Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Aluk Todolo

Occult Rock

LabelNorma Evangelium Diaboli
styleKrautrock/Drone/Noise
formatAlbum
sortieseptembre 2012
La note de
U-Zine
8.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Aluk Todolo, le voila le premier oublié de mon bilan 2012. Il faut bien dire que je n'attendais absolument pas ce nouvel album intitulé, Occult Rock pour la simple et bonne raison que je n'avais jamais entendu parlé de la formation parisienne avant la fin 2012 et visiblement, j'ai loupé quelque chose tant ce groupe a tout du groupe hors du commun comme on ne pourra en entendre qu'un dans sa vie.

Tout d'abord, le style est très particulier. Paraît-il qu'Aluk Todolo joue une sorte de Krautrock extrême. Je pense que pour la plupart, vous êtes comme moi à n'avoir jamais entendu parler de ce genre. Cela serait un sous genre du Rock Progressif basé en Allemagne directement influencé par l'album A Saucerful Of Secrets des mythiques Pink Floyd. Voilà pour la définition qui ne vous avance pas beaucoup plus sur ce que joue Aluk Todolo. Risquons-nous plutôt à une description de ce à quoi ressemble de loin ce groupe. Imaginez-vous une musique puisant sa source dans la basse hypnotique d'un « Set For The Controls Of The Heart Of The Sun » qui se trouve être, également, l'instrument principal de cet album, du moins celui qui accroche le plus l'oreille. Ajoutez-y le psychédélisme d'un Hawkwind aux envolées supersonniques Kubrickiennes période 2001, L'Odyssée De L'Espace, ainsi que la violence du Black Metal saupoudrés de quelques incursions de pachydermes nommés Doom Death Metal au cas où vous ne seriez pas assez assommé comme cela (« Occult Rock III » et surtout le merveilleux final d'« Occult Rock VIII »). Bien entendu pour renforcer cette sensation de jamais entendu ailleurs, mon tout est instrumental.

Toutefois, il ne suffit pas d'être à part dans un style pour être foncièrement bon (regardez Ebony Lake par exemple), il faut aussi, et c'est le travail le plus dur, que les compositions arrivent à suivre l'ambition débordante d'Aluk Todolo afin de faire de tous ces éléments une unité parfaite. Si les Parisiens y sont arrivés au prix d'un dur labeur, cela ne s'entend pas du tout à l'écoute de cet Occult Rock démentiel sur lequel on se voit sans problème en train d'être aspiré par un trou noir et traverser l'espace dans une spirale d'une noirceur absolue car, à l'instar du nanar signé Paul W.S. Anderson, Event Horizon, ce voyage ne nous emmène pas à l'autre bout de l'univers mais bien rencontré Lucifer. Ce sentiment de traversée vers l'Enfer est consolidé par le dévouement des membres d'Aluk Todolo pour leur musique dans un élan spirituel démesuré pas forcément très éloigné de la quête musicale de Christian Vander dans son Magma. Evidemment, cela pousse l'auditeur à l'admiration et, aussi, à la contemplation devant des morceaux possédant le paradoxe d'être à la fois très répétitifs (notamment au niveau de la basse) mais également d'une richesse à faire pâlir l'actuel président russe du club de football de l'A.S. Monaco.

Il est donc impossible de décrocher des quatre vingt minutes d'Occult Rock comme il est impossible de décrire convenablement cet album qui sort des sentiers battus tout en se permettant de marquer les esprits sur le long terme. Comme pour tous les grands albums, Aluk Todolo a réussi à faire de cet opus une œuvre qui va plus loin que la Musique : Une Expérience. Unique, Maléfique, Colossal mais somme toute accessible pour une œuvre aussi dense.

Disque 1
1. Occult Rock I
2. Occult Rock II
3. Occult Rock III
4. Occult Rock IV

Disque 2
5. Occult Rock V
6. Occult Rock VI
7. Occult Rock VII
8. Occult Rock VIII

Les autres chroniques