Live reports Retour
samedi 26 septembre 2015 - AxHell

Between The Buried And Me + Haken

Magasin 4 - Bruxelles

AxHell

Cramé de musique depuis 15 ans / cinéphile / retrogamer / vieux con / hater notoire. Ah, et je bosse chez les fous. Je le deviens peut être, à force.



Je sais que vous êtes au courant, mais il ne m’a pas encore été permis de l’écrire dans un live report : la saison des festivals d’été est finie. Moi qui ai eu récemment l’occasion d’en faire plus en trois mois que dans TOUTE ma vie, c’est un peu endeuillé que je me résigne à délaisser ces tentes que j’ai fraîchement appris à monter. Finis, ces après midis/afters le cul vissé sur une chaise Décathlon premier prix, un gobelet à la main. Finies aussi ces véritables marées humaines qui, même si elles n’arrangeaient en rien mon côté pas vraiment mondain, avaient fini par devenir ma norme, la première chose que mes yeux rencontraient au réveil.. Bref, comme on ne le sait que si bien, toute bonne chose a une fin.

Loin de me laisser abattre, je me suis remis à scruter les flyers sur le net, à ratisser au sens large des dates susceptibles de m’intéresser de près comme de loin, et la sauterie de ce soir à complètement dynamité mes espérances les plus folles..
En effet, les ricains de Between The Buried And Me, en pleine tournée de promotion pour leur dernier bébé en date, « Coma Ecliptic », s’arrêtent à Bruxelles (après une unique date Française à laquelle il m’était impossible d’être présent) pour nous mettre des étoiles plein les yeux et les oreilles. Pour ce faire, ils sont accompagnés des Anglais de Haken.

Je suis bien content d’être passager cette fois, tant les bouchons (et particulièrement ceux de cette ville) m’horripilent. Offrez-moi des bouchons à mon anniversaire, et je brûle vos familles, et celles de vos proches…
Après une bonne heure de trajet, utilisée entre autres à se faire les oreilles sur le dernier BTBAM justement, nous arrivons, moi et mes deux camarades, dans le quartier des docks et à ce bon vieux Magasin 4, le lieu où tout se passe ce soir.

Arrivés en avance, j’ai le temps de scruter la faune avec laquelle nous aurons le plaisir de transpirer ce soir. Pas mal de hipsters (record de chemises à carreaux vus en concert atomisé), pas mal de coreux, pas mal de jazzmen/progueux dans le tas…seule UNE bonne vieille veste à patches des familles dénotera dans ce cortège plus élégant et sophistiqué. Avec des guillemets hein.
Premier signe annonciateur d’une excellente soirée : deux mecs avec leurs amis et ont acheté deux billets en trop…Ils parviennent jusqu'à nous et nous faisons affaire, ce qui nous permet d’acheter des places à moitié prix devant la salle. « A la cool » comme dirait l’autre, Belge et humoriste de circonstance.

Les portes s’ouvrent, la première Maes est achetée et bientôt bue. Les stands sont déjà prêts, exposant leur merch aux yeux des plus rapides d’entre nous. Ne connaissant pas encore Haken, je ne me dirige que vers celui de BTBAM et ma déception est immense. Comment un groupe aussi raffiné, avant gardiste, complexe et bardé d’influences peut proposer une gamme de tee shirts aussi morne ? Paye tes formes géométriques de merde sans aucun sens à la mode Djent/Post HxC, payes ta police Obey en tout petit sur fond uni…Trop minimalistes, épurés, fades, les designs ne me parlent pas. Je ne m’habille pas chez H&M.

Après quelque chose comme une demi-heure (excusable) de retard, Haken, premier groupe à jouer, investit les planches. Le parterre de spectateurs a quelque peu enflé, et c’est bien 100 têtes qui attendent les premières notes à ce moment de la soirée. Mea culpa, je ne connaissais pas bien la formation anglaise (ou peut être vite fait, de nom, à une époque où j’appréciais le Djent). Une fois n’est pas coutume, c’est en live que j’aurai l’occasion d’évaluer un combo, pour le meilleur ou pour le pire.
Haken donc, pour resituer un peu, nous vient de Londres et évolue depuis presque 10 ans dans un Metal progressif ambitieux, alambiqué et complètement débridé vis-à-vis de ses influences. Après une démo, trois albums et un EP sorti l’année dernière, les musiciens mènent leur barque et semblent rencontrer un certain succès si j’en crois la tonne de reviews dithyrambiques consultables sur leur site web et provenant de nombreux sites et/ou webzines. Ajoutons à cela des occasions de fouler les planches lors de festivals assez prestigieux comme l’Euroblast cette année.
Dès les premières notes, les mecs ont vite fait de poser l’ambiance qui sera celle de la soirée, placée sous le signe de la virtuosité, la technicité, le voyage. Dans les faits, Haken se présente comme un Metal progressif à la Dream Theater, aux mélodies guillerettes, aux envolées techniques hallucinantes. Pour le « profane » relatif que je suis, catégoriser ce genre de formation est tout sauf aisé, et pour cause, j’ai l’impression d’entendre une version « Metal » de Queen côtoyer des passages beaucoup plus orientés pop/rock, le tout saupoudré de quelques growls (présents mais très peu nombreux en vérité, sur un seul morceau tout au plus). Ajoutez à cela une énorme louche de grandiloquence, de théâtralisme hystérique, nombreux passages a capella directement inspirés par l’Opéra (et qui me font penser à l’album « Dimensions » de Freedom Call pour vous faire une idée).
Le groupe semble rencontrer une certaine popularité tant les personnes présentes applaudissent à tout rompre. Les mecs le rendent bien en faisant le show : le chanteur semble très heureux d’être ici et nous gratifie de ses plus belles poses très « Heavy-Metal friendly ». Lors des passages purement instrumentaux, il quitte même carrément la scène pour laisser son claviériste occuper l’espace et électriser la foule.
Pourtant, malgré le bagage technique de ses membres et leur capacité à donner vie à leur musique, le show de Haken me surprend agréablement au début, m’interpelle, pour progressivement me lasser. N’étant ni un grand fan de Dream Theatre et n’ayant pas de grandes connaissances de la sphère Prog, je reste la comme un con, sans savoir si j’ai réellement bien apprécié ou juste « suffisamment ». Oui, c’était très bien joué, oui les mecs sont cools, mais il me manque un fil conducteur reliant toutes ces « explosions » de créativité entre elles.
Quoiqu’il en soit, Haken a rempli son rôle à merveille et nous a offert un ticket pour un voyage maison pas piqué des hannetons, comme on dit. A re-tester en cd pour ma part.

