Live reports Retour
vendredi 26 mars 2010

The Exploited + Discharge + Tagada Jones

Elysée Montmartre - Paris

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Garance Productions, très fort pour organiser des concerts hardcore à Paris, a décidé de passer à la vitesse supérieure, en programmant un festival dans la capitale durant tout un week end. Ces 3 jours ont été répartis en fonction des styles musicaux des groupes : une journée punk, une autre hardcore et une dernière metal.

Je m'excuse pour Soziedad Alkohlika, Uncommonmenfrommars, Black Bomb A et Burning Heads, mais je les ai loupés. Il restait donc à voir Tagada Jones, Discharge et The Exploited, dans une salle pas assez remplie (700 personnes). Place au groupe français :

Tagada Jones

Tagada Jones a livré un très bon concert, emmené par un Niko déterminé. Le groupe a bénéficié de bonnes conditions de scène pour jouer et d'un timing intéressant. Jouant majoritairement des morceaux de ses 2 derniers albums, le groupe breton a ravi les plus jeunes de ses fans. On pourra regretter le manque de punk dans leur musique, mais cela a apporté un peu de sang neuf. Les musiciens de Tagada Jones ont été très pros sur scène, maîtrisant parfaitement leur sujet, et montrant qu'ils ont de nombreuses années de musique derrière eux. Les plus anciens regrettèrent cela et attendirent avec impatience Discharge et son punk anglais pur souche. De mon côté, je me suis ennuyé fermement pour plusieurs raisons : la voix de Niko ne me plaisait pas, la musique n'était pas assez punk et le discours tenu ne m'a pas convaincu. Les appels anti-Sarkozy c'est du vu et de revu...

Setlist :1) Camisole - 2) La Solution - 3) W - 4) Désobéir - 5) Pavillon Noir - 6) Combien De Temps - 7) Une Fois De Trop - 8) D.I.Y - 9) Un Kulte - 10) Cargo
 

Discharge

Après un temps un peu long à se mettre en route, les anglais de Discharge sont débarqués à Paris. Tout de suite, le discours a changé : place au punk autoritaire et à la rébellion. Et avec plus de 30 ans d'existence, le groupe savait comment faire parler la poudre, si bien que le public a explosé au niveau du pit. On a pu regretter cependant le manque de hargne des 2 membres fondateurs du groupe, Tony "Bones" Roberts (guitare) et Roy "Rainy" Wainright (basse), qui jouaient de leur côté sans manifester quoique ce soit extérieurement. Heureusement, Rat, le chanteur à crête, a fait le show, avec un charisme avéré et de l'envie. Il y a eu beaucoup de baston au final dans les premiers rangs, digne d'une grande fête punk. Mais malheureusement, leur set a été bien trop court : au bout d'une demi heure, on leur a indiqué qu'il fallait finir. Discharge a donc sonné la charge une dernière fois, étant un peu déçu, mais promettant de revenir pour jouer plus longtemps. Les anglais ont livré un show intense, qui nous a rappelé aux bonnes vieilles heures du punk. Que ça a fait du bien ! Enfin, le groupe a été une mise en bouche idéale avant The Exploited.
 

The Exploited

Grâce à la réduction du temps de passage de Discharge, les horaires de la journée punk ont été respectés. Durant la pause entre les 2 derniers groupes, anglais, le public scandait déjà des "Exploited Barmy Army" à foison. C'est sur un "Let's Start A War" annonciateur que la guerre a commencé : un peu moins "bourrin" que Discharge, mais ô combien bon, The Exploited a remporté la palme du meilleur groupe de la soirée (de ceux que j'ai vus). La présence de Wattie au chant fut un plus indéniable ! Combien de fans ont été hypnotisés ?... Beaucoup. De plus, d'autres, amateurs de bon jeu de guitare, se sont régalés avec Gav, au look de metalleux, mais à l'attitude bien punk. Aussi, le bassiste Irish Bob, reggae-man dans l'âme, "Bob Marley irlandais", prenait beaucoup de plaisir à jouer sur scène et le faisait partager aux fans des premiers rangs. La setlist, best of du groupe ("I Believe In Anarchy", "Fuck The U.S.A.", "Sex And Violence", "Punks Not Dead", "Beat The Bastards"), a eu aussi l'avantage de mettre en avant le dernier (et déjà lointain) album du groupe : Fuck The System. 7 ans que la bande de Wattie n'a pas sorti de nouvel album ! Il est grand temps de s'y affairer, car même si The Exploited propose à chaque fois des excellents shows, les fans exigeants vont réclamer un nouvel album. Un excellent concert au final, parmi les meilleurs du week end (je n'ai pas vu la journée hardcore, donc mon affirmation est à prendre ou à laisser...).

Setlist :1) Let's Start A War - 2) Fightback - 3) Dead Cities - 4) Chaos Is My Life - 5) Alternative - 6) Never Sell Out - 7) Porno Slut - 8) I Believe In Anarchy - 9) Holidays In The Sun - 10) Troops Of Tomorrow - 11) Fuck The System - 12) Noize Annoys - 13) Beat The Bastards - 14) Army Life - 15) Fuck The U.S.A. - 16) Sex And Violence (avec des membres des autres groupes) - 17) Punks Not Dead - 18) Was It Me ?