Chronique Retour

Album

27/08/15 - Schifeul

The Black Dahlia Murder

Abysmal

LabelMetal Blade
styleDeath metal mélodique
formatAlbum
paysUSA
sortieseptembre 2015
La note de
Schifeul
9/10


Schifeul

Dans l'équipe car il était là avant.

Lors des années impaires, on pourrait se faire bien chier, pas de compets' internationales de foot à se mettre sous la dent. Heureusement pour pallier ce manque, on a les championnats du monde de handball et The Black Dahlia Murder qui y va de son nouvel album, donnant à ces années un goût de victoire. Car en plus d'être d'une régularité sans faille, les TBDM ne m'ont jamais déçu, leur death mélodique à forte influence européenne faisant toujours mouche. Alors qu'en est-il d'Abysmal ? Septième album du groupe, celui-ci sort après un Everblack acclamé par la presse et les Fans, ainsi qu'un DVD puis un furieux Ep 7'' de reprises de titres grinds. Si ce dernier en a dérouté certains, il n'est au final pas si surprenant que ça, quand on connaît le groupe et l'amour de son chanteur Trevor pour le Metal extrême.

Les deux dernières années furent donc fastes en terme de sortie pour les Américains et ils n'avaient pas droit à l'erreur sous peine de s’infliger une indigestion. Le premier titre, Receipt, commence avec une des cordes qui rappelle les bonnes heures de Ritual. Chose qui me sied parfaitement, car jusque-là je considère cet album comme le meilleur des TBDM. Une fois cette intro passée, on se rend rapidement compte que non, il n'y aura définitivement pas d'histoire d'indigestion ou de crise de foie, car on reçoit ce titre comme un sale coup, directement dans le bide et ainsi nous fait vomir tout notre déjeuner, Noob Saibot's Style.

On ne baisse pas le pied avec Vlad, Son Of the Dragon, Premier titre de l'album révélé et joué en live qui parle bien-sur de Vlad Țepeș - dit L'Empaleur – et qui fait irrémédiablement penser à l'artwork qui transpire la finesse par sa vision de l'enfer. D'ailleurs, on peut noter que malgré un thème de l'horreur omniprésent dans les paroles de The Black Dahlia Murder, c'est la première fois qu'on voit quelque chose d'aussi explicite et violent. Jusque-là, nous avions toujours eu des choses plus sobres, dont certaines très classes qui permettaient de poser une ambiance plus sombre, Norcturnal et Everblack en tête. Enfin pas pour Deflorate, là, c'était juste moche.

L’extrême vélocité de ce départ d'album peut s'expliquer par le fait qu'ici, le groupe semble avoir trouvé ici son line-up le plus puissant (enfin, on peut dire tous les deux albums, mais on sent une certaine stabilité depuis quelque temps) à commencer par le batteur, dernier arrivé, dont c'est le deuxième enregistrement avec The Black Dahlia Murder, mais le premier où il participe à la composition. Et le gazier va dérouler de la foulée pour sortir certains des titres les plus rapides de la fine équipe de Detroit (Abysmal, Receipt, Asylum) et lui donner ainsi un coté plus direct. Couplé à ça, on a d'ailleurs un retour à un album court car, contrairement aux deux derniers, celui-ci passe sous la barre des 40 minutes et exprime un sentiment d'urgence qui colle parfaitement au groupe.

Tout n'est cependant pas que vitesse, puisque l'on retrouve avec Stygiophobic un morceau qui lorgne vers un Death Metal plus lent et lourd. Mais ce qui fait la force de The Black Dahlia Murder, outre le chant de Trevor toujours aussi fou, ce sont les guitares. Et cette fois encore le travail est monstrueux ! Que çe soit dans les mélodies ou ambiance apportées par les riffs ou encore les soli, tout est parfaitement créé pour donner une dynamique et une aura parfaite (Re-Faced en tête).

Même s'il est assez homogène, Abysmal est tout de même porté par quelques petites tueries comme The Advent, Asylum, la sale vibe de That Cannot Die Which Eternally Is Dead. mais surtout The Fog, où l'on retrouve d'ailleurs des cordes. Et j'vous prie d'croire que ce dernier est d'ores et déjà un hit du groupe, que je place au même niveau que What A Horrible Night To Have A Curse ou Statutory Ape , oui oui ! À chaque écoute, ce titre me file une patate monstre et je me retrouve à gueuler son refrain imparable, alors que je ne connais même pas les paroles. Je fais, vous savez, quand on fait semblant de chanter en faisant des têtes marrantes...

Au début de la chro, j'ai annoncé que je considérais Ritual comme le meilleur effort du groupe « jusque-là », car Abysmal est peut-être sur le point de le détrôner. Rapide, direct, ne souffrant d'aucun temps mort et probablement portant de futurs hits du groupe, il ne reste plus qu'à voir comment le temps et le recul vont agir sur cette nouvelle offrande des The Black dahlia Murder pour se targuer d'un avis définitif. En attendant, je me claque Asylum à qui mieux-mieux au travers de ma chaîne hi-fi, impatient de me la prendre en double dérouillée lors d'un live.

1.Receipt
2.Vlad, Son of the Dragon
3.Abysmal     
4.Re-Faced         
5.Threat Level No. 3     
6.The Fog         
7.Stygiophobic         
8.Asylum
9.The Advent
10.That Cannot Die Which Eternally Is Dead

 

Les autres chroniques

Album

juin 2003 U-Zine

The Black Dahlia Murder

Unhallowed

Album

août 2005 U-Zine

The Black Dahlia Murder

Miasma

Album

sept. 2007 U-Zine

The Black Dahlia Murder

Nocturnal

DVD

mai 2009 U-Zine

The Black Dahlia Murder

Majesty

Album

sept. 2009 U-Zine

The Black Dahlia Murder

Deflorate

Album

juin 2011 U-Zine

The Black Dahlia Murder

Ritual

Album

juin 2013 U-Zine

The Black Dahlia Murder

Everblack

DVD

mai 2014 U-Zine

The Black Dahlia Murder

Fool'Em All

Album

nov. 2014 U-Zine

The Black Dahlia Murder

Grind'Em All

Album

oct. 2017 Schifeul

The Black Dahlia Murder

Nightbringers