Alors qu’une partie du public quitte la fosse pour aller en recommander une ou pour aller vidanger dans ce qui doit être les toilettes les plus horribles qu’il m’ait été donné de voir dans une salle « pro », mes collègues et moi nous rapprochons d’avantage pour le show de Between The Buried And Me. Autant jouer la transparence : réaliser un live report de cette soirée m’est particulièrement compliqué. A cela, deux raisons. La première c’est le risque de manque total d’objectivité, et pour cause : en une seule écoute de « Parallax II : Future Sequence », BTBAM a su se frayer directement un chemin parmi mon top 15 ou 20 de mes groupes favoris de tous les temps. Et je suis éclectique. Je crois que c’était la deuxième fois de ma vie que j’arrêtais toute activité annexe pendant l’écoute pour me consacrer uniquement à celle-ci, tellement riche et « exigeante », mais tellement gratifiante sur le long terme. Je me revois en train de regarder ma chaîne hi-fi pendant 1h15, comme un con. Il n’y a que ma découverte de Cynic avec « Traced In Air » qui m’avait fait le même effet, un an auparavant.
Le deuxième petit souci, c’est que la trace que m’a laissé ce groupe est tellement indélébile que, de peur d’être déçu, j’attends encore avant de me jeter corps et âme dans le reste de leur discographie… J’ai bien survolé leur tout premier album éponyme ou encore le 1er EP « Parallax » , mais je n’en ai plus aucun souvenir. Et je sais que ça vous arrive aussi.

Le groupe arrive sous un tonnerre d’applaudissements et démarre sans tarder son set. Bordel, je vais voir BTBAM sur scène pour la première fois… Premier constat immédiat : le son est parfait. J’avais quelques appréhensions, car restituer ce beau bordel ne doit vraiment pas être une sinécure : sorte de mixture hautement improbable entre un Death Metal virtuose, un Metalcore plus « calibré », un Metal Prog’ tentaculaire aux 9999 structures tortueuses et labyrinthiques et…. citons pêle-mêle une grosse louche de Jazz, de Fusion, d’Opera, de Muse, de Queen, d’ambiant (pour les interludes que l’on retrouve sur les disques), de musique de film (idem), le tout passé dans une moulinette schizophrène qui fait que je suis à la fois tout à fait d’accord et pas du tout avec ma description de ce groupe.

Revenons au live et, comble du miracle, les mecs entament la meilleure des triplettes possibles. « Coma Machine », 1er single/clip du dernier album en date, sera en effet mis à l’honneur et rencontrera un succès intégral. « Astral Body » et ses méandres quasi-instrumentaux prépareront le terrain pour l’énorme « Lay Your Ghosts To Rest », 1ère véritable chanson du seul album que je connais/adore, donc. O joie.
Encore une fois, le rendu est juste fantastique. Le chant clean est diablement juste, tandis que les parties growlées me surprennent de par leur brutalité. Les musiciens, virtuoses, s’évertuent à nous mener en bateau pour notre plus grand plaisir. Tommy et Paul, respectivement claviériste/chanteur et guitare lead y vont de leurs sourires humbles, accumulant les remerciements chaleureux, visiblement très heureux d’être présents ce soir. Blake, cogneur émérite du combo, martèle ses fûts avec justesse et précision. Seuls Dan et Dustie (basse et guitare rythmique), paraîtront quelque peu en retrait, leurs interactions avec les personnes présentes proches de zéro. Pour ma part, je vis un rêve éveillé…

Le temps se suspend, et quelque chose comme une heure plus tard, le groupe annonce son dernier morceau, « Ants Of The Sky » de l’album « Colors ». Un « grand classique », me dit mon camarade à l’oreille. Le public est encore une fois en liesse et le 1er pogo de la soirée démarre, suivi de nombreux autres et même d’un slam !
Après de nombreux remerciements, le groupe quitte les planches…mais c’était sans compter sur un ultime rappel avec « White Walls », précédé d’une petite jam des familles qui dévoilera un groupe toujours plus humble et à des années lumières de la mentalité de rock stars à laquelle ils pourraient prétendre. Preuve à l’appui avec cette séance de dédicaces/serrages de mains/selfies à laquelle les membres se prêtent volontiers, et même avec votre serviteur qui n’est pas forcément le premier pour accoster des groupes connus…

Le temps d’aller chercher à boire une dernière fois, et c’est déjà l’heure de quitter Bruxelles. Je place sans hésiter cette soirée comme un de mes 10/15 lives favoris, tous styles confondus. Nous passons la bonne heure du retour à débattre sur le concert, les oreilles sifflant encore… C’est pas beau de vieillir, putain.

Merci au Magasin 4 pour cette programmation, aux Maes à 1.80, à Haken et à BTBAM pour leur performance et à Horns Up, qui rend tout cela possible.