Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Swallow The Sun

Emerald Forest And The Blackbird

LabelSpinefarm Records
styleDoom / Death Metal Mélodique
formatAlbum
paysFinlande
sortiefévrier 2012
La note de
U-Zine
6/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Comme je le disais dans mon live report de sa date avec Paradise Lost, j'ai beau leur lancer de petites piques à tour de bras dans mes chroniques, j'aime bien ce que fait Swallow The Sun surtout quand ça ressemble de près ou de loin à ce qu'ils ont fait sur The Morning Never Came qui reste un excellent album de Doom Death Metal Mélodique quoiqu'en dise les Trves. New Moon m'avait, lui, bien désappointé par son inégalité et me voici déjà confronté au petit dernier Emerald Forest And The Blackbird.

Mes premières écoutes émettent un jugement que je pensais sans appel : Cet album n'apporte rien au genre car il est chiant, superficiel et guimauve. C'est marrant comme nos (mon en l'occurrence) cerveaux peuventavoir un avis biaisé sur la base de rien. Même pas la Musique. Simplement parce qu'en voyant qu'il y avait un featuring avec Anette Olzon de Nightwish sur « Cathedral Walls » et que le clip accompagnant l'album était filmé sur la musique de « The Cut Is The Deeper », titre le plus facile d'accès (pour ne pas dire plus) au demeurant. Et voilà mon jugement était fait et je le croyais définitif, les quelques écoutes inattentives ne faisaient que renforcer cette idée...

Cependant, après l'avoir rangé dans un coin, il a bien fallu que je le ressorte pour me préparer au concert en première partie de Paradise Lost et là, je ne vais pas dire que la magie a opéré mais j'ai été séduit par les morceaux choisis pour le live. Quatre morceaux qui, par ailleurs, viennent ouvrir Emerald Forest And The Blackbird et m’ont permis de réviser, quelque peu, mon jugement à l’encontre de l’album. Des morceaux non dénués de fulgurances. Le titre éponyme est ce qui se fait de plus ressemblant de l’album qui m’est cher, The Morning Never Came. Il est long et met du temps pour prendre de l’ampleur. La force de Swallow The Sun, c’est quand il se sert des parties calmes ou mid-tempi pour mieux faire ressortir ses parties de Death horrifique et glacial à l’image de cette accélération tranchante en milieu de morceau. Comme nous l’avons vu plus tôt, « This Cut Is The Deeper » est le titre le plus écoutable. Très doux et calme, ce titre est dans la lignée directe de « Falling World » et demeure très bon quoiqu’un peu en dessous de son prédécesseur que j’ai beaucoup plus écouté à sa sortie. Un titre qui va être terriblement contrebalancé par « Hate! Lead The Way » pour le moins violent à la limite du Black Metal Symphonique. « Cathedral Walls » malgré la présence d’Anette Olzon que je craignais, est un titre superbe notamment dans sa partie finale où les murs de mélodies dont il est question dans le morceau se rapprochent les uns des autres pour nous écraser. Apocalyptique.

Là où le bat blesse pour cet Emerald Forest And The Blackbird, c’est que ce démarrage en fanfare n’est qu’un beau sapin cachant une forêt de thuyas. Pour dire les choses autrement, Swallow The Sun va souffrir des mêmes maux que lors de New Moon : l’inégalité de l’album. La, c’est encore plus flagrant puisqu’au lieu de jouer aux montagnes russes, la scission est claire et nette. Passé « Cathedral Walls », il n’y a plus rien qui m’intéresse, c’est simple, net et précis. J’ai beau chercher, me repasser juste ces six morceaux, je trouve cette partie faible sans moment de transcendance et c’est bien triste car ces quatre titres m’avaient séduit et si le groupe avait pu maintenir son rythme, il aurait surement eu les moyens de placer cet album pas loin derrière The Morning Never Came. Pour prendre quelques exemples, « Hearts Wide Shut » ressemble à du sous « This Cut Is The Deeper » et « The Labyrinth Of London (Horror Pt. IV) » fait pale figure à coté de ses illustres aïeux (notamment le Pt. I). Je ne trouve rien d’autre à ajouter sur une partie criante de banalité.

Emerald Forest And The Blackbird est un album excellent… Si on ne prend en compte que les vingt-huit premières minutes. Le reste n’est ni bon, ni mauvais à la hauteur de ce qu’avait proposé Swallow The Sun sur New Moon. Je suis déception.

1. Emerald Forest And The Blackbird
2. This Cut Is The Deeper
3. Hate! Lead The Way
4. Cathedral Walls
5. Hearts Wide Shut
6. Silent Towers
7. The Labyrinth Of London (Horror Pt. IV)
8. Of Death And Corruption
9. April 14th
10. Night Will Forgive Us

Les autres chroniques

Album

févr. 2007 U-Zine

Swallow The Sun

Hope

Album

nov. 2009 U-Zine

Swallow The Sun

New Moon

Album

janv. 2019 Rodolphe

Swallow The Sun

When a Shadow Is Forced into the Light