Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Neurosis

Given to the Rising

LabelNeurot Recording
stylePost Metal
formatAlbum
paysUSA
sortiejanvier 2007
La note de
U-Zine
9/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

« Le seul chemin qui mène à la délivrance passe par la découverte et la reconnaissance du caractère unique de son identité. » Henri Miller

L’angoisse, la colère, la peur, la rage, l’inconnu ou encore la sérénité … Si vous avez remonté la discographie des génies d’Oakland des prémices jusqu’à cet album, vous avez forcément rencontré toutes ces différentes émotions. Nous sommes en 2007, et un nouvel opus s’apprête à faire suite à une série de sept albums new age sans aucune faille. La qualité, la richesse et la sincérité de Neurosis étant des conditions sine qua non de chaque sortie, il est inutile de préciser que Given to the Rising répondra aux attentes des fans tout en rameutant toujours plus de disciples au culte d’une entité qui semble incapable de s’arrêter dans son ascension sonore et conceptuelle. De retour chez Neurot Recording, il est temps de voir ce qui se trouve au sein de ce nouveau chef d’œuvre. Clôturant une nouvelle ère pour en ouvrir une autre, Given to the Rising apparait une nouvelle fois comme une œuvre charnière, une énième pierre angulaire du temple Neurosis.

« The shrouded reason, the bleeding answer. »

La récente doublette A Sun That Never Sets / The Eye of Every Storm, inaugurée par le controversé ep Sovereign présentait un Neurosis plus calme, plus atmosphérique et plus aéré. Magnifique période qui avait pourtant quelque peu divisée les fans, ce temps semble être révolu dès la première écoute de cette nouvelle offrande. Poursuivant son schéma artistique hors des conventions et hors du temps, Von Till, Kelly et leur bande livrent ici un album qui s’apprivoise difficilement. Bête domptable sur le long terme, Given to the Rising est le lieu de rencontre et d’expression de tous les horizons sonores ouverts et créés par le groupe depuis près de vingt ans. Entrons désormais dans les détails …

« Like worms in your heart consume an age gold. »

Frappant de front l’auditeur avec des éprouvants Distill ou Water is not Enough, Neurosis marque son désir de retrouver une approche légèrement plus brute et sauvage de sa musique. Maltraitant les genres prédéfinis et se moquant des étiquettes stylistiques, un titre comme Fear and Sickness tourmentera vos insomnies tandis que Given to the Rising, phénoménal morceau d’ouverture, proposera une fresque lancinante et directe à la fois. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si ce titre sera régulièrement joué en live durant plusieurs années après sa sortie dans les bacs. Et que dire de To the Wind, probablement le titre le plus connu mais également le plus marquant, il est vrai, de ce mastodonte sonore qu’est Given to the Rising. Pièce onirique et paisible, elle n’en devient que plus apocalyptique et dépressive au fil des minutes pour aboutir sur un riff qui anéantira toute volonté de rébellion et d’espoir.

« The words of gods lie among us. »

Given to the Rising est une épreuve. Du long de ses 70 minutes, Neurosis offre une nouvelle fois à l’auditeur un tour d’horizon de ses peurs les plus enfouies. Origin, dernier titre de la bête, apparait alors comme une sorte de délivrance. Longue plage « relaxante » de dix minutes, vous pouvez enfin souffler et reprendre vos esprits … Il n’en est cependant rien ! Car même cet ultime morceau se clôt par un excès désespéré de rage incontrôlable. Given to the Rising n’a pas de fin car Neurosis en est une en soit. Un tourbillon hypnotique, sombre et transcendant, un cercle vicieux mélangeant les émotions les plus contradictoires, un ouroboros musical, magistral et destructeur.

« The clouds are looming to remind me of the judgement passed on my soul. »

Tourment de l’âme, monument musical et aboutissement conceptuel, Given to the Rising est tout à la fois. Inspection sensorielle du genre humain, prophète de l’apocalypse et apôtre des arts, Neurosis n’a plus rien à prouver depuis des lustres et pourtant, cet énième opus est un accomplissement en soit. Authentique, humain et sincère, doté d’une excellente production et bénéficiant encore une fois d’excellents morceaux ne souffrant d’aucun remplissage, le quintet d’Oakland livre ici un de ses albums les plus aboutis. Ne correspondant à aucune des périodes précédentes, Given to the Rising ouvre une nouvelle page dans le livre de grâce dont le point final n’est pas prêt d’être écrit. Le chaos n’a définitivement jamais été aussi réconfortant et délectable …

« J’aime le chaos, je suis quelqu’un qui aime l’insécurité, l’incertitude, le manque de structure, j’adore la désorganisation, c’est là-dedans que je suis le plus heureux. C’est là-dedans que les choses les plus intéressantes poussent. » Robert Lepage.

1. Given to the Rising

2. Fear and Sickness

3. To the Wind

4. At the End of the Road

5. Shadow

6. Hidden Faces

7. Water Is Not Enough

8. Distill (Watching the Swarm)

9. Nine

10. Origin

Les autres chroniques

Album

janv. 1992 U-Zine

Neurosis

Souls at Zero

Album

janv. 1992 U-Zine

Neurosis

Enemy of the Sun

Album

avr. 1996 U-Zine

Neurosis

Through Silver in Blood

Album

janv. 1998 U-Zine

Neurosis

Times of Grace

Album

janv. 1999 U-Zine

Neurosis

Sovereign

Album

janv. 2001 U-Zine

Neurosis

A Sun That Never Sets

Album

janv. 2004 U-Zine

Neurosis

The Eye of Every Storm

Album

oct. 2012 U-Zine

Neurosis

Honor Found in Decay

Album

sept. 2016 Balin

Neurosis

Fires Within Fires