Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Neurosis

Through Silver in Blood

LabelRelapse Records
stylePost Metal
formatAlbum
paysUSA
sortieavril 1996
La note de
U-Zine
8.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

« Mais peut-être qu’il n’y a pas d’ordre après tout. Peut-être que l’ordre naturel des choses, c’est le chaos et l’aléatoire. » Jonathan Coe.

Le mystique quintet de San Fransisco avait frappé très fort avec la sortie d’Enemy of the Sun, considéré encore aujourd’hui comme une des pierres angulaires de l’entité Neurosis. Il aura fallu trois ans à la formation pour pondre son successeur, Through Silver in Blood, sorti via Relapse Records et devenu un album culte pour bien des raisons. Une d’entre elles est bien entendu l’arrivée au sein du groupe de Noah Landis aux samples et programmations dont nous reparlerons de l’impact un peu plus bas. Ainsi, désormais constitué de ses cinq organes vitaux, le monstre accouche encore une fois d’une pièce traumatisante d’une richesse incroyable dont il convient maintenant de pénétrer au sein même des entrailles afin d’en extraire l’infinie richesse musicale et conceptuelle. It’s time …

« Our destiny awaits. Survival of our wrath. »

Les premières minutes du titre éponyme étant des percussions tribales, on pourrait penser bêtement et simplement que nous avons là le successeur direct et logique d’Enemy of the Sun et que Neurosis a enfin trouvé son style et va désormais se contenter de stagner … Sachez pauvres fous qu’il n’en est rien ! Comme je l’ai déjà dit dans ces pages, il serait vain de tenter d’utiliser des mots humains pour tenter de décrire la musique des étoiles. Une tentative de vulgarisation prêtant au style de Neurosis un tempo doom, des ambiances tantôt atmosphériques, tantôt ambiantes, tantôt chaotiques et des voix écorchées lorgnant vers le hardcore serait dresser un constat peu reluisant et bien trop réducteur pour une telle alchimie sonore.

« Can you feel your fate. Can you see you’re biding time hide from your life. »

Premier constat, les morceaux sont globalement tous plus longs qu’auparavant (généralement autour de 10 minutes hormis Eye, Locust Star et les deux interludes.) Si le travail sur les guitares était déjà titanesque sur son prédécesseur, c’est bien sur Through Silver in Blood que Neurosis va trouver son propre son et cela s’entend dès le magnifique titre éponyme. On note également que la basse de Dave Edwardson prend de plus en plus de place (Purify) et que son chant gagne en importance au point de créer un trio vocal renversant sur le désormais culte Locust Star, joué quasiment lors de chaque concert encore aujourd’hui.

« We are all pure flame Inside. »

Je le disait dés l’introduction, l’arrivée de Noah Landis va être un tournant majeur pour le groupe et un atout inestimable. L’atmosphère chaotique et bruitiste de cet opus dépasse en effet de loin tout ce que le groupe avait pondu jusque là, que ce soit en matière de production ou d’ambiances (Rehumanize, Eye, Become the Ocean). Cette impression est renforcée par les thématiques des textes, traitant toujours de la destruction dans son ensemble, de la place de l’Homme au sein de tous ces éléments, de l’impact des religions et bien d’autres choses encore, faisant de ce cinquième album des américains un véritable concentré de folies émotionnelles. Un monolithe faisant froid dans le dos et mettant à rude épreuve tous vos sens.

« I will open a door and bleed in your dream. »

Là où la voix de Steve Von Till couplée au piano et aux samples vous arrache le cœur et les larmes avant l’explosion chaotique sur Strenght of Fates, ici où le violon et le piano d’Aeon vous berce jusqu’à vous amener vers un des plus incroyables finals du groupe ou encore ailleurs lorsqu’Enclosure in Flame clôt l’album par un pavé sombre, lent et léger à la fois … Neurosis vous emporte où bon lui semble, indubitablement, mais le voyage est toujours extrêmement éprouvant. Et que dire de ces rythmiques tribales sur le morceau éponyme ou de cette cornemuse à la fin de Purify

« Thy will be done. Thy kingdom come. »

Lourd et hypnotique, Through Silver in Blood marque définitivement la stagnation d’un line up voué à s’élever musicalement et à atteindre des sommets auparavant insurmontables. La démence et l’inquiétude ont gagnés un cran avec l’arrivée de Noah Landis et ceci inaugure une ère résolument plus ambiante qui approche. Culte et d’une qualité évidente, Through Silver in Blood éveillera vos rêves et hantera vos cauchemars aussi longtemps que vous vous y risquerez …

« Bleeding one. Bleed alone. Breeding love. »

1. Through Silver in Blood
2. Rehumanize
3. Eye
4. Purity
5. Locust Star
6. Strength of Fates
7. Become the Ocean
8. Aeon
9. Enclosure in Flame

Les autres chroniques

Album

janv. 1992 U-Zine

Neurosis

Souls at Zero

Album

janv. 1992 U-Zine

Neurosis

Enemy of the Sun

Album

janv. 1998 U-Zine

Neurosis

Times of Grace

Album

janv. 1999 U-Zine

Neurosis

Sovereign

Album

janv. 2001 U-Zine

Neurosis

A Sun That Never Sets

Album

janv. 2004 U-Zine

Neurosis

The Eye of Every Storm

Album

janv. 2007 U-Zine

Neurosis

Given to the Rising

Album

oct. 2012 U-Zine

Neurosis

Honor Found in Decay

Album

sept. 2016 Balin

Neurosis

Fires Within Fires