Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Fractal Gates

Beyond the Self

LabelGreat Dane Records
styleDeath mélodique
formatAlbum
paysFrance
sortiefévrier 2013
La note de
U-Zine
7/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Fractal Gates ne cache pas ses intentions : en regardant la pochette, le titre de leur second album Beyond The Self et en prenant en compte leur nom, on comprend que les Parisiens vont chercher à nous emmener loin, très loin. Que ce soit à l’intérieur de nous-mêmes ou vers les espaces infinis du cosmos, le voyage s’annonce planant et dépaysant. Ce qui n’avait commencé que comme un side-project des membres du groupe Mislead est devenu un groupe à part entière qui a produit Altered State of Consciousness en 2009 et maintenant Beyond The Self. Cette fois, le groupe s’est adjoint les services de Dan Swanö pour le mix et le mastering mais aussi pour le chant clair sur deux titres : Everblaze et la reprise de Cheap Trick : Mighty Wings (que vous pouvez retrouver sur la BO de Top Gun).

Le son de l’album est donc très pro et équilibré. Il correspond surtout au style que Fractal Gates développe : du death mélodique mid-tempo. Ici, on privilégie en premier la lourdeur avant la vitesse. Pas de blasts à gogo mais plutôt des développements très aériens comme sur The Sign où la deuxième guitare part sur des notes qui ont plutôt vocation de faire « décoller » les riffs. Ce gimmick est assez souvent utilisé : chaque guitare a une partie bien distincte avec un objectif complémentaire : une pose un riff bien métal avec une bonne disto tandis que l’autre va plutôt privilégier un son avec un écho très marqué, tout en apportant de la mélodie. L’effet immédiat est la création d’une personnalité plutôt bien établi qui étire les limites du genre choisi : les effets sur We Are All Leaders dépassent le cadre du death metal et lorgnent vers quelque chose de plus rock.

L’aspect posé des morceaux de Fractal Gates donnent une impression de netteté extrême. On sent la machine de guerre qui a peaufiné ses compositions jusqu’au moindre détail. Pas de moment tout fou, donc maitrise jusqu’au bout, pas de lâchage donc chaque riff doit être pensé pour attirer l’oreille et garder l’esprit de la chanson et de l’album. C’est l’effet que m’a fait le titre On Your Own mais il doit pouvoir s’étendre à tout Beyond The Self. Du coup, on retrouve plus de groove que de technique, pas de grands soli, ou des parties indigestes, l’ensemble est articulé autour de riffs travaillés.

Le découpage de l’album est un autre point sur lequel on peut s’arrêter puisqu’il y a quatorze morceaux qui se divisent presque en trois blocs entourés par des titres se nommant Visions, dont vous trouverez ici les épisodes VII, VIII et IX. Toujours cette envie de dépasser les limites de la perception consciente et de préparer l’auditeur à la suite avec une pause d’ambiance puisque ces morceaux ne contiennent que des effets sonores et pas d’instruments.

Le sentiment lancinant que l’on retrouve à plusieurs moments à l’écoute de cet album, c’est celui d’être dans un tunnel. Les morceaux ont une colonne vertébrale commune, ce qui fait que parfois ils sonnent de la même manière et peinent à trouver un caractère propre par exemple sur certains départs de chansons, sur certaines ambiances. Le sentiment est diffus mais présent. De même, les effets utilisés sur les guitares renforcent cet effet d’homogénéité. Si l’on met de côté les passages en chant clair qui se tiennent à part, on aurait peut-être souhaité un morceau qui se détache du reste, que ce soit par le tempo ou par l’ambiance, par la longueur ou par la tonalité. Car l’objectif de Fractal Gates est clairement de marquer les esprits avec une personnalité singulière mais pour cela il faut frapper ne serait-ce qu’un coup dans l’esprit des auditeurs. Et à mon très modeste avis et au-delà de la qualité réelle du groupe, il manque ce petit éclat. Même si, pour nuancer, des passages comme le refrain de Reverse Dawn peuvent prétendre à ce rôle tant le riff fait mouche.

Malgré ces très légères réticences, je suis loin de penser que Beyond The Self ne vaut pas le détour. Ne serait-ce que pour goûter à la personnalité et au style de Fractal Gates. On sent que l’exploration faite sur cet album est loin d’être terminée et qu’une fois que le public saura que l’on peut n’attendre que le meilleur d’eux, il se laissera convaincre sans peine.

01. Visions VII
02. Dissonance
03. Everblaze
04. On Your Own
05. The Sign
06. Visions VIII
07. Timeless
08. We Are All Leaders
09. Reverse Dawn
10. Mighty Wings
11. The Experiment
12. Beyond The Self
13. Glooms Of Cyan
14. Visions IX

Les autres chroniques

Album

mai 2018 ZSK

Fractal Gates

The Light That Shines