Articles Retour

REVUE D'ACTU #17 : Mr. Bungle, Les Chants de Nihil, Benighted, Hexecutor, Mors Principium Est, etc.

dimanche 23 août 2020 - Team Horns Up
Team Horns Up

Compte groupé de la Team Horns Up, pour les écrits en commun.

L'été touche à sa fin ; les jours raccourcissent ; les congés de ceux qui ont pu en profiter se terminent ou le sont déjà ; le soleil commence à se faire plus rare. Certains attendent désormais l'Automne et l'Hiver avec impatience ; d'autres se morfondent déjà à l'idée de voir les beaux jours se terminer. Quoi qu'il en soit, quoi de mieux qu'une riche actualité metal pour vous redonner du baume au moral ? Car si les actualités dont nous sommes abreuvées chaque jour ne sont guère de nature à vous rendre joyeux, l'actualité metal est restée très dense ces derniers mois, et les deux dernières semaines n'ont pas échappées à ce constat. Vous trouverez ci-dessous une sélection des actualités marquantes de ces deux dernières semaines !

***

Mr. Bungle

SA.D.E : Si Mr. Bungle est resté dans les mémoires pour ses albums des années 90 dans lesquels se côtoient plus ou moins tous les styles musicaux, les premières démos du groupes étaient nettement plus qualifiables de metal au sens strict. Plus de trente ans après les avoir composés, Mike Patton, John Spruance et Trevor Dunn ont décidé d'exhumer ces titres, ou du moins les premiers d'entre eux, ceux de la démo The Raging Wrath of the Easter Bunny. Et c'est accompagné de Dave Lombardo et de Scott Ian (rien que ça) que les trois larons ont réenregistré leurs délires de lycéens déjà bien allumés. Entre thrash et death metal, mais avec déjà ce côté foufou et décousu qui fait la saveur du groupe, "Raping Your Mind" donne le ton de ce que cette fausse nouvelle sortie propose. La production fait honneur aux années durant lesquel est sortie la première version du titre, avec un son très mat qui ne ferait pas tâche dans la disco de Slayer. Le chant de Patton est, comme à son habitude, aussi cinglé que parfaitement maîtrisé. Et si on garde en tête que le morceau a été composé par des mecs qui n'avaient pas encore dix-huit ans, on n'est pas surpris de la carrière qui a suivi ce premier essai. 

Les Chants de Nihil

Dolorès : Bel été pour les Bretons des Chants de Nihil. On se réjouit de leur signature chez Les Acteurs de l'Ombre, enfin, après des années aux côtés de Dernier Bastion, suivie de la sortie du premier extrait du prochain album Le Tyran et l'esthète.

Alors que leur dernier album sonnait les cloches des 10 ans, réenregistrant pour l'occasion quelques classiques des débuts du groupe, entre autres, ce nouvel album reprend la trame là où elle avait été laissée. Un Black mélodieux à souhait mais également martial, mené par des parties vocales où le français, tant dans son sens que dans sa prononciation, est roi. « Ma doctrine, ta vanité » reste en tête, toujours dans une construction musicale assez accessible mais terriblement efficace.

On salue également l'initiative de publier, comme vidéo associée, la création en timelapse de la pochette à la peinture par Jerry, frontman du groupe. Original et très plaisant à voir, surtout pour une pochette aussi belle, qui marquera à tous les coups les esprits en attendant la sortie de l'album le 22 janvier 2021.

 

The Ocean Collective

S.A.D.E : Avec ses morceaux à rallonge et ses albums à tiroir (ou l'inverse) The Ocean est un projet qui peut facilement vous laisser sur le bord de la route. C'est peut-être la raison pour laquelle le projet mené par Robin Staps a décidé de proposer un titre instrumental apaisant et concis pour annoncer son prochain album Phanerozoic II: Mesozoic | Cenozoic. Naviguant toujours dans les ères géologiques de notre planète, The Ocean propose donc un premier extrait très planant mais qui garde une certaine gravité, notamment au travers de l'usage des nappes synthétiques qui, en fond de mix, annonce des ambiances plus lourdes. Mais ici, c'est un post-metal de belle facture qui nous est servi, tout en progression discrète et immuable. Je ne vous cache pas que l'on reste un peu sur sa fin lorsque le voyage est terminé ; j'en suis même à me demander si l'on n'a pas à faire à un interlude plus qu'à un véritable titre : la réponse viendra le 25 septembre. Quand au clip proposé, assez énigmatique et sombre, il a été monté à partir d'images prises par des membres du collectif lors de la tournée Siberian Traps de 2019, non loin d'un observatoire soviétique abandonné dans les montagnes Aragats en Arménie.

Hexecutor

Circé : La semaine dernière, les rennais d'Hexecutor proposaient à l'écoute le second extrait de leur prochain album Beyond any human conception of knwoledge. La galette sortira le 25 septembre chez Dying Victims Productions. Et cette cuvée 2020 s'annonce d'excellente facture, avec ici un tempo peut être très légèrement ralenti mais mettant en avant les influences les plus heavy metal du groupe (notemment sur le solo) et le petit riffing mélodique black/thrash qui fait toujours mouche sans pour autant délaisser toute la fureur du thrash direct et efficace. Le côté approximatif des vocaux soulignent cet aspect « raw », au delà du fait qu'on entende presque l'accent français ressortir de l'anglais. Au delà de ça, on note aussi une ou deux petites références à la « Danse Macabre » originelle de Saint-Saëns.

Sunken

S.A.D.E : Groupe danois de Black Metal atmosphérique, Sunken sortira son deuxième album, Livslede, le 18 septembre prochain chez Vendatta Records. Résolument influencé par Der Weg Einer Freiheit, de la pochette qui rappelle le Finisterre des allemands au son froid et mélodique des guitares, le quintet danois propose un premier extrait qui donne envie d'en entendre plus. Avec ses envolées mélancoliques entrecoupées d'agressions plus frontales lorsque le chant (lui aussi assez proche de DWEF), "Ensomhed" laisse présager d'un album aux compositions riches et travaillées. Certes, on est dans un registre qui reste très (sans doute trop pour certains) proche de ce que propose DWEF mais la recette est tellement bien maîtrisée qu'il serait dommage de bouder pour le seul motif de cette filiation trop palpable. Reste que dans les détails, Sunken sait y faire, notamment sur les lignes de basses, souvent légèrement différentes de celles des guitares ouvrant ainsi des espaces plus vastes. Même constat pour l'intervention discrète d'un chant clair sur le dernier passage du morceau qui propose une ouverture que l'on veut volontiers explorer plus avant.

Benighted 

Storyteller: Benighted est un groupe aussi généreux qu’il est brutal. Ils viennent de mettre en ligne leur denier clip pour le titre Serve to Deserve. Ce clip a deux particularités : la première est qu’il a été réalisé en mode confinement. Chacun est chez soi et bien sûr on ne manquera pas de jeter un œil aux intérieurs plus ou moins Metal des membres du groupe. De plus, chacun joue de son côté, un peu comme dans un studio, ce qui donne une ambiance particulière à la chanson, mais à laquelle on est habitué. Ce qui prouve que notre regard sur la manière de filmer la musique est en train de changer.

La deuxième caractéristique est que ceux qui achèteront le titre sur le Bandcamp du groupe feront un geste de solidarité : les bénéfices seront reversés à Rock’n Eat, une salle lyonnaise que le groupe a envie de soutenir. Et là encore, on a une démonstration des effets de la pandémie. Les salles de concert ont souffert du confinement et l’avenir est plutôt sombre. Benighted en est conscient, puisqu’eux-mêmes sont impactés, et ont voulu faire un geste, pour que les lieux où se produisent les groupes de Metal, qui ne sont pas forcément très nombreux, puissent survivre.

Côté musique, vous allez retrouver le Benighted que l’on aime : une grosse dose de brutalité, des riffs carrés qui surprennent parfois en partant en syncope, quelques gruiks histoire de se faire plaisir. Un bon morceau pour ravir nos oreilles et faire du bien !

Black Magnet

S.A.D.E : Avec une approche tout droit venue des années 90, Black Magnet d'épanouit dans de l'Indus très typé Godflesh. C'est en tout cas la voie que trace "Hegemon", extrait de Hallucination Scene, premier album du projet de James Hammontree qui sortira le 4 septembre chez 20 Buck Spin. Avec un son très synthétique saupoudré de saturation lorsque le besoin s'en fait sentir, le son de Black Magnet rend clairement hommage aux pionniers du genre (du moins la scène américaine). Après l'écoute de ce petit bijou noir sorti de nulle part (un seul EP au compteur, complètement passé sous mes radars), j'ai bien envie d'en découvrir plus tant le titre proposé est de bonne facture : un peu noisy sans être bruitiste, très urbain (cela va de soit), et captivant d'un bout à l'autre, on ne va pas faire le difficile.

Mors Principium Est

Michaël : Le retour dans les bacs de Mors Principium Est c'est toujours un évènement. Le groupe enchaîne les excellents albums et fait partie de cette trempe de groupe qui, en dépit d'évolutions limitées, parviennent toujours à apporter une petite touche complémentaire et à venir ravir leurs fans (les Unearth du Death mélo, en somme). Le premier extrait de leur prochain album, intitulé A Day To Redemption ne déroge pas à la règle : on retrouve tous les ingrédiens qui font de ce groupe un des meilleurs de la scène mélodeath finlandaise : des riffs puissants et hyper mélodiques, une voix puissante et une émotion palpable. Reste que, après plusieurs écoutes, certains éléments ont commencé à me titiller un peu : une voix mixée un peu bizarrement, une batterie pas franchemlent flamboyante et une fin de titre un peu baclée. De l'ordre du détail tant les compositions et la vibe globale est exceptionnelle ; mais j'ai hâte de découvrir l'album dans son entièreté pour voir ce qu'il a dans le ventre. En tous cas, quel plaisir de les entendre de nouveau !