Chronique Retour

Album

16/05/20 - Leviathan

Thorns

Thorns

LabelMoonfog Productions
styleBlack Metal industriel/ambiant
formatAlbum
paysNorvège
sortiemars 2001
La note de
Leviathan
10/10


Leviathan

Coming from the past, ready for the future, ce fragment de sémantique résume à lui seul ce qui nous attend à l'écoute du premier album des Norvégiens de Thorns. A l'aube du nouveau millénaire, Thorns défie l'éternité, manipule la relativité et explore le monde quantique. Snorre Ruch façonne le cosmos et provoque l'effondrement gravitationnel stellaire. L'énergie libérée est colossale, courbant l'espace-temps, formant un disque d'accrétion dans lequel gravite huit astres lumineux, sculptés par le temps. Dans le puits gravitationnel se concentre la matière occulte qui dévore la lumière agonisante, là où les lois de la physique (musique) telles qu'on les connait ne s'appliquent plus. Thorns est au centre de cette singularité et incarne l'unification et l'équilibre cosmique. Rien ne peut échapper à Thorns, tout ce qui passe au delà de son horizon est irrémédiablement happé.

L'architecte derrière cette étoile n'est autre que l'un des géniteurs du riff Black Metal norvégien, au coté d'Euronymous, l'homme qui donna ses lettres de noblesse à la seconde vague scandinave. Ainsi, les protagonistes les plus vénérés ont été marqués du sceau fulgurant du Maître Snorre W. Ruch. Tels des hérauts chevauchant la voute céleste, EmperoR, MayheM ou encore Satyricon portent cette griffe dans leur patrimoine musical et contribuent à la transmettre d'une constellation à l'autre.

Snorre Ruch est bien le noyau dans cette galaxie ! L'homme de l'ombre a fait orbiter, dans son champ, les individus les plus clairvoyants au moment du sursaut gamma, lorsque Hellhammer, Satyr, et Aldrahn étaient à leur zénith artistique. Ce phénomène s'est produit avant que l'état d'esprit Black Metal norvégien soit en grande partie occulté. Thorns matérialise l'alpha et l'omega de la seconde vague scandinave à travers son Black Metal industriel, ambiant et frénétique. Ce schéma astral si parfait évoque le Big Bang suivi de son inflation cosmique démesurée, comme si Thorns en un temps infinitésimal avait édifié l'univers Black Metal norvégien. Ce premier chapitre est une synthèse musicale absolue de ce que Snorre Ruch a fécondé au début des années 90 et qui a servi de substance à ses disciples durant une décennie. Snorre Ruch patientait sur la face cachée de l'astre et observait. Thorns a révélé son prodigieux potentiel énergétique au moment où la seconde vague se contractait sous les forces de marée et subissait l'entropie.

Jesus. What a mind-job! (référence à Cypher dans le film Matrix), c'est ainsi que l'expansion cosmique débute. Thorns libère sa matière à une vitesse supraluminique. Un battement de cil représenterait une éternité, à côté. Par-delà l'horizon des événements, tout n'est que précision, rigueur, discipline. Thorns dépeint un véritable algorithme stellaire, complexe, froid, menaçant, qui se construit et se contorsionne à volonté. A mesure que l'on voyage dans ce macrocosme hostile, les sons magnétisent l'esprit et déforment l'espace. Nos tympans captent les flots dissonants les plus abstraits et sophistiqués. Les structures imprescriptibles demeurent figées dans le vide quantique. Thorns organise sa musique intelligemment, comme si l'équation devait toujours être élégante. Les flux industriels déshumanisés côtoient des émanations organiques élémentaires, en une même philosophie. Snorre Ruch concilie des notions antagoniques, et désunit des concepts qui s'accordent, dans une logique ensorcelante.

Du chaos primordial naquit l'ordre, les molécules se combinèrent pour former des vagues de structures musicales multidimensionnelles. Aux limites de cet abîme matriciel étoilé, là où la lumière succombe, les nébuleuses ambiantes conçues par des claviers spatiaux hantés, se dressent, s'étirent et se disloquent tels des spectres. La toile spatio-temporelle si éthérée est pourtant le siège d'une prodigieuse activité électrique omniprésente où les guitares foudroyantes de Snorre Ruch délivrent des ondes glaciales/ardentes et pénétrantes. Plus on approche de l'horizon des particules et plus le futur se révèle à nous. Au loin, les machines et les boucles prennent le contrôle, elles brisent méthodiquement les distorsions électriques et organiques. Les astres édifiés dans ce maelstrom sibyllin, gravitant sur l'orbe, sont la proie de collisions dévastatrices de météorites et de pluies d'aérolithes scintillantes assenées par Hellhammer, marquant le rythme tel un pulsar sur son axe. Voguant en orbite, le système binaire Satyr et Aldrahn émet ses signaux radioélectriques par modulation de fréquence. Satyr progresse dans un registre linéaire et austère, alors qu'Aldrahn explore, avec une authenticité perverse voire robotique, l'ensemble du spectre vocal.

Si vous choisissez la pilule bleue, vous continuerez d'écouter du Black Metal générique en traitant vos dossiers au bureau. Si vous optez pour la pilule rouge, vous descendrez dans le vortex cosmique et accéderez à la transcendance astrale, entre anomalies quantiques, paradoxes, sauts temporels, nucléosynthèses. Snorre Ruch vous libèrera du béton gris et diabolique des villes en vous propulsant sur l'océan stellaire. Vous découvrirez alors une mystérieuse forme d'énergie noire provenant du rayonnement fossile embryonnaire. Thorns transgresse le passé, le présent et le futur. Dix-neuf ans après sa publication, Thorns reste une des pierres angulaires du Black Metal norvégien, un opus intemporel qui ne sera probablement jamais égalé, ni surclassé.


Track listing:

1.Existence
2.World Playground Deceit
3.Shifting Channels
4.Stellar Master Elite
5.Underneath the Universe 1
6.Underneath the Universe 2
7.Interface to God
8.Vortex