Live reports Retour
jeudi 10 décembre 2009 - U-Zine

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate + Corpus Mortale

Cargö - Caën

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Avec une tournée intitulée "Those Whom the Gods Detest", il ne fallait pas s'attendre à ce que le climat Normand accueille les 5 groupes embarqués sous cette bannière par un climat méditerranéen.

Si Corpus Mortale ouvre effectivement devant une cinquantaine de spectateurs plutôt frigorifiés, les danois vont bien vite réchauffer l’atmosphère en s’appuyant notamment sur un batteur volontaire. Etant pour la suite de la tournée substitués par Hackneyed, le combo se lâche et fait honneur à ses ancêtres, aidés dans cette tâche par les tournées de breuvages revigorant offertes entre chaque morceau. L'ambiance est donc plus que bon enfant et le groupe ne fait que hausser le ton à chaque titre qui passe. Le style pratiqué n'est ni le plus original, ni le plus technique mais le chanteur a une voix à la fois puissante et gutturale et le marteleur de fûts connaît son affaire. Très bon son et lights qui vont s'étoffer au cours du set, un excellent groupe de chauffe visiblement ému de devoir quitter le navire.

Ulcerate porte, de mon petit avis personnel, superbement bien son nom : visuellement pénible (on a l’impression que le groupe joue pour lui) et si concentré sur la technique qu’il en oublie l’émotion. Ce manque de communication est d'autant plus nuisible que les transitions ne sont pas des plus fluides. L'un des guitariste porte un t-shirt d'Enslaved mais on est hélas bien loin. Techniquement assez impressionnant (ça joue bien, carré au possible et sur des tempos changeants) le groupe ne dégage pas vraiment d'émotions mais a véritablement sa place sur l'affiche qui propose un menu à la fois cohérent et varié, propre à satisfaire tous les amateurs de death.

Ainsi Grave est-il l’exact inverse du groupe précédent : à l’image de son batteur qui envoie la bûchette sans se poser de question, le groupe enchaîne les titres old school en les jetant à la face du public. Quelques pains mais ici c'est l'énergie qui prime, le tempo est bien plus plombé, les guitares sont râpeuses ... du métal qui sent la bière.

Le grain de voix du chanteur fait l'une des forces de Grave : écorché, puissant avec un petit quelque chose de morbide. Petite incursion fort sympathique des membres de Corpus Mortale sur le "Into the Grave" final ... excellente prestation ! Le plaisir aurait pu être total si le crétin chargé des lights n'avait passé le set entier à tenter de rendre aveugle le public.

Après ce déjà troisième groupe, il n'auras fallu que quelques minutes pour se rendre à l'évidence : Krisiun tue !!!

Les trois frères ont mis le public à genoux en l'emportant dans une tempête sonore qui n'a pas faiblie un seul instant. L'adhésion du public à ce bourrinage maîtrisé a été immédiate. L'abattage de Max est ahurissant mais la configuration de la scène (réservée à la batterie de Kollias) ne permet que d'apercevoir furtivement le bonhomme qui a une préférence très marquée pour le matraquage de double. Les deux autres frangins ne sont vraiment pas en reste : les solos sont exécutés comme si de rien n'était et, alors même qu'il aurait été compréhensible que le climat local ait quelque peu endormi les brésiliens, la communication avec le public est bel et bien là. Un set sans fioriture, exécuté avec passion et le pied au plancher : Grand !

Après un long intermède permettant de découvrir l'impressionnant kit de batterie de Kollias, Nile déboule sur scène ... et déroule : tout est impressionnant de maîtrise, de professionnalisme, aucun détail n'est négligé sans pour autant que le groupe ne s'enferme dans une sorte d'autisme. Le plaisir de jouer est bien réel et communicatif, le son est clair, audible sans protection (bien que celui-ci a quelques sautes de qualité assez peu compréhensible). La set list tourne autour des classiques du groupe et intègre quelques nouveaux titres sans que ceux-ci prédominent. L'exécution est sans faille, mention spéciale au batteur qui est véritablement en transe, et les titres sont enchaînés sans répit pour le public.

Le groupe finiras d'achever le peu de survivants par une liaison "cast down the heretic" / "Black seeds of vengeance" tout bonnement impitoyable, ce dernier titre voyant par ailleurs un nouveau et bon esprit envahissement de scène, le chanteur de Grave se collant au refrain.

Rien à redire sur ce set parfait, si ce n'est qu'une bonne partie du public à commencer à déserter la salle aux environs de minuit. Bien que le concert ait commencé dès 20 heures, 5 groupes étaient présent et en pleine semaine, pas super évident de tenir le choc.