Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Anathema

We're Here Because We're Here

LabelKscope
styleRock Atmosphérique indispensable
formatAlbum
paysAngleterre
sortiemai 2010
La note de
U-Zine
9.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

La vie n’est pas toujours rose quand on est groupe jouissant pourtant d’une excellente réputation. Anathema, l’un des pionniers du Doom Death à la Britannique avec My Dying Bride et Paradise Lost, en a fait les frais à la moitié de la décennie 2000. Présent avec Opeth sur l’excellent label Music For Nations, les Anglais ont très mal vécu la faillite du label. Si bien qu’il a fallu sept ans au groupe pour sortir un nouvel album après le très bon A Natural Disaster si toutefois on ne compte pas l’album de reprises semi-acoustiques Hindsight sorti durant l’année 2008.

Pourtant l’album était près depuis longtemps. Certains titres comme « Angels Walk Among Us » ou « A Simple Mistake » étaient disponibles (pas dans leurs versions finales) sur le net depuis facilement trois ans. Le groupe les avait, par ailleurs, joués lors de son passage à l’Olympia fin 2007 en première partie de Porcupine Tree. C’est dire si l’autre groupe de Liverpool a eu le temps pour peaufiner chacun des arrangements et des enchainements et rendre ici sa meilleure copie depuis Alternative 4.

A vrai dire, je n’attendais rien de cet album, la peur de trouver quelque chose d’aussi décevant que son nom, We’re Here Because We’re Here qui veut absolument tout et rien dire et d’une simplicité sans nom. En revanche, le choix de la pochette a été d’une toute autre finesse. Réalisé par Vincent lui même et Lasse Hoile (à qui l'on doit les récentes pochettes de Porcupine Tree ou encore les deux derniers clips d'Opeth), cet artwork est parfaitement dans le ton de ceux proposés depuis A Fine Day To Exit entre la solitude du personnage (un petit air qui rappelle celui d’Across The Dark d’Insomnium) et le brin d’espoir entretenu par la chaleur des couleurs proposées (le bleu clair de la mer et l‘orange du soleil).

Cet album est d’ailleurs un des plus optimistes du groupe avec un sentiment de plénitude distillé par les textes et les thèmes (on est très loin de la tristesse d’Alternative 4). Vous avez aimé vous envoler dans les airs durant « Closer », vous avez adoré les guitares chaudes de « Are You There ? », vous planez à l’écoute de « Violence » ? We're Here Because We're Here est fait pour vous puisque reprenant là où A Natural Disaster s’est arrêté. En revanche si vous trouvez, comme moi, que Lee Douglas est une des plus grandes chanteuses à l’heure actuelle, vous serez très déçus car elle n’a pas de chanson rien que pour elle comme « A Natural Disaster ». Elle est plus présente mais moins mise en avant. Son rôle est de doubler la voix de Vincent sur certains morceaux tels « Angels Walk Among Us », « Everything » et « Summernight Horizon ». Le seul morceau où l’on entend la miss chanter toute seule, c’est sur le fin de l’interlude « Presence ». Dans le fond, ce n’est pas si grave puisque ses interventions ajoutent de l’intensité à un album qui n’en avait pourtant pas plus besoin tant la musique se suffit d'elle même pour nous transporter au fil du vent. Vincent chantait, il y a sept ans, « I Feel Like I'm Flying Above You ». Dorénavant, ce n'est plus qu'un simple sentiment, il se prend littéralement pour Icare et sur ses plumes de cire, nous nous retrouvons... Les yeux grands comme des ballons, émerveillés comme si rien ne pouvait nous arriver. Des sentiments de détente et de bonheur intense nous submergent durant ce vol d'une petite heure.

On ne redescend qu'avec « Get Off, Get Out », une sorte de mix entre Radiohead et Porcupine Tree pas déplaisant mais pas du tout dans le ton d'un album qui décolle sur chacun des autres titres. Tout a été mis en place pour que cet album soit le plus abouti de la carrière du groupe à commencer par la post production léchée. Je n'ai qu'à vous citer deux noms pour vous prouver qu'Anathema n'a jamais fait mieux dans ce domaine : Steven Wilson (Porcupine Tree, Opeth, Orphaned Land,... ) et Jon Astley (The Who, Led Zeppelin), le premier au mix, le second au mastering. Oui, Anathema sait particulièrement bien vendre ses créations. Cet album sonne dès lors comme un album de Post-Rock, chose qu'il n'est pas totalement malgré quelques sonorités à la Mono. On est bien dans un Rock Atmosphérique de très très haute volée (divin ?) qui ne laissera insensible personne. La place est faîte aux mélodies qui prennent encore un peu plus de place dans les compositions. Sur la moitié des titres, ces mélodies toutes gentilles au début des morceaux mais qui montent en puissance au fur et à mesure comme un compte à rebours pour un décollage vers les nuages, le Paradis. La structure finalement communes de ses morceaux est finalement prévisible mais fait mouche à chaque fois (« Thin Air », « Angels Walk Among Us » et « A Simple Mistake »). Les autres titres sont tout aussi passionnants avec un « Summernight Horizon » plus violent mais magnifique dans lequel le clavier prend le pas sur le reste au point de retrouver un solo dans un style « futuriste » proche des Rush et Dream Theater. Une doublette « Dreaming Light » - « Everything » calmant le jeu de très belle façon surtout en ce qui concerne la première touchante au possible. « Universal » rappelle « Alternative 4 » par la manière dont est mixé la voix pleine d'échos de Vincent, émouvante et exprimant parfaitement la solitude. Pour mettre les petits plats dans les grands, la musique de ce titre sur lequel il n'y a aucune guitare est jouée par le London Session Orchestra. La tristesse de ce titre est vite laissé de coté pour retrouver les tons chauds de « Hindsight », une instrumentale lumineuse pleine d'espoir.

Pour le coté Bankable, Ville Vallo (H.I.M.) vient faire une timide apparition pour les choeurs de « Angels Walk Among Us ». Peut être de quoi attirer un nouveau public vers Anathema ? Pourquoi pas !

We're Here Because We're Here est le sommet de la carrière d'Anathema. Le groupe a muri et a changé sa manière de voir les choses. Le positif est de retour comme dirait l'autre ou fait son apparition remarquée et remarquable dans la discographie du groupe avec cet album démentiel dont il fait la dose chaque jour qui passe pour vous foutre une pêche incroyable. Le genre d'album à écouter inlassablement un jour de soleil avec juste une petite brise pour se sentir décoller.

1. Thin Air
2. Summernight Horizon
3. Dreaming Light
4. Everything
5. Angels Walk Among Us
6. Presence
7. A Simple Mistake
8. Get Off, Get Out
9. Universal
10. Hindsight

Les autres chroniques