Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Black Sabbath

Heaven And Hell

LabelVertigo
styleHeavy Metal
formatAlbum
paysAngleterre
sortieavril 1980
La note de
U-Zine
8.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

On pensait que l'ignoble Never Say Die! avait sonné le glas de Black Sabbath à la suite d'une lente descente aux enfers. Et pourtant tel le phénix, la renaissance par ses cendres n'est que plus majestueuse. Les Anglais, en remplaçant Ozzy Osbourne par feu Ronnie James Dio (nous venant tout droit de chez Rainbow), ont ramené de la rigueur et une énergie nouvelle.

Avant d'être le succès qu'on lui connaît tous, Heaven And Hell est l'album de la discorde. Ozzy Osbourne affirme qu'il avait participé à sa composition avant d'être viré. L'ancien bassiste d'Elf et Rainbow, Craig Gruber en fait de même en allant même jusqu'à dire que c'est sa basse que l'on entend sur cet album à l'exception de « Neon Knights » et que c'est lui le géniteur de « Die Young ». Des accusations invérifiables mais qui collent avec le fait que Geezer Butler avait plus la tête à son divorce qu'à l'écriture d'un nouvel album pour Black Sabbath. Son départ semblait tellement inéluctable que le groupe avait déjà embauché Geoff Nicholls pour le remplacer mais devant le retour du bassiste originel, il restera en tant que claviériste dans la formation de Birmingham.

Voilà pour la séquence Gala. Je pense que si vous êtes ici, c'est plus pour parler Musique et ça tombe plutôt bien car Heaven And Hell est un grand album de l'Histoire du Metal qui en a influencé beaucoup et pas des moindres. Par exemple, Bruce Dickinson ne cache pas que le morceau d'Iron Maiden « Children Of The Damned » est influencé par « Children Of The Sea » (Dans sa construction, j'aurais plutôt pensé à « Heaven And Hell »). Et comment ne pas mieux débuter l'album sur « Neon Knights » avec cette petite phrase made in Ronnie : « Oh no, here it comes again! » qui veut tout et rien dire mais dans le contexte de la fin d'une époque me semble avoir une signification. Les mecs, le Black Sabbath sombre est de retour. Le groupe culte qui a tout inventé (ou presque...) est là pour vous foutre une rouste dont vous vous rappellerez.

Black Sab’ est de nouveau conquérant, n’allant peut être pas jusqu’à innover comme il a su le faire dans son glorieux passé mais démontrant une envie de montrer que ce sont les maîtres. Après une période Hard Rock tendance et voyant les quelques groupes au succès grandissant comme Judas Priest ou Motörhead, le groupe de Birmingham va revenir vers le genre qu’il a, en grande partie, contribué à créer : le Heavy Metal. Et quand Black Sabbath retrouve la forme, les titres cultes s’enfilent comme des perles. Comme souvent, il commence par un premier morceau rapide et percutant, une sorte de tube incontournable (Chose vraie pour tous les albums depuis Sabbath Bloody Sabbath). Voici donc « Neon Knights » qui va vous en mettre plein la gueule et qui restait jusqu’à la mort de Ronnie James Dio, le titre du rappel en concert. A coté de lui, on retrouve trois titres qui me semblent incontournables : « Children Of The Sea », « Die Young » et « Lonely Is The Word ». Au dessus de tout, « Heaven And Hell » se classe parmi l’un des classiques ultimes du Metal. Il y a tout ce qu’on aime sur cet album. La maîtrise, l’esprit Rock’n Roll, l’envie. Tony Iommi et Geezer Butler s’amusent à placer des soli de leurs instruments respectifs à chaque fois qu’ils en ont la possibilité. L’esprit Jam des débuts est de retour. Ronnie James Dio, lui, démontre qu’il est surement le meilleur chanteur de Heavy Metal de l’Histoire. Il est capable de tout transcender, même les titres les plus faibles.

En effet, je regrette cette petite inégalité entre les gros morceaux pré-cités et des titres plus Hard Rock comme « Lady Evil », « Wishing Well » et « Walk Away » qui me paraissent clairement en dessous. Le comble dans tout ça, c’est que ces morceaux auraient fait belles figures sur un Never Say Die! car s’ils sont en dessous du reste, ils ont la flamme et sont bien plus inspirés. Il faut dire qu'ils sont aussi accompagnées de grands morceaux.

Donc à la question de savoir si Heaven And Hell est le meilleur album de Heavy Metal, je répondrai sans hésitation que non. C’est un vrai retour en force aussi inspiré qu’inespéré mais ce n’est pas l’album le plus abouti de la période Dio qui viendra, ma foi, très vite. If you listen to fools…

1. Neon Knights
2. Children Of The Sea
3. Lady Evil
4. Heaven And Hell
5. Wishing Well
6. Die Young
7. Walk Away
8. Lonely Is The Word

Les autres chroniques

Album

févr. 1970 U-Zine

Black Sabbath

Black Sabbath

Album

sept. 1970 U-Zine

Black Sabbath

Paranoid

Album

juil. 1971 U-Zine

Black Sabbath

Master Of Reality

Album

sept. 1972 U-Zine

Black Sabbath

Black Sabbath Vol. 4

Album

déc. 1973 U-Zine

Black Sabbath

Sabbath Bloody Sabbath

Album

juil. 1975 U-Zine

Black Sabbath

Sabotage

Album

sept. 1976 U-Zine

Black Sabbath

Technical Ecstasy

Album

sept. 1978 U-Zine

Black Sabbath

Never Say Die!

Album

nov. 1980 U-Zine

Black Sabbath

Mob Rules

Album

juin 2013 U-Zine

Black Sabbath

13