Chronique Retour

Album

28/05/20 - Lien Rag

Mayhem

Daemon

LabelCentury Media
styleBlack Metal
formatAlbum
paysNorvège
sortieoctobre 2019
La note de
Lien Rag
5.5/10


Lien Rag

Normand qui aime le gris

Daemon est l'album qui m'a été le plus difficile à appréhender. Plus dur encore que Grand Declaration Of War, lequel au fil des années a fini par me montrer sa richesse. Wolf Lair's Abyss, en dépit de sa courte durée est aussi massif qu’exigeant. Quant à Chimera, album piège par excellence, sa froideur presque mécanique a malheureusement laissé sur le carreau de nombreux auditeurs. Mais à force je lui reconnais une patte et un feeling bien haineux. Plusieurs écoutes ont été nécessaires pour cette cuvée 2019 et j'ai le sentiment encore d'avoir toujours le cul entre deux chaises. Avec De Mysteriis Dom Sathanas ou Ordo Ab Chao, c'est simple, c'est génial. Avec Esoteric Warfare aussi, c'est tout vide. Mais ici, il aura fallu beaucoup plus de patience et d’écoutes.

Pourtant, j’ai eu une bonne appréciation lors de ma première écoute. Très bonne même. La musique de Mayhem est certainement dans le milieu du black metal celle qui est la plus impactée par les événements que traversent personnellement les membres du groupe. Entre des personnalités comme Necrobutcher ou Hellhammer, ça fait des étincelles, chacun se hait avec plus ou moins de sincérité, et cela s'entend. La piste d'ouverture confirme deux choses : leurs riffs sont d'emblée plus agressifs et percutants. La production a été mieux gérée que sur le précédent album, absolument sans relief. Les guitares sont plus tranchantes et le mixage final fait moins synthétique. Cela faisait même longtemps que l'on avait pas entendu Hellhammer aussi en forme chez Mayhem. Le second titre, Agenda Ignis, avec ses riffs acérés, confirme cette bonne posture. La première écoute est pour le moins agréable surtout lorsque l'on a en mémoire le four (à mon sens) qu'a été Esoteric Warfare. Des rythmiques mieux travaillées, un meilleur travail global sur l'écriture, des breaks qui semblent venir à point nommé. On retrouve même du vieux Mayhem sur des pistes old school comme Worthless Abominations Destroyed avec ce sens si typique du tremolo-picking, Attila qui sait où placer ses incantations.

Un groupe très impacté disais-je. Le groupe sortait d'ailleurs d'une longue tournée mondiale à rejouer dans son intégralité De Mysteriis Dom Sathanas en permanence, et cela s'en ressent jusque sur cet album, probablement composé en même temps. Et c'est là que le bât blesse. Daemon se veut trop, même inconsciemment, jusque dans le feeling et l'écriture comme une suite à De Mysteriis Dom Sathanas... Et bien que la première écoute soit réjouissante, cet album n'en a tout simplement pas la carrure. Malgré toutes ses qualités, il respire un peu trop le formol. Bien écrit mais trop générique. Bien exécuté mais trop réchauffé. L'album au final se révèle de moins en moins percutant au fil des écoutes tout en se disant que quand même, Mayhem sauve les meubles.

Et c'est ça le problème : C'est Mayhem. Daemon arrive avec au moins douze ans de retard. Le groupe a réussi à progresser et proposer quelque chose de différent et novateur à quasiment chaque album. Le problème, c'est aussi de se tromper de combat. Car De Mysteriis Dom Sathanas chapitre 2 existe déjà : c'est Ordo Ab Chao. Expérimental et fou furieux, audacieux tout en gardant le sel de ce qu'est Mayhem. Attila au meilleur de sa forme, hurlant, criant, pleurant, grognant et chuchotant, bien plus inspiré que maintenant. Teloch est un très bon faiseur soucieux de préserver le jeu de feu-Euronymous, mais je regrette tout de même l'époque Blasphemer qui avait su le faire tout en portant le groupe à un sommet de technicité et d'avant-garde avec des riffs captivants.

Daemon sera au final un album largement acceptable. Un album qui plaira encore à de nombreux aficionados. Pour ma part, il arrive vraiment trop tard et il est déjà rangé dans un carton. Mais le considérant comme étant nettement au dessus de son prédécesseur, je resterai encore curieux pour la suite de ce groupe légendaire.

 

Tracklist :
1. The Dying False King  
2. Agenda Ignis
3. Bad Blood  
4. Malum  
5. Falsified And Hated  
6. Aeon Daemonium  
7. Worthless Abominations Destroyed  
8. Daemon Spawn  
9. Of Worms And Ruins  
10. Invoke The Oath  
11. Everlasting Dying Flame (Bonus Track)
12. Black Glass Communion (Bonus Track) 

 

 

Les autres chroniques

Album

mars 1987 U-Zine

Mayhem

Deathcrush

Album

janv. 1992 U-Zine

Mayhem

Live in Leipzig

Album

juin 2014 U-Zine

MayheM

Esoteric Warfare