Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Katatonia

Dead End Kings

LabelPeaceville Records
styleRock Metal Depressif
formatAlbum
paysSuède
sortieaoût 2012
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Plutôt stable depuis le début du siècle, Le line-up de Katatonia a volé en éclat suite à la déception Night Is The New Day. Les frères Norrman ont décidé de quitter le navire tour à tour entre 2009 et 2010 pour reformer des groupes que l’on pensait oublier comme Uncanny ou October Tide. Ce sont Per « Sodomizer » Eriksson, présent également dans Bloodbath, et Niklas Sandin qui se retrouvent respectivement à la guitare et à la basse. De quoi amener Katatonia vers une autre voie que celle empruntée par le précédent opus ? Pas vraiment…

On se doutait un peu que le nouvel album irait dans le sens de Night Is The New Day qui semblait être un album charnière à la vue des dires des membres à sa sortie. L’heure est à la modernité avec des compositions toujours plus complexes et une volonté farouche de faire passer les émotions à travers son Rock lorgnant toujours vers le Metal. En fait, si vous reprenez ma chronique de Night Is The New Day, vous retrouverez presque tous les éléments pour décrire ce Dead End Kings et vous vous retrouverez exactement dans la même position aussi inconfortable en l’écoutant. Le fait de complexifier les compositions par des changements de rythmes ou par la présence de claviers fait perdre ainsi que le fait de rendre sa musique toujours plus moderne finit par faire perdre tout l’intérêt de Katatonia, à savoir les sentiments de tristesse, de dépression et de nostalgie. Donc voila n’écoutez pas l’album, il n’en vaut pas la peine.

Sauf que vous n’êtes pas bête et avez vu la note avant de lire la chronique. Ce sentiment ne dure qu’un temps car Dead End Kings n’est pas un album facile, il se mérite. Ainsi, au bout de cinq ou six écoutes, il se passe quelque chose que l’on n’attendait vraiment pas : Le disque se révèle à nous d’un coup et ça, c’est horrible pour un chroniqueur. Vous vouliez passer pour un méchant et mettre un 5 après une critique cassante et vous vous retrouvez à faire un énième éloge d’un groupe à qui vous tenez. HORRIBLE. C’est bien simple, après écoute de cet album, je me suis rendu compte que Night Is A New Day était un album moyen non pas à cause du style pratiqué ou de la structure de morceaux mais bien parce que les morceaux n’étaient pas bons. Sur Dead End Kings, il y a tout ce qu’il manquait sur son prédécesseur. Anders Nystrom a retrouvé son sens inné du riff casse nuque efficace (« The Parting », « Hyphone », « Buildings », « Dead Letters » ou « Lethean » ne sauront me contredire) tout comme il a retrouvé la clé de son armoire à mélodies (« The Rading Heart », « Leech », « Undo You ») Ajoutez-y de superbes soli comme ceux d’«Hyphone » et surtout de « Lethean » et vous avez un Anders en pleine possession de ses moyens. Jonas Renkse chante aussi bien que sur Night Is The New Day, cependant, cette fois, il a le droit à des lignes plus marquantes (« The One You Are Looking For Is Not Here » en duo sur le refrain avec Silje Wergeland, la chanteuse de The Gathering fait mouche tout comme « The Racing Heart », « Dead Letters », « Undo You », Lethean »).

En 2009, j’écrivais : « Vu la fierté que le groupe a ressenti avec cette sortie, je pense que la discographie future de Katatonia ne me conviendra pas. »
J’étais donc devin à cette époque car je me retrouve devant le meilleur album de Katatonia depuis Viva Emptiness dont un « Buildings » aurait pu faire parti sans problème. Je ne vais pas non plus vous dire qu'avec cet album, on retrouve le Katatonia dépressif qu'on a toujours aimé, ni même qu'il est l'un des meilleurs albums sortis par la formation. En revanche, on a le droit à un effort plus robuste que les deux derniers. Les titres sont surement moins forts que les têtes d'affiches de The Great Cold Distance (« Leaders » ou « My Twin ») mais Dead End Kings est bien plus homogène pour tenir sur la longueur dans votre lecteur.

1. The Parting
2. The One You Are Looking for Is Not Here
3. Hypnone
4. The Racing Heart
5. Buildings
6. Leech
7. Ambitions
8. Undo You
9. Lethean
10 First Prayer
11. Dead Letters

Les autres chroniques

Album

déc. 1993 U-Zine

Katatonia

Dance Of December Souls

Album

janv. 1994 U-Zine

Katatonia

For Funerals To Come

Album

janv. 1996 U-Zine

Katatonia

Brave Murder Day

Album

avr. 1998 U-Zine

Katatonia

Discouraged ones

Album

mai 2003 U-Zine

Katatonia

Viva Emptiness

Album

mars 2006 U-Zine

Katatonia

The great cold distance

Album

nov. 2009 U-Zine

Katatonia

Night Is The New Day

Album

avr. 2020 Varulven

Katatonia

City Burials