Live reports Retour
jeudi 12 mai 2005

Zuul Fx + Ambryo + Sore

Glaz’Art - Paris

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Six mois environ après les concerts de Bomb Factory et Keishah (m’ayant fait passer une excellente soirée), l’occasion m’était donné de me rendre à nouveau dans la petite salle du Glaz’art à Paris (qui vaille que vaille a résisté aux menaces de fermetures planant sur celle-ci) afin de voir à l’œuvre en live Steeve Petit (ex-No return) et son groupe Zuul Fx. Vu le peu de distance séparant la "scène" du pit, je pressentais avant même le début de la soirée un contact assez intime entre les groupes et son public, pour mon plus grand plaisir.

Deux groupes nous étaient proposés ce soir en guise d’apéro en première partie : Sore et Ambryo. Honneur à Sore d’ouvrir le bal donc. Si leur premières compositions sentaient bon le power metal à la Machine Head, il est évident qu’ils se sont émancipés désormais de cette influence majeur, vis à vis de leur compositions actuelles, plus personnelles. Scéniquement, sous un air de faux méchant, le chanteur nous montre ce soir l’étendu de ces capacités, alternant un chant tantôt mélodique, tantôt gueulard. Les morceaux s’enchaînent plutôt bien, entre du métal et du rock, et ma légère lassitude sur les derniers morceaux venait surtout des parties plus mélodique dans le son, passant relativement moins bien. A noter que le DJ du groupe se migre en second chanteur pour la toute dernière chanson de Sore.

Sore se retire, et c’est à Ambryo de faire valoir ses qualités musicales. Le t-shirt "Kickback" du chanteur Lionel affiche déjà les couleurs du groupe : du très gros hardcore de famille ! Et effectivement ça déménage plutôt pas mal. Les intros de pas mal de morceaux sont souvent expérimental, avant que la musique ne s’emballe par la suite (Ambryo ne fait pas de la musique de fillettes non plus !). De chansons en chansons, j’ai autant apprécié les qualités du chant varié de Lionel (cris hardcoreux clairs ou brutaux, voir black parfois) que les sonorités métal hardcore du groupe (et même parfois death mélodique). Le tout est efficace, entraînant, original. Je vous conseille fortement d’écouter d’ailleurs le morceau « Les autres » (qu’ils ont interprétés jeudi soir), disponible sur le sampler Hard’n Heavy du mois dernier.

Quelques minutes et un ptit kir de Cassis (on se refuse rien, hé oui ^^) après, Zuul Fx fait son entrée en scène. L’ensemble de la populace entassée dans le pit se rapproche nettement, chacun voulant admirer le très baraque et charismatique chanteur du groupe Steeve Petit et ses gants de "biker" (visiblement très apprécié de tous, moi y compris) le plus prés possible. Zuul Fx possède un seul et unique album (« By the cross »), et c’est avec joie et impatience que l’on découvre sur les setlists jonchant la scène avant l’entame du show que Zull Fx va nous interpréter l’intégralité de sa galette, et dans le même ordre s’il vous plaît ! « Behind the light » (le HIT du skeud) et son sample très Fear factory lance donc les hostilités, sous une masse métalleux très connaisseur, n’hésitant pas à donner de la voix et faire valoir ses qualités de pogoteurs dans la fosse. L’ambiance est très chaude, et Zuul Fx enchaîne les titres sans le moindre accroc. Les nombreuses influences du groupe (de Fear Factory à Soilwork, en passant par Rob Zombie et Hatebreed) me saute aux yeux effectivement, ce qui n’est pas du tout pour me déplaire. Steeve n’est qu’à peine à un bras de distance des premiers individus dans le pit, et n’hésite pas à tendre le micro vers eux afin qu’ils donnent de la voix. « Punisher », « Nothing is Real » (et son jolie refrain en chant clair), « God Bless Them » et « Cabal » s’enchaînent sur la même brutalité sonore, et Steeve n’hésite pas à souhaiter (en même temps que nous par la même occasion) la bonne anniversaire à un des techniciens, qui fête ses 20 ans ce soir là. Le titre « I 8 you » est l’occasion pour nous tous de donner de la voix à l’unisson sur le refrain gueulard (« I HATE YOU ! I HATE YOU ! »), morceau qui va être finalement rejoué une nouvelle fois en rappel, me faisant perdre littéralement la tête.

Les premières parties furent très convaincante, et le show de Zuul Fx aura dépassé toute mes espérances, tant la qualité était au rendez vous. Voir ce groupe dans une salle comme le Glaz’art était une réelle aubaine, et je suis ecxité par la perspective de les revoir dans le futur. En attendant, je ne peux qu’affirmer que les absents ont eu tord de ne pas être venu. A voir en live absolument ...