Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

From Autumn To Ashes

Too Bad You're Beautiful

LabelFerret Records
styleEmocore
formatAlbum
paysUSA
sortieaoût 2001
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Repéré très tôt par Ferret Records, From Autumn To Ashes n’est pas un groupe inconnu. Ils ont été découverts sur une tournée avec Metallica (quand même). Ils ont ensuite joué avec Thursday ou encore Finch. C’est donc un groupe très diversifié au niveau des influences auquel on peut s’attendre. On ne sera pas déçu (enfin je n’ai pas été déçu).

Le groupe produit une musique très spéciale. C’est un mélange d’émo et de hardcore. On pourrait appeler ça de l’émocore mais le hardcore est très important dans le groupe. Donc le style est très difficile à décrire. Les chansons sont généralement différentes les unes des autres.

On peut néanmoins séparer les chansons en trois catégories : les chansons très proches du hardcore, les chansons émo et les « trips » du groupe. Certaines chansons peuvent apparaître dans plusieurs catégories, la longueur des chansons permettant d’y introduire plusieurs types de musique. C’est assez rare pour le signaler mais l’album dure plus de minutes (47 pour être plus précis) pour dix chansons. Les morceaux possèdent à peu près tous un pont assez long beaucoup plus calme que le reste de la chanson. Ce qui donne l’impression de cassure. Ce n’est pas forcément agréable tout le temps. Quand la piste est très rapide ( « Capeside Rock » ), le pont casse un peu le rythme et la chanson a du mal à repartir. La voix du chanteur Benjamin Perri est magnifique et très polyvalente. Il peut enchaîner cris et chant clair sans problème. Sa voix criée est tout simplement impressionnante. Ses cris sont déchirants et uniques. Son chant clair est aigu et enroué ce qui rend vraiment très bien comme on peut l’écouter dans « Chloroform Perfume » .

Les chansons hardcore montrent une impressionnante qualité. Le groupe excelle dans le genre. C’est vraiment de très bonnes chansons, très rapides, avec des guitares très lourdes. La violence est vraiment présente dans ces compositions « Capeside Rock » ou encore « The Switch » . Ce sont des chansons qui part leur riffs enragés me font un peu penser à As I Lay Dying.

La partie émo de l’album est la plus présente. Les chansons sont magnifiques. Beaucoup plus lente que les chansons précédentes mais tout en gardant un charme certain. Très appréciables des fans d’émo voir émocore à la 36crazyfist. Les deux premières chansons de l’album « The Royal Crown vs. Blue Duchess » (dans laquelle on peut admirer la voix saturée du chanteur) et « Cherry Kiss » en sont un parfait exemple. Le rythme est plutôt lent mais les riffs sont très réussis, la mélodie très belle. Le groupe n’a pas hésité à utiliser les guitares acoustiques (passage obligé de n’importe quel album d’émo qui se respecte) comme dans « Chloroform Perfume » . Cette chanson possède un final très beau avec les cris de Perri.

Dans les trips du groupe, on peut noter la présence d’une chanson sans grand intérêt pour l’album. C’est la 4ème « Mercury Rising » pendant laquelle on entend une voix parlant sur des chants presque religieux. Tout simplement étonnant. « Reflections » est une chanson un peu spéciale. Elle commence par 2 min 30 d’intro à la guitare acoustique et ensuite surprise c’est une voix féminine (Victoria Pilato) que l’on entend. La chanson n’en reste pas moins agréable. Mais cela reste inhabituel dans ce style d’album. Cette voix réapparaît à la fin de « Short Stories With Tragic Endings » .

La bande de Perri nous a pondu un très bon opus répondant à beaucoup de critiques qui avaient descendu le groupe à ses débuts.


1. The Royal Crown Vs Blue Duchess
2. Cherry Kiss
3. Chloroform Perfume
4. Mercury Rising
5. Capeside Rock
6. Take Her To The Music Store
7. The Switch
8. Reflections
9. Eulogy For An Angel
10. Short Stories With Tragic Endings

Les autres chroniques