Live reports Retour
mardi 15 novembre 2005

Wednesday 13 + Zuul Fx

Boule Noire - Paris

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Après la sortie de leur premier album qui avait eu le mérite de me faire sourire, le groupe du quasi ex-Murderdolls – oui, sachez le, Joey Jordison (Slipknot ) n’a pas l’intention de prolonger la souffrance de nos oreilles - posait babages dans notre bonne vieille capitale, en ce Mardi 15 et non Mercredi 13 ! Ne pouvant arriver avant 21 heures, j’avais peur de débarquer en cours de route et m'étais déjà fait une raison d’avoir louper les français de Zuul FX qui ouvraient pour les poupées mortes.

Heureusement, suite à un gros retard, je pénètre dans la salle alors qu’il reste encore 5 minutes de set à la bande Steeve Petit (ex-No Return). Première constatation, la Boule Noire est blindée, les kids s’étant déplacés en masse pour aduler le sieur Zuul et les W13 ! D’ailleurs, je n’avais encore jamais vu une moyenne d’âge aussi jeune à un concert metal (et pourtant, j'ai assisté à de nombreux concerts de Slipknot ) !
En l’espace de 8 mois, Zuul Fx, à force de concerts dans la région parisienne, a su se forger une véritable notoriété et une bonne base de fans. Et il faut reconnaître qu’ils le méritent tant le groupe s’est amélioré depuis la Soirée Equilibre Music de Mars dernier ! En effet, scéniquement parlant, il n’y avait rien à redire sur le peu que j’ai vu et le son était net et sans bavure… Bref, les éléments étaient réunis pour que la machine Zuul FX soit un véritable rouleau compresseur déroulant et détruisant tout sur son passage comme l’a démontré l’état d’euphorie qui régnait dans la salle intimiste de la Boule Noire. Pourtant, aussi inexplicable que ça soit, je n’ai pas réussi à accrocher pendant les 5 minutes auxquelles j’ai assisté. Je met ça sur le dos de la fatigue et du manque de temps, mais impossible de rentrer dans la musique des français ce soir….

Puis vient une très longue attente, d’environ 45 minutes, afin que les stars de la soirée ne daignent pointer le bout de leur nez ! Histoire d’ajouter un côté burlesque (ou trve evil – à vous de voir -) à leur set, la scène a eut le temps de se remplir de différents crânes ou têtes sanguinolentes… Le décor est planté, le quatuor, maquillé à la Murderdolls, peut donc monté sur scène ! D’entrée le groupe se donne à fond avec House By The Cemetry et nous interprétera tous les morceaux de leur album Transylvania 90210 – Songs Of Death, Dying, And The Dead mais également quelques reprises dont une reprise des Ramones et deux… Des Murderolls ! Ainsi, à l’égal de Max Cavalera et ses reprises de Sepultura, Wednesday 13 nous interprétera 197666 et I Love To Say Fuck.
Le groupe en jette plein la vue scéniquement, le bassiste se la joue Frankenstein, le guitariste nous offre une parfaite imitation de Joey Jordison, quant à W13 il est parfait dans son rôle de leader tout puissant et déchaîné ! Bref, un véritable spectacle scénique distrayant et agréable à voir, ponctué par tous leurs hits (rhaaaa Buried By Christmas !!!!).
Hélas, de nombreux points noirs sont venus gâcher leur set… Tout d’abord, la qualité du son était tout simplement immonde, rendant presque difficile la reconnaissance des morceaux ! Ce qui eu pour effet un second point négatif… En effet, le côté punk festif s’est retrouvé largement atténué par la qualité du son, rapprochant ainsi plus le set de Wednesday 13 à… vous savez qui ! Enfin, l’heure de fin, plus tardive que prévue, du concert eut pour conséquence, un léger vidage progressif de la salle, les kids ayant cours le lendemain matin et les parents en ayant marre d’attendre leurs rejetons peinturlurés et fringués à la dernière mode gothique.

Et oui, une fois le set du groupe conclu par l’excellente I Walked With A Zombie, je m’aperçois à la sortie qu’une trentaine de parents attendaient en grelottant dans le froid parisien à l’extérieur de la Boule Noire pour ramener leur chère petite tête blonde à la maison qui gardera des souvenirs de ce concert plein les yeux.... Et les oreilles (les concerts sans boules quies et avec un son de merde, ça fait mal – on vous aura prévenu -) !