Live reports Retour
dimanche 14 août 2005

The Third Drowning Scene + Zero District + Sequoia

L'Elysée Montmartre - Paris

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Depuis la sortie de leur premier maxi The Forgotten Link, j’attendais avec impatience la venue des français de Sequoia dans notre belle capitale. C’est donc sans la moindre hésitation que je me suis rendu dans le minuscule sous-sol du Café Montmartre en ce week-end du 15 Août. D’ailleurs, qui dit un week-end de 15 Août, signifie hélas, un Paris totalement désert, ce qui laissait à prévoir une faible fréquentation pour cette date.

C’est avec un léger retard – insignifiant à la base, mais pas tant que ça à la fin - que débuta le set des emoboys de The Third Drowning Scene. Pour leur première prestation live, les jeunots se sont plutôt bien démenés malgré un son pas franchement à leur avantage vu qu’on n’entendait pas la seconde guitare et que la voix du chanteur était très souvent couverte par le son des instruments derrière. N’étant pas vraiment fan d’emo, ce groupe m’a tout de même fait penser à un mix entre Atreyu et Underoath, notamment pour les parties de clavier. Après 20 bonnes minutes de set dont un titre entièrement instrumental, le groupe laisse sa place aux plus expérimentés Zero District.

D’après le flyer présentant la formation comme un groupe de Post Hardcore / Screamo, je m’attendais à un entendre un énième clone de Cult Of Luna ou Envy, mais il n’en fut rien en fait ! Zero District s’adonne plutôt à un mélange des genres de hardcore avec en trame de fond du post-hardcore. En effet, leur musique est beaucoup plus noisy et destructurée me faisant presque penser à du The Dillinger Escape Plan par moment. Là encore, le son du Café Montmartre était plutôt mauvais au départ vu que sur les 5 premières minutes du set, il était impossible d’entendre la voix du chanteur. Autant, le premier groupe de par leur énergie sur scène et leur musique m’a plu, autant j’ai eu beaucoup plus de mal avec Zero District même en étant un fan inconditionnel de Cult Of Luna et Neurosis.

Mais venons en au groupe qui m’a fait me déplacer en ce Dimanche pluvieux ainsi que la petite cinquantaine d’autres personnes présentes ce soir là, c’est-à-dire Sequoia ! De retour de leur mini-tournée en Pologne, les Perpignanais terminaient leur tournée par la capitale et avaient à cœur de finir ces 15 jours en beauté. Première surprise, ce n’est pas Yoann qui est derrière les fûts, mais un ami du groupe, le batteur n’ayant pas pu faire le déplacement.
Le quintet débuta son set avec un titre réservé au live, j’ai nommé Indigo et force est de constater que le groupe s’en donne à cœur joie ! Les français occupent parfaitement la scène et semblent être le groupe le plus à l’aise ce soir, surtout que la formation a bénéficié du meilleur son de la soirée, seuls les chants clairs étaient difficilement perceptibles. Puis, le groupe va nous interpréter la quasi-totalité de son EP The Forgotten Link commençant les hostilités avec After Sorrow Comes Serenity suivi de Between Sky & the Man et The One Who Is Not Me. Hélas, malgré tous les efforts du chanteur Iwo, le public parisien reste immobile préférant écouté avec attention les titres impeccablement interprétés !
Sequoia enchaîne ensuite avec leur sublime Interlude instrumentale laissant quelques secondes au chanteur pour se reposer avant de reprendre sur Remember The Child où lui et Karim, le gratteux sautillant, tentèrent sans succès de lancer un circle-pit !
L’emocore des français, proche de Poison The Well et Shai Hulud, prend d’autant plus sa force en concert tant le groupe dépense d’énergie. Après un nouveau titre Automne qui m’a laissé quelque peu sur ma faim (à réécouter plus attentivement), le groupe termine son set avec leur tout premier morceau Invisible Soulmate disponible sur une compile locale. Quel plaisir d’entendre ce morceau (qui m’a fait découvrir le groupe), malgré un petit problème de synchronisation entre la batterie et les guitaristes sur le début du titre. Le set de Sequoia est maintenant fini, mais le groupe s’apprête à rempiler pour deux morceaux en rappel, cependant l’organisateur fait savoir au groupe que la salle doit bientôt être libérée et que le groupe doit stopper son set. Exit, donc, l’excellente Heart Instead Of Eyes et le tout nouveau titre I Among The Others à cause du léger retard pris en début de concert.

Il est 20h10, Sequoia fut LE groupe de la soirée, leur prestation scénique fut tout aussi bonne que leur EP ! Vivement leur prochain album et un nouveau passage à Paris avec un public un peu plus nombreux… Et réactif, cette fois-ci, si possible !