Interviews Retour
vendredi 25 avril 2014 - U-Zine

Regarde Les Hommes Tomber

A.

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Valeur montante de la scène française, Regarde Les Hommes Tomber a beaucoup fait parler de lui depuis la sortie de son premier opus. A. guitariste du groupe, nous raconte cette ascension et revient sur les évènements importants de ces derniers mois.

U-zine.org : Salut, Regarde Les Hommes Tomber est une valeur montante de la scène hexagonale, nul besoin de vous présenter. Pouvez vous nous raconter l’histoire du groupe, comment vous êtes vous rencontrés et comment avez vous formé Regarde Les Hommes Tomber ?

A. : Salut à toi !
Pour faire simple, à part Ulrich (chant) nous nous connaissons tous depuis plusieurs années et avons déjà tous joué ensemble dans différents groupes.
JJ. (guitare) a commencé de son côté à travailler tout seul sur un nouveau projet qui n’avait rien à voir avec les groupes dans lesquels on avait pu se croiser auparavant. Il s’est ensuite mis à chercher des musiciens…et c’est comme ça qu’est né le groupe. Notre 1ère motivation était avant tout de jouer ensemble quelque chose de sérieux, en prenant le temps de bien peaufiner les choses. Les 1ères répétitions ont débuté au début de l’hiver 2011, sans aucune pression et sans chanteur, persuadés que l’un d’entre nous pourrait faire le boulot…Nous avons ensuite eu l’opportunité de faire notre 1er en concert avec Wolves in The Throne Room en mai 2012, ce qui nous a motivé à sortir de l’ombre et à enregistrer 2 titres démo, en instrumental, quelques jours avant le show. Ce concert a d’ailleurs été décisif car il nous a permis de rencontrer Gérald, le boss du label les Acteurs de l’Ombre, récemment installé sur Nantes, qui nous a fait une proposition juste après notre set ! Cela faisait quelques années que je suivais son travail avec Pensées Nocturnes, The Great Old Ones etc. j’étais très honoré qu’il souhaite nous signer. Quant à Ulrich, il nous a contactés par la suite car il avait adoré nos 2 titres « démo », on l’a réellement rencontré à la fin de l’été 2012 lorsqu’il est venu à Nantes pour que l’on bosse ensemble sur le placement des textes.

Est-ce selon vous, vos divers horizons musicaux, qui forment la « force » principale de RLHT ?

J’imagine, c’est une force pour le groupe, mais nous essayons tout de même de garder une ligne directrice même si c’est parfois difficile… Je déteste les groupes qui mélangent tout et n’importe quoi. Nous souhaitions avant tout faire quelque chose de sérieux, une musique qui nous prend aux tripes. On a répété 6 mois dans le noir avant notre 1er concert en parlant très peu entre les morceaux. Seule la musique comptait, et c’est durant ces répétitions particulières que l’univers du groupe s’est développé. Je pense que cela se ressent à l’écoute de l’album et plus particulièrement durant nos concerts. L’aspect religieux, mystique, est très présent. Enfin…je laisse à chacun le soin de se faire son idée mais personnellement c’est comme ça que je vois les choses. Le mysticisme est ce qui m’intéresse le plus dans les groupes affiliés à la scène black metal. Rien à foutre de la technicité ou si le mec blast à 260 bpm…mais pour revenir sur ta question notre musique dépendra toujours de l’atmosphère créée par Jean Jérome sur ses premières compositions (The Fall, Wanderer of Eternity) : puissante, sombre, épique et mélodique.

Depuis sa création, RLHT n’a pas chômé. Un premier concert avec Wolf In The Throne Room ou encore Enslaved, un album mais aussi une participation au Hellfest, au Motocultor et au prestigieux Roadburn… On peut dire que tout sourit au groupe !
Quels sont les moments qui vous ont le plus marqués et pourquoi ?


C’est assez fou ce qui a pu nous arriver en si peu de temps…mais ce qui m’a le plus marqué est tout d’abord le concert avec Enslaved. Je suis fan de ce groupe depuis des années et ouvrir pour eux dans une salle magnifique, quasi complète, c’était juste incroyable. J’ai d’ailleurs picolé avec Grutle d’Enslaved dans les loges du Roadburn, j’étais comme un gamin haha. En tout cas ce concert était aussi un défi…sortir de nulle part et ouvrir pour Enslaved n’est pas quelque chose de simple, mais j’ai senti le public très réceptif, respectueux et à l’écoute. Un de mes concerts le plus difficile ! Après il y a eu le Hellfest, l’évènement inespéré (nous avions été contacté seulement 2 semaines auparavant), on n'y croyait pas. Mais personnellement ce fût aussi un concert difficile, 1ère grosse scène, peu de fumée… ce qui fait qu’au final mon concert le plus marquant a été celui du le Motocultor, du moins d’un point de vue personnel. J’appréhendais énormément la perspective de jouer en plein air, au soleil et je connaissais la réputation du festival….mais voir autant de monde pour nous alors que nous ouvrions la journée, voir autant de gens porter nos t-shirts, c’était incroyable. Il se passait quelque chose. Et j’ai changé de regard sur nos concerts à ce moment là, « ok, on peut jouer sur des grandes scènes, même sans nos lights, on peut avoir une communication avec le public ». Et dernièrement il y a eu le Roadburn, 1ère date à l’étranger pour nous, avec salle blindée, un retour incroyable du public et de supers rencontres. Encore une fois on ne s’attendait à rien.

Votre signature avec Les Acteurs de l’Ombre et le boulot de Gérald semble avoir été décisifs ! Comment se passe la relation avec le label ?

Gérald et toute l’équipe du label ont abattu un boulot colossal. On ne leur sera jamais assez reconnaissant. Concernant Gérald, c’est quelqu’un de très sympa, passionné mais aussi très très exigeant. La relation que nous avons eu avec lui dépasse le simple cadre groupe / label, il a clairement agi comme un moteur, ce qui a été décisif. Mais il faut aussi salué le boulot de Romain qui gère aussi les activités du label. En tout cas, pour une 1ère signature, on ne pouvait rêver mieux.

Vous avez de même signé avec Kongfuzi pour ce qui concerne la partie live, qu’attendez-vous de votre collaboration ?

Nous sommes très excités à l’idée de bosser avec lui. Les premières dates qu’il nous a bookées se sont très bien passées et il faut avouer que c’est agréable de jouer dans de bonnes conditions. Il participera aussi activement à la promotion de notre prochain album.
En tout cas c’est assez drôle au final d’avoir été signé sur un label de black metal « avant- gardiste » (je vous laisse le débat sur le terme…) et que notre tourneur soit spécialisé dans la scène sludge/posthardcore. Je pense que ça résume bien les choses.

A l’image de votre musique, vous semblez toucher plusieurs publics : un public extrême (affiches black metal) comme le public stoner/sludge/etc. (concerts avec Kylesa, Jucifer). Est-ce que cela change quelque chose pour vous ? L’ambiance doit être bien différente, travaillez-vous vos sets en fonctions des plateaux sur lesquels vous jouez ?

Ca fait déjà pas mal d’années que je traine dans la scène metal et j’étais très curieux de découvrir le public auquel nous allions pouvoir plaire. J’ai tendance à tout catégoriser (les scènes, styles musicaux, public) et dans notre cas, paradoxalement, je suis incapable de définir notre musique …Cela s’est ressenti sur le public de nos concerts ou même auprès de certains promoteurs qui nous ont proposé tout et n’importe quoi.
Mais c’est tout de même curieux d’ouvrir avec le même groupe pour Kylesa & Mgla…mais cela s’est toujours bien passé. Le public réagit à peu près de la même manière, j’ai même l’impression que le public black metal est encore plus à l’écoute…
Et c’est vrai, nous avons un poil adapté nos set, on joue plus vite quand on est sur une date extrême. D’ailleurs je pense que notre show lors du Vormella Fest à Lyon était le meilleur que nous ayons jamais fait. Je souhaiterais garder cette puissance à l’avenir.

Pour vous avoir vu à plusieurs reprises, vos concerts sont clairement un des points fort du groupe. Cependant on vous compare souvent à Celeste au niveau de l’attitude scénique (stroboscopes). Ne pensez-vous pas que la comparaison peut-être péjorative ?

Si tu veux mon avis, oui. Totalement, en tout cas ça me prend pas mal la tête. Mais ce ne sont que des comparaisons, nous avons maintenant assis notre style lors des concerts. Et cela nous correspond bien. Par contre il risque d’y avoir du changement pour le prochain album, mais nous n’abonderons pas les néons, et nous ne jouerons JAMAIS avec des lights en façade. J’ai pas mal d’idées mais c’est un long débat que nous avons en interne…et il y a aussi un côté pratique : c’est actuellement Ulrich qui gère tout sur scène. Changer de formule supposerait avoir un lighteux toujours avec nous…mais nous réfléchissons à l’idée.

D’ailleurs la scène post-black est très en vogue en ce moment, on ne peut nier que RLHT s’en approche, qu’elle est votre proximité avec cette scène et la scène black metal en général ?

Honnêtement je n'en ai aucune idée. J’ai encore du mal avec les étiquettes « post black » ou encore « Cascadian Black Metal »….j’attends le prochain album pour me prononcer sur la question. Mais la scène évolue, regarde God Seed qui tourne avec Cult Of Luna, qui aurait pu croire ça il y a quelques années ? Mais au final, cela ne m’étonne pas tellement. J’ai été amené à écouter du black metal pour le côté « émotif » de la musique. Pas pour plus de violence, de vitesse ou d’efficacité, en tout cas pas au départ, je trouvais mon compte ailleurs. C’est donc grâce à Isis, Cult of Luna, Pelican que j’ai découvert Drudkh, Emperor et Antithesis de Secrets of The Moon qui ont révolutionné à jamais la vision que j’avais de la musique. Je pense donc que c’est une question de génération, je n’ai pas été le seul dans ce cas. D’où l’émergence de groupes comme Wolves in The Throne Room, proche des travaux de Vikernes ou de Romano Seanko, et de Defheaven, vraiment emprunt de plusieurs genres estampillés « post ».

Vous êtes énormément présent sur de belles affiches depuis la sortie de votre premier album et notamment à Nantes votre ville d’origine mais aussi à Paris. Comptez-vous continuer à promouvoir votre album ou justement prendre un peu de recul après les différentes dates, pour ne pas être trop présent non plus ?

Actuellement, Il est difficile pour nous de trouver du temps pour composer sereinement et sérieusement pour le prochain album. Jean Jérôme à déjà beaucoup de morceaux sous le bras mais il est difficile pour l’instant de tous nous réunir dans la même pièce.
Malgré les nombreuses propositions de concerts, un break va devoir s’imposer. C’est nécessaire. Le 1ère album résulte de 6 mois de boulot, au calme. Il va nous falloir prendre nos distances, c’est clair. Et puis je suis très soucieux de l’image du groupe. Hors de question de devenir le groupe que tu croises à chaque 1ère partie…donc oui nous allons prendre un peu de temps.

Votre notoriété est grandissante, d’ailleurs votre premier disque a fini 2ème album français au référendum de VS Webzine. Accordez-vous de l’importance à ce genre de sondages ou aux bilans de fins d’années ?

J’ai eu pour habitude d’accorder beaucoup d’importance à ce genre de tops (comme n’importe quel metal geek d’ailleurs…) et c’est vrai que j’étais plutôt fier de voir notre album cité sur VS, qui reste malgré tout le plus gros webzine FR de metal. J’ai longtemps considéré ce top comme un baromètre de la scène metal Française (du moins il l’était) et nous étions surpris et heureux d’apparaître en 2ème position. Bon après le système de vote est ce qu’il est mais c’est toujours bon à prendre !
Si tu veux tout savoir, la palme du meilleur album metal Français revient selon moi à Aosoth qui a vraiment sorti un album extraordinaire avec An Arrow In Heart. Le dernier Svart Crown est aussi super bon, j’étais d’ailleurs très surpris qu’ils ne finissent pas 1er du top VS…

Votre premier album a été globalement très bien reçu par la presse. Avez-vous commencé à composer pour votre prochain opus ou vous vous laissez en peu plus de temps ? Sentez-vous une forme de pression concernant la composition d’un deuxième album ?

Ce serait mentir de dire le contraire. Mais comme je te le disais précédemment on a déjà commencé de composer la suite, on essaie juste de se trouver du temps et une ligne directrice claire pour la suite. C’est tout ce que je peux dire pour l’instant. Par contre nous jouerons surement 1 ou 2 titre après l’été et disparaitrons peu à peu jusqu’au prochain album.

D’ailleurs, avez-vous une deadline avec les Acteurs de l’Ombre pour sortir celui-ci ? Ou le label vous laisse-t-il une liberté totale ?

Nous discutons de ça en ce moment avec eux. Il y a évidemment un calendrier à prendre compte, mais l’important est que l’on revienne avec quelque chose de très bon. Et nous souhaitons prendre un peu plus de temps en studio aussi. Mais une sortie fin 2015 est très probable.

Quelles sont vos ambitions pour le futur ? Comment voyez vous la croissance de Regarde Les Hommes Tomber ?

Tout d’abord prendre du plaisir à jouer de nouveaux titres. C’est ce qui compte avant toute chose. Travailler de nouveaux visuels est aussi quelque chose qui nous passionne, on va avoir beaucoup de boulot de ce côté là. Ensuite j’ai envie de te dire que nous avons été extrêmement chanceux depuis le départ, nous sommes déjà allé bien plus loin que ce que l’on espérait. Il faut que ça continue comme ça ! Et je pense avant tout que nous avons tous envie de tourner. Il n’y a rien de meilleur. Nous verrons bien où cela nous mènera…

L’interview touche à sa fin, j’aimerai vous laissez cet espace pour vous exprimer sur un sujet qui vous tient à cœur, en rapport avec le groupe ou totalement autre chose, une sorte de tribune libre. (Pour combler un peu mon manque d’inspiration)

Et bien, je vais en profiter pour t’énoncer ma playlist actuelle…que du bon forcément (rires).

Archgoat – The Light, Devouring Darkness
True Widow – Circumbulation
Iron Boots - Demo
Beastmilk – Climax
Mgla – With Hearts Toward None
The Flex – Wild Stabs in The Dark
Midnight – Satanic Royalty
Warning – Watching From A Distance

Et sinon toujours Drudkh, Powertrip, Twitching Tongues, Krallice, The Rival Mob, Deathspell Omega, Hate Forest, Boston Strangler, Nails etc.

En tout cas jetez-vous absolument sur le dernier Aosoth qui est vraiment incroyable. Allez aussi faire un tour du côté de Chaos Invocation qui a sorti un album de black metal vraiment extraordinaire l’année dernière…et qui est d’ailleurs complètement passé inaperçu.

Merci d’avoir prit le temps de répondre à cette interview, un message pour vos lecteurs ?

Je souhaite avant tout remercier tous ceux qui nous suivent, nous soutiennent, viennent à nos concerts, achètent notre merchandising, discutent avec nous après les concerts…ça nous fait toujours extrêmement plaisir de voir quelqu’un affichant nos couleurs.

Merci aussi aux lecteurs d’u-zine, je suis le site depuis les premiers jours donc ça me fait très plaisir d’être interviewé ici. Et merci à toi John pour ta patience.

Merci à A. de nous avoir accordé cette interview.