Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Offending

The Destruction of the Human Spirit

LabelAutoproduction
styleBrutal Death Metal
formatAlbum
paysFrance
sortiedécembre 2007
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Offending, groupe présent sur le forum d’U-zine, n’a pas sa chronique chez nous. Sacrilège ! Après une démo (Offending – 2005) un peu controversée, le groupe a enregistré quelques changements dans son line-up : un nouveau chanteur, Jesus The Butcher, un nouveau guitariste en la personne de Loic Naud et un nouveau bassiste, Yoni (qui joue dans B.S.D., tout comme Jesus). Le groupe du Poitou-Charentes a sorti en décembre 2007 une seconde démo : The Destruction Of The Human Spirit. Suite à ce nouvel effort, vous le savez, Offending a triomphé au tremplin Sin Cession, et a joué au Hellfest 2009 ! Ce fut un passage remarqué (remarquable), qui en a séduit plus d’un, à coups d’uppercuts en pleine tête. Voyons, à travers un face à face, comment pouvons-nous compter les points (poings) sur cette seconde démo d’Offending ?

Tout d’abord, Offending monte sur un ring beaucoup plus à sa taille que pour sa première démo : j’entends par là que la production a permis au groupe de s’exprimer totalement. C’est comme si aussi Offending, qui luttait en catégorie mi lourds jadis, revenait avec un corps affûté en catégorie lourds. Le groupe a du punch, c’est bel et bien ça, et ils en ont à revendre !
Nous avons intérêt à avoir une bonne garde, sous peine d’avoir à encaisser des coups violents.

Round 1 : « Without Anything »

Après une entrée classique, Offending passe la surmultipliée, nous martelant comme si notre tête était un punching ball. Deux influences se dégagent rapidement : il y a dans un premier temps Deicide, avec un jeu de guitare et une voix d’ours qui font penser à la bande de Benton. Ensuite, à travers le break central en mid tempo et l’accélération, on pense à Morbid Angel, notamment à cause du jeu de guitare comportant des harmos forcées. C’est un premier round efficace, qui nous montre bien que la suite ne sera pas facile. Offending impose sa boxe !

Round 2 : « Don’t Let Us Down »

Après un court break, qui ne nous a pas laissé le temps de reprendre notre souffle, le second morceau commence de la même manière que le premier. Une grosse impression de puissance s’en dégage, mais on sent aussi que le jeu de jambe de notre adversaire est redoutable, avec des parties en groove qui le font se déplacer autour de nous. Contrairement au premier titre, assez classique, ici, on a droit à des rythmes syncopés. Ceci apporte de la modernité dans un brutal death metal classique. Le boxeur Offending a donc su travailler sa technique, en plus de sa musculature. Aïe ! Le crochet du gauche dans les côtes a fait mal !

Round 3 : « Mental Corrosion »

Les mots de notre manager n’y font plus rien, Offending a une totale emprise sur nous. Le troisième round s’annonce terrible. Il est le plus long du match en plus. L’animal a changé sa tactique de combat : il commence différemment, en mode observation, de manière plus posée, avec un début planant et un solo de guitare. La suite est un carnage ! Jesus, au chant, nous propose une voix hardcore qui rend bizarrement en album, mais en live, je peux vous assurer que ça vaut le détour. Très rapidement, il enchaîne sur son chant d’ours death. Les coups pleuvent, plus moyen d’esquiver ! Crochet du gauche à 1 minute 50, revers à 2 minutes 30, le pressing est très fort. Offending nous balance dans les cordes tout en continuant à nous frapper. Ce morceau est mon préféré de la démo : à la fois technique, groovy, rempli de breaks qui mettent des baffes, ayant des alternances de voix, de rythmes. Il est celui qui a l’allonge la plus conséquente. Amer constat en regagnant mon camp sur le côté au moment du break : l'arcade sourcilière droite est ouverte...

Round 4 : « The Destruction Of The Human Spirit »

Nous sommes à la limite de jeter l’éponge, devant le flot de coups violents que l’on vient de prendre. Et ça continue avec le titre éponyme ! Une droite dans le flanc, notre pulsation cardiaque s'accélère et la respiration se fait difficile. Ce morceau est plus classique que le précédent, même si de nombreux passages syncopés, ou fin de mesures groovies sont là pour nous rappeler qu’Offending sait créer sa musique propre. Stop ! Suite à un direct du droit sur la paumette, Offending vient de nous envoyer au tapis. L’arbitre arrête immédiatement le match.

Pendant ce temps de divagation, où nous, pauvres boxeurs émérites, essayons de retrouver nos esprits, nous pouvons faire le point sur les performances individuelles de l’adversaire : la puissance vocale et le coffre de Jesus The Butcher impressionnent (autant en CD qu’en live). Ensuite, les attaques multiples des guitaristes Gropoil et Loic sont très techniques et variées. Elles vont du coup droit brutal death très classique aux crochets syncopés en passant par des soli dignes d’uppercuts inattendus. Puis, Gelo (il a enregistré la basse sur la démo, Yoni étant désormais le bassiste) est tout aussi adroit à la 4 cordes. Il est très audible et a des parties en tapping plutôt intéressantes (les guitaristes aussi). Enfin V.R. est un phénomène : la constance de ses frappes, la vitesse de ses poings, la variété de son jeu de jambe, à la fois en blast et en parties groovies, son jeu d’esquive aux cymbales en font un redoutable combattant derrière les fûts. Pas étonnant lorsqu’on sait qu’il joue aussi dans Asmodée.

Il a fallu 15 petites minutes et 4 rounds à Offending pour nous mettre hors combat. Un K.O. dans les règles de l’art. The Destruction Of The Human Spirit est une démo qui montre clairement qu’Offending a de l’avenir. Nous, pauvres sparring partners, allons en baver encore pour longtemps à l’entraînement. Un peu d'alcool (du picon bière) va soigner toutes nos plaies vite fait...
Attendons nous à un premier album renversant, pour bientôt !

1. Without Anything
2. Don't Let Us Down
3. Mental Corrosion
4. The Destruction Of The Human Spirit

Les autres chroniques