Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Metallica

Black Album

LabelElektra Records
styleThrash Metal
formatAlbum
paysUSA
sortieaoût 1991
La note de
U-Zine
9.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Si il y a bien un album des Four Horsemen qui divise les fans, c'est bien ce cinquième album éponyme, généralement plus connu sous le nom de Black Album. Alors que les fans de la premières heure hurlait au scandale face à ce changement d'orientation du groupe, une minorité suit le groupe, et Metallica se fait de nouveaux fans. L'orientation se fait beaucoup moins thrash, presque heavy-metal, on me hurle « c'est putain de commercial !! » dans mon oreillette. Mais sortons un peu de tout ce contexte et voyons ce cinquième album à part.

Jamais Metallica n'a eu une aussi bonne prod ! Tout est parfaitement audible, j'aurais mis le chant un peu moins en avant pour ma part mais je chipote. Les guitares sont puissante et le son général sonne vraiment très « métalliques » (oui, cet adjectif vas comme un gant au son de cet album). Et si cela ne suffisait pas, Metallica nous a pondu là plusieurs hymne métalliques inoubliables telles que Enter Sandman, Sad But True ou Nothing Else Matters (j'y reviendrais plus tard). Je vous l'annonce de suite, je trouve réellement qu'il n'y a rien à jeter sur cet album éponyme (à part peut-être l'anecdotique intro de Don't Tread On Me tirée de West Side Story).

Dès les premières notes d'Enter Sandman, on sais déjà que ce riff est culte, l'accroche est direct, le refrain est catchy, ne me dites pas que vous n'avez jamais fredonné « EEEEXIIIT LIGHT ! EEEENNTTTER NIIIGHT !! ». Et Sad But True suit le même chemin, refrain et riff de tueur, on comprend vite pourquoi dès qu'on dis « métal », beaucoup de monde pensent directement à Metallica. Un peu plus loin, la semi-ballade The Unforgiven vous plonge dans son univers presque mélancolique et planant, jamais égalé, et surtout pas par ses deux suites présentent sur ReLoad et Death Magnetic.

On retrouvera un peu plus tard, LA ballade métal par excellence, qui rejoint le panthéon des plus belles ballades aux cotés de Stairway To Heaven ou Still Loving You. Quoi qu'en disent les vieux fans adeptes de Kill'Em All, Nothing Else Matters est tout simplement monstrueux ! A coté de ça, Metallica nous offre également quelques passages thrash (Holier Than Thou et l'intro de The Struggle Within) comme pour marquer un lien avec les 4 premiers opus. Et vers la fin de parcours on découvre un My Friend of Misery (cette intro à la basse... hummmm) à l'ambiance terrible !

Maintenant revenons au contexte actuel, 17 ans plus tard, cet opus n'a pas pris une ride (the lightning... ho ho ho), et ces hymnes gardent toujours la même puissance. Alors bien-sûr on peu regretter l'évolution de Metallica vers un style moins agressif, mais à quoi bon refaire ce qui a été fait ? Cet album noir reste un album majeur de la culture métal.

1 Enter Sandman
2 Sad But True
3 Holier Than Thou
4 The Unforgiven
5 Wherever I May Roam
6 Don't Tread On Me
7 Through The Never
8 Nothing Else Matter
9 Of Wolf And Man
10 The God That Failed
11 My Friend Of Misery
12 The Struggle Within

Les autres chroniques