de sublimes mélodies proches du death mélo et des plans bien plus brutaux et lourds plus dans la veine de The Crown. Mais on retrouve également des influences des premiers albums de Carcass avec cette alternance entre chant death bien gras et cris éraillés pouvant être apparentés au black. Par ailleurs, le groupe a gagné en maturité et en efficacité. Les compos ne tournent plus du tout au tour du pot et vont directement à l’essentiel : la déflagration de nos oreilles ! Dès l’intro Built For Sin, l’auditeur est prévenu… Une musique lente qui monte doucement en puissance rythmée à la double pédale où les enchevêtrements mélodieux de guitares prennent place avant que n’entre en jeu la furie dévastatrice du tout jeune batteur martelant ses fûts comme si sa vie en dépendait (I’m Charming) ! La musique des jeunôts du Michigan se veut également plus lourde, plus sombre (Miasma), sans pour autant être plus lente et colle parfaitement avec des paroles toutes aussi noires, traitant du sexe et de maladies entre autres à l’image de ce titre Miasma symbolisant la contagion mortelle.

D’ailleurs, cet album est des plus contagieux, tant je ne peux plus me passer de ses accélérations monumentales (Statutory Ape) contrebalancées par des breaks parfaitement placés et de ses riffs tranchants mis en valeur par une production à la hauteur du groupe, c’est-à-dire grandiose ! Chaque instrument est parfaitement mixé et trouve sa place dans cette cacophonie parfaitement organisée.

Enfin, la technicité des musiciens s’est trouvée décuplée depuis Unhallowed tant les deux gratteux sont des virtuoses de la 6 cordes, sans oublier le nouveau jeune batteur dont l’arrivée à fait le plus grand bien au quintet.

En outre, Miasma est un condensé de pure violence où technicité, efficacité et brutalité se taillent la plus belle part du gâteau. Hélas, l’album ne dure 33 misérables minutes, ce qui est bien trop court pour en faire le chef d’œuvre de l’année. Toutefois, que les anciens se reposent, la relève est belle et bien assurée par les cinq de The Black Dahlia Murder qui auront bouffé de la musique Européenne (suédoise comme britannique) durant toute leur "jeunesse"… Beau paradoxe n’est-ce pas pour des Américains?

1. Built For Sin
2. I'm Charming
3. Flies
4. Statutory Ape
5. A Vulgar Picture
6. Novelty Crosses
7. Dave Goes To Hollywood
8. Miscarriage
9. Spite Suicide
10. Miasma

Les autres chroniques