Live reports Retour
vendredi 21 octobre 2011

Mercyless + Affliction Gate + Death Agony

La Chimère - Lille

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Il est de ces groupes que les plus jeunes générations (dont je fais partie) n’ont pas eu l’occasion de connaître, malgré leur grande qualité. Mercyless, vétérans du death metal francophone, en fait partie et il faut reconnaître que lors de l’annonce de leur reformation, c’était la première fois que j’entendais parler de ce groupe. De l’eau a coulé sous les ponts depuis, et j’ai pu rattraper mon retard avec les deux premiers albums, « Abject Offerings » et «Coloured Funeral », qui justifient à eux seuls les réactions enthousiastes de certains potes à l’idée de voir tout ce bordel en live !

Pour une bonne date death metal old school, rien ne vaut une bonne petite salle, c’est donc La Chimère qui accueillera le retour dans le Nord des Mercyless, un retour qui aura attiré des fans (dont certains ont ramené leur collection, qui devait attendre au chaud depuis un sacré moment !) et autre curieux puisque la salle, lors de l’arrivée sur scène de Death Agony, contient déjà pas mal de metalheads.

Death Agony

Ce soir on ne fera pas dans l’originalité ni dans la dentelle, l’orga nous a concocté une affiche claire et précise : ce sera du death metal, point barre. En deux mots on vient donc de résumer la musique de Death Agony. Malgré leur activité très forte sur la scène locale depuis quelques années, il me semble que c’est la première fois que j’ai l’occasion de voir les Valenciennois. On sent que les mecs ont envie, ça joue plutôt bien, les compos sont sympatoches, avec quelques excellents moments (« I’m A Failure »), mais ça reste loin d’être inoubliable.

Le groupe a droit à un set plutôt long pour une première partie, c’est appréciable (et permis à la fois par la relative ponctualité de l’orga et par l’affiche pas trop fournie en groupes) et ça nous permet de nous faire une bonne idée de Death Agony. Je disais plus haut que c’est loin d’être inoubliable, mais malgré tout on passe un moment agréable et quelques passages groovy nous donnent tout de même furieusement envie de headbanguer ! Le public présent a semble-t-il apprécié en tout cas, le groupe ayant eu droit à quelques applaudissements à la fin du set.

Setlist :
Humiliated
Self Destruction (11th Commandment)
Magnificient Chaos
Revenge Of The Zombies
Devoured Alive
Taste Of Poison
The Beast Within
I’m A Failure
Paranoid
Eternal Life

Affliction Gate

Place à d’autres frenchies, ceux d’Affliction Gate, groupe que je ne connaissais que de nom également. La style diffère quelque peu de celui de Death Agony, mais ça ne nous empêche pas de sentir que la soirée monte en puissance ! On a affaire ici à un death metal beaucoup plus mélodique, avec des riffs parfois même épiques ; le tout entrecoupés de passages plus « doom » qui rendent le mélange bien savoureux. Le vocaliste particulièrement charismatique n’est pas étranger à l’excellente présence scénique du groupe, je trouve qu’il apporte beaucoup de ce point de vue et fait passer la pilule d’une musique qui, clairement, sur cd m’emmerderait un peu.

Je m’explique : les compos un peu longues, les riffs mélodiques et répétés souvent, c’est pas ma tasse de thé, je peux comprendre d’ailleurs les gens qui ont trouvé ça un peu redondant sur la fin. Mais là, dans le contexte scénique, ça passait comme une lettre à la poste. Je pourrais presque parler de coup de cœur tellement j’ai été hypnotisé ! Malgré tout, Affliction Gate a suscité moins de réactions dans le public que Death Agony, le style un peu moins rentre-dedans a dû jouer en leur défaveur. Quoi qu’il en soit, les vraies choses sérieuses, c’est pour encore un peu plus tard.

Mercyless

Depuis mes écoutes répétées de “Abject Offerings” et “Couloured Funeral”, j’attends qu’un groupe français de death metal old school puisse me botter le cul, comme l’ont fait cet été leurs collègues étrangers Morgoth, Grave ou Bolt Thrower. Mercyless a certes sorti d’autres albums, mais le public était là pour du old school, uniquement du old school. Et ça tombe bien, les Mercyless semblent bloqués en 1992 ! Une grande partie de la setlist est axée sur le premier opus, au grand bonheur des fans présents dans la salle, et ça commance directement après l’intro avec « Substance Of Purity ». Les réactions dans la salle se feront vite sentir, et La Chimère réputée pour être une fournaise ne manquera pas à sa réputation ! « A Message For All Those Who Died » vient nous rappeler qu’en effet, on va peut-être bien crever ce soir… de chaud !
Les pogos s’enchaînent, un slammeur se fera régulièrement porter, et une très bonne ambiance est à souligner. Ambiance à laquelle contribue largement le frontman de Mercyless, Max Otero, par ses discours face à un public auquel il parle presque à une famille. Bon certes, personnellement, le concept de « famille du metal » je trouve ça réchauffé, et on a pu aussi esquisser des sourires face aux discours… singuliers auxquels on a eu droit. Allez, un petit extrait : « on aime jouer dans le Nord, car vous y avez cette chaleur… la chaleur de l’enfer ! » « Comment allez-vous, mes frères de l’enfer ? ». Bref, ça m’a fait rire mais ça reste du domaine du sympathique, ça contribue à la bonne ambiance instaurée par les mecs et ça prouve aussi qu’ils se prennent pas la tête. Et puis, après tout, pendant les morceaux, c’était bel et bien l’enfer.

Mercyless me rappelle d’ailleurs fortement Morgoth dans la musique (c’est un énorme compliment venant de moi) mais aussi la vieille scène death en général, dans cette manière de jouer une musique très « evil », mais tout en décontraction dans les interventions face à la foule. Dans tous les cas, ça envoie le boulet, ça joue super bien, le son est pas mauvais et la scène est putain de bien tenue. What else ? J’aurais bien vu quand même quelques morceaux de « Coloured Funeral », même si l’ambiance de ce dernier est différente, probablement plus « poétique », et ne se prêtait peut être pas au come-back tout en puissance que désirait faire Mercyless. Le set sera également raccourci d’un morceau, « God Is Dreaming », qui ne sera donc pas joué.
On ne peut malgré tout pas décemment en vouloir à un groupe qui a montré autant d’envie, de joie de jouer, et de hargne ! Et puis, quoi de mieux pour achever un concert de death metal que de reprendre un des classiques du genre, « Evil Dead » d’un petit groupe inconnu du nom de Death ? Bref, le old school, y’a que ça de vrai !

Setlist :
Intro
Substance Of Purity
Infamy
A Message For All Those Who Died
Swallow My Soul
Absent Belief
Without Christ
Abject Offerings
Probably Impure
Burned At The Stake
Evil Dead


En résumé, une excellente soirée placée sous le signe du death metal, et qui nous aura montré un retour de Mercyless sur scène avec brio! Après la compilation sortie cette année, le groupe se penchera peut-être sur un nouvel album ?