Chronique Retour

Album

09/12/14 - Michael

Kalmah

The Black Waltz

LabelSpinefarm Records
styleDeath metal melodique
formatAlbum
paysFinlande
sortiefévrier 2006
La note de
Michael
7.5/10


Michael

Avocat le jour, rédacteur sur Horns Up la nuit et photographe à mes heures perdues.

En 2006, Kalmah nous revient avec leur quatrième album studio intitulé The Black Waltz (La Valse Noire dans la langue de molière). Pourtant, le groupe n’a pas décidé de troquer leurs guitares pour des violons et les marais de Finlande pour la soie et l’Or du Musikverein de Vienne. Au contraire, le groupe nous revient plus puissant que jamais.

Cet album nous montre à quel point deux changements qui peuvent paraître anecdotiques, donnent en réalité une nouvelle orientation (un second souffle pour d’autres) à un groupe. En effet, entre la sortie de Swampsong en 2003 et de The Black Waltz en 2006, le groupe s’est séparé de son claviériste d’origine Pasi Hitula, remplacé par Marco SneckPasi, remarquable musicien aura imprimé de sa patte la musique de Kalmah mais également d’Eternal Tears of Sorrow. Son absence va se faire ressentir avec une orientation plus thrash de cet album, plus conforme semble t-il aux goûts des frères Kokko, très amoureux de ce genre.

Seconde modification, The Black Waltz marque un tournant dans les vocals de Pekka. Auparavant assez gutturale et aigue, à la frontière du black metal pourrait-on dire, sa voix se rapproche ici d’une voix death plus grave, plus basse et plus puissante. Cette orientation se retrouve d’ailleurs toujours aujourd’hui même si quelques variations demeurent. On est en tout cas bien loin de l’époque Swamplord. Ce changement n’est d’ailleurs pas que l’apanage de Kalmah puisqu’on a vu d’autres groupes proches voir leur chanteur évoluer de registre au fil des années (comme Children of Bodom).

Il ne faut pas s'y méprendre, la musique du groupe n'a pas changé du tout au tout et demeure dans la même veine. Toutefois, ces deux changements ont posé les fondations de ce qu'est devenu le groupe aujourd'hui. A savoir un death metal mélodique plus puissant qu'aupravant et résolument thrash.

The Black Waltz regorge de riffs heavys super mélodiques bien aidés par un son de guitare plus rond et plus chaud que ce à quoi le groupe nous avait habitué. Fini l’époque des riffs secs, froid, et tranchants. Le son est ici volontairement baveux pour une impression de puissance. Mais le groupe, en arborant ce regain de puissance avec fierté, n’en a pas pour autant oublié qu’il est un des fer-de-lance du death mélo finlandais. Ces derniers sont ainsi bien obligés de nous offrir des soli de haute volée comme sur Bitter Metallic Side ou encore la très entrainante To The Gallows qui est ma préférée de l’album. Le groupe s’est même essayé à un titre instrumental intitulé Svieri Doroga, mix de Svieri Obraza (leur première démo) et Vezi Doroga (un autre titre de cette démo). De bout en bout, Anti Kokko nous sort une prestation remarquable.

Et il en va aussi de la prestation vocale. Si la voix plus black metal des débuts me sied à merveille et teintait la musique des finlandais d'une froideur supplémentaire, le virage vocal opéré vers un chant plus "classique" fait de growls puissant ne me dérange pas en soi et se marie très bien avec une musique plus puissante et ronde.

 

The Black Waltz révèle malgré tout son lot de petits détails négatifs qui, mis bout à bout, pèsent dans la notation. Si l’album contient quelques perles mélodiques (To The Gallows déjà mentionnée ou encore The Groan of Wind et son intro démentielle ou One From the Stands), il contient également quelques titres plus durs à suivre ou plus généralement à apprécier. Je pense notamment à Mindrust ou Defeat dont on aurait vraiment pu se passer compte tenu de leur manque d'originalité et de compositions lambda (surtout que l’album est plus long que ce à quoi le groupe nous avait habitué).

De même, l’orientation plus thrash de l’album a relayé les claviers au second rang derrière la batterie (très dynamique avec un jeu de double aiguisé) et surtout un jeu de guitare vraiment en avant dans le mix. Le groupe n’a jamais vraiment caché ses influences et la volonté d’avoir une musique principalement basée sur les guitares, mais là il n’y a plus aucun doute et le mix s'en retrouve légèrement déséquilibré. Malgré tout, il s’agit de petits détails tant le rendu global est d’excellente facture. Mais à ce niveau là, on devient pointilleux.

Pour résumer, The Black Waltz marque un tournant dans la carrière du groupe, avec un tempérament plus agressif et un son qui l’est tout autant. Corrélativement (et bizarrement, en fait), le groupe basculera dans un métal plus « joyeux » que par le passé avec des mélodies. Une autre ère dans la carrière des finlandais.

1. Defeat
2. Bitter Metallic Side
3. Time Takes Us All
4. To the Gallows
5. Svieri Doroga
6. The Black Waltz
7. With Terminal Intensity
8. Man of the King
9. The Groan of Wind
10. Mindrust
11. One from the Stands
12. This Mortal Coil (Carcass cover)

Les autres chroniques