Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Ensiferum

Unsung Heroes

LabelSpinefarm Records
styleFolk Métal
formatAlbum
paysFinlande
sortieaoût 2012
La note de
U-Zine
6.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Voilà, on y est. Trois ans après From Afar que j’avais apprécié et qui continue régulièrement de tourner dans ma platine, les valeureux finlandais nous reviennent avec Unsung heroes, tout droit venu du Nord. Un instant particulier pour un groupe singulier, qui continue d’évoluer tout en restant fidèle à ses origines. L’entreprise d’oubli du départ de Jari avait même définitivement portée ses fruits en 2009, par un album d’une richesse insoupçonnée, avec Petri aux commandes.

L'attente était grande.

A l’heure où le rentre-dedans semble se généraliser, même pour les groupes de folk metal ou des styles avoisinant, Ensiferum a préféré s’en tenir à ses racines et à lâcher dans la nature un album moins fougueux que ses prédécesseurs, mais sans doute plus riche. Unsung Heroes n’est pas une suite de From Afar, loin de là.

Dès les premières écoutes, une dichotomie évidente apparaît au sein de l’album. D’une part, le groupe conserve quelques titres au flot de notes ininterrompus et d’une certaine vélocité. In my sword I trust, « single » et objet d’un clip, conserve l’esprit des opus précédents avec un tempo relativement rapide, des backs vocals et Petri, gonflé à bloc, qui harangue l’auditeur désormais convaincu de chevaucher à ses côtés. Unsung Heroes et Burning leaves suivent également cette structure et composent le Coeur de l’album. Ne vous attendez cependant pas à des titres rappelant les rudes rythmiques de Victory Songs ou d’Iron. Le tempo y est plus lent, les riffs plus lourds et les lignes de batterie plus rock que metal. Non, vous ne trouverez pas ici de blasts à tout va, ni de shred à ne plus savoir quoi en faire.

Cette impression est renforcée par la seconde moitié de l’album qui, quant à elle, réserve son lot de chansons lentes, mélodiques voire mélancoliques