Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Coilguns - Never Void

Split

LabelAutoproduction
styleHardcore Chaotique
formatAlbum
paysSuisse/Allemagne
sortiemars 2012
La note de
U-Zine
7/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

A force, j'en viens à être surpris de la productivité des Coilguns. C'est bien simple, tous les six mois, il y a un nouvel objet qui arrive dans ma boite aux lettres. Et quand j'écris ses mots, il y a déjà leur premier album, Commuters, qui devrait sortir d'ici février, ce qui est d'autant plus impressionnant que tous les membres sont également engagés dans The Ocean. Cette fois-ci, ce sera d'un split dont nous parlerons. Après Kunz, voici la découverte de Never Void (ou NRVD) : un trio allemand jouant dans un registre s'apparentant à Coilguns tant dans l'état d'esprit que dans la musique.

A peine, l'avez-vous reçu que vous êtes subjugués par l'objet entre vos mains. Imaginez une enveloppe noire fermée par un sceau de cire rouge (Satan!). A l'intérieur, une sorte de grande carte de vœux très sobre avec l'artwork, les informations au dos et le disque en son sein (heureusement!). C'est juste un des plus beaux packaging que j'ai la chance de posséder au point que même mes petites sœurs fans des One Direction étaient charmées, voulant même l'écouter. Bizarrement, j'ai préféré éviter cela. Si vous ne l'avez pas encore, je suppose qu'il est déjà sold out vu son tirage très limité à deux cent exemplaires.

Même si c'est difficile d'être critique devant un si bel objet, il faut bien passer à la phase cruciale : L'écoute. Chacune des formations proposera deux inédits ainsi que deux titres lives. Du coté de Coilguns, on marche en terrain connu. Les Suisses semblent bien avoir trouvé leur voie après Stadia Rods qui a soufflé des centaines de personnes dont moi. « Mandarin Hornet » est dans la parfaite continuité de « Parkensine » et « Witness The Kern Arc » dans le registre des longs titres aux « distorsions indigestes » (pour citer le groupe lui-même) faits par des mecs souffrant d'hyperactivité. Cela part une nouvelle fois dans tous les sens sans jamais baisser de rythme. « Dewar Flasks » fait parti des titres super courts dans la tradition Crusty de Coilguns au même titre que « Mastoid » et « Zoetropist », ce qui n'est pas forcément ce que je préfère chez les Suisses pour la bonne raison qu'on y sent moins la présence du Malin et qu'elles font pales figures à coté des titres plus longs monstrueux comme l'est encore « Mandarin Hornet » qui va vous détruire les neurones puis les os à la vue de la folie et de la puissance dégagée. Pour la partie live, Coilguns a choisit d'excellent titres « Mastoid » et « Parkensine » mais va souffrir d'un son infâme avec un larsen constant qui va vous détruire les oreilles. De toute façon, quand on sait que le groupe enregistre tout dans les conditions du live, l'intérêt n'est ici que très limité si ce n'est vérifier que le groupe ne triche pas en retouchant des parties en studio, ce qui n'est pas le cas.

S'il n'y a pas vraiment de surprises au moment de se prendre le point de Coilguns en pleine face, Never Void est plus traitre mais tout aussi efficace. Je vais être honnête quand j'ai reçu le split chez moi, je voyais plus Never Void comme un simple faire valoir comme souvent dans ce genre de sorties où l'on a toujours un chouchou sachant qu'en plus les originaires de Bielefield n'ont que onze minutes de morceaux contre dix-sept pour Coilguns. Les Allemands sont également friands des distorsions et des changements de rythmes à tout va. Toutefois, ils sont plus catchy, plus variés (Ce break jazzy (?) énorme sur « Null And Void ») aussi tout en étant moins Satan que les morceaux de Coilguns. Les titres sont courts mais me donneraient presque envie de pogoter (j'ai bien dit : « presque ») ou au moins de me jeter contre un mur pour me péter une clavicule. Un titre comme « Direktore » rend fou surtout quand la destruction de vos neurones a déjà été entamée par Coilguns. De plus, leur son live est très bon comparé à leur adversaire du jour au point de se demander si ce n'est pas un poil trop propre pour du live.

Le match est serré entre les deux formations mais le groupe qui m'aura le plus marqué sur ce split est Never Void qui avait l'effet de surprise pour lui. Le split tient bien les promesses laissés par la vision de l'emballage. Ceux qui n'ont pas eu leur copie risquent d'être fort déçus.

Coilguns :
1. Mandarin Hornet
2. Deward Flasks

Never Void :
3. Hungry For Needs
4. Direktore

Coilguns :
5. Mastoid
6. Parkensine

Never Void :
7. Son Of Man
8. Null And Void