Chronique Retour

Album

05/04/15 - Vors

Aluk Todolo

Occult Rock

LabelNorma Evangelium Diaboli; The Ajna Offensive
styleOccult Rock
formatAlbum
paysFrance
sortieseptembre 2012
La note de
Vors
7/10


Vors

Après quelques albums un peu faiblards où le trio instrumental tentait sa chance dans le rock de crooner blackisant, optant pour un son raw et un mixage à l'aveugle, Aluk Todolo revient le front haut avec une nouvelle proposition. Ils se sont enfin décidés à travailler leurs idées et y mettre la forme, plutôt que de nous lancer sauvagement leur bœufs enregistrés la veille dans la cave du voisin. Et tant qu'à faire, ils ont trouvé un nom à leur musique, qui est en fait le nom de l'album, et des huit morceaux plus ou moins indépendants qui le constituent :
Occult Rock.

En entendant ces mots on pense instinctivement à Ghost, à Uncle Acid, à des chanteuses planant sur un rock lent au son low-fi trempé dans la graisse. Mais nous n'avons pas ici affaire à un album d'exploitation, alors chassez dès maintenant ces images de votre tête, tout ça n'est que la cour de récréation de l'occulte.
Venez, je vous emmène au sous-sol, professeur Todolo a un cours tout spécial pour vous. Ici on apprend que l'occulte se doit d'être sombre, catchy et flippant à la fois; prendre aux tripes et ne pas vous lâcher tant que le rituel n'est pas achevé.

Et ça, ils nous le font bien comprendre dès le début de l'album, qui part ni une ni deux sur un déferlement de blast beats, et d'une même note frappée et distendue à répétition. Dix minutes comme ça les gars, avec de la grosse nappe noisy et du shred qui arrivent par-dessus. Le reste n'est pas si rentre-dedans, mais c'est tout de même annonciateur de ce qui suit. Je m'explique.
Au cours d'un même morceau on ne parlera pas vraiment de changements, mais plutôt d'évolutions. Une base est posée, qui se boucle souvent sur elle même, comme un rituel, et seulement une fois que l'auditeur a compris qu'il va devoir faire avec pendant un bon moment le groupe se permet de rajouter et modifier des éléments, de travailler cette base, la pousser plus loin. Plus d'introspection, plus de puissance et plus de BRUIT. Ça court, ça saute, retombe sur ses pattes, trébuche mais continue de rouler, rouler, rouler.

Je n'aime pas décortiquer un ensemble, mais ici il est intéressant de se pencher un peu sur chaque instrument. On parlait de base, ici c'est surtout la basse, répétitive et mise en avant, parfois grasse'n'groovy, d'autres fois plus inquiétante (non sans rappeler celle d'Abigor par exemple), mais c'est de la guitare que naît le vrai malaise, pour sûr qu'elle invoque le démon. Elle hurle en feedbacks, crache en dissonances, se calme en touches ponctuelles malsaines parfois quasi-bruitistes. Elle est la Hantise qui plane sur l'album. Quant à la batterie, elle se lâche. Le mot d'ordre est de ne jamais se laisser aller à la simplicité. Celui qui écoutera l'album d'une oreille distraite ne la remarquera pas forcément, mais ça grouille de petites rythmiques alambiquées, de roulements de caisse clairs furtifs; c'est travaillé et ça renifle allègrement le krautrock. Il n'est pas surprenant de voir que leur dernière sortie était une collaboration avec un groupe de rock psyché. Malgré ce melting-pot d'influences c'est tout en cohérence, mais surtout sied parfaitement à son sujet.

Hélas le tout s'essouffle un peu sur la fin, avec un morceau tentant d'adapter l'idée à un rock plus énergique, moins sombre et moins inspiré, suivi d'une longue outro revenant sur ce que le reste de l'album proposait. Mais n'apportant en soi pas grand chose, on se surprend à entendre ces vingt dernières minutes (sur quatre-vingt-cinq au total) plus qu'à les écouter.

Aluk Todolo nous ponds ici LEUR occult rock, qui fait grand bien dans une scène nouvelle et pourtant déjà si obstruée, mais je crains qu'ils ne restent à l'avenir bloqués dans leurs propres carcans. Le futur me démentira peut-être. En attendant, régalons-nous de cette offrande.

Tracklist:
1. Occult Rock I
2. Occult Rock II
3. Occult Rock III
4. Occult Rock IV
5. Occult Rock V
6. Occult Rock VI
7. Occult Rock VII
8. Occult Rock VIII

Les autres chroniques