Live reports Retour
mardi 18 septembre 2012 - U-Zine

Ramesses + Stangala + Häshcut

Mondo Bizarro - Rennes

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Deuxième fois que les britanniques de Ramesses jouaient en ce lieu intimiste qu'est le Mondo Bizarro. C'était il y a deux ans et ils étaient accompagnés des bretons de Huata (dont je recommande chaudement leur dernier LP "Atavist of Mann").
Formé par d'anciens Electric Wizard, Ramesses délivre un doom aux riffs lourds, lents et puissants qui ne laissent à chaque fois que peu de monde indifférent. Blood Rites Association a décidé de remettre le couvert pour cette rentrée 2012, mais avec cette fois-ci, deux groupes locaux dont les prestations scéniques se font beaucoup trop rares.

Premier acte :Häshcut

Häshcut m'était totalement inconnu avant cette soirée rennaise. Cette jeune formation originaire de la ville de Caen, délivrant un doom aux accents psychédéliques, avait la lourde tâche d'ouvrir la messe noire qui allait se dérouler en trois actes. La basse vrombit jusqu'à en faire trembler les murs, la batterie offre une rythmique douloureusement lente mais destructrice, les guitares se gargarisent de riffs puissants et de solis psychédéliques voire de larsens totalement inattendus mais qui se fondent à merveille dans leur son massif et envoûtant.
Très jolie trouvaille.
Très bon amuse-gueule.

Deuxième acte :Stangala

Les joyeux lurons de Stangala entament leur set avec un léger retard qui fera légèrement tousser le patron de la salle et l'organisation. Quelques pépins techniques résolus plus tard, c'est avec un grand sourire que les druides de Kemper nous délivreront une bonne dose de "Bagadoom bigoudoom". Mais qu'est-ce que le "Bagadoom bigoudoom"? Ce n'est pas bien compliqué. C'est un savant mélange de doom, de musiques celtiques et de bigoudènes ensanglantées.

Leur son se fera très roots, la basse est noyée dans le fuzz et la voix regorge de delay pour une prophétie druidique des plus mystiques. Les samples étaient malheureusement inaudibles, mais leur absence n'a pas pour autant mis à mal leur performance. Les compos trouvent toute leur efficacité et donnent véritablement une autre ampleur sur scène. Stangala nous a démontré en ce mardi soir que la scène doom bretonne est bel et bien vivante. Je soupçonne d'ailleurs chez eux une addiction pré-natale au chouchenn ainsi qu'une prédisposition prophétique à des rites plus lugubres que votre imagination n'oserait créer.

J'ai profité d'un tour au stand de merch pour me procurer "Boued Tousek Hag Traou Mat All" (ravalez votre salive), leur premier album que Shawn a chroniqué en ces lignes.

Troisième et dernier acte :Ramesses

LOURD. MASSIF. HYPNOTISANT. SATAN.

Ce sont les mots qui me viennent à l'esprit en me replongeant dans les bribes de souvenirs laissées par ce concert ravageur des anglais de Ramesses. Evidemment, la part belle a été faite au dernier album en date, à savoir le pesant "Take the Curse", mis à part pour les morceaux "The Tomb" et "Before the Jackals".

Les riffs sont lents, très lents mais lourds, très lourds. Ca frappe fort, ça fracasse. Le batteur Mark Greening, de ses baguettes tenues à l'envers, frappe ses fûts comme si leur durée de vie ne devait, à tout prix, pas excéder le temps de ce concert. Ses cymbales d'un diamètre juste inégalable sonnent et résonnent pendant plus de deux dizaines de secondes à chaque coup donné. Le nouveau guitariste (provenant du groupe Bong), succédant à Tim Bagshaw, semble très imprégné et absorbé par les compositions. Adam Richardson, revêtant un t-shirt de très bon goût, assènera de ses vocaux monstrueux et de ses lignes de basse viscérales, le coup de grâce que la centaine de personnes présentes attendait. "Baptism of the Walking Dead", morceau concluant ce concert fût envoûtant, magistral et les bigres se sont donnés un malin plaisir à le laisser traîner en longueur…

Merci à Blood Rites Association, aux locaux de Häshcut & Stangala, aux anglais de Ramesses et au Mondo Bizarro pour cette soirée placée sous le signe du doooooom. Une bien bonne date pour aborder cette automne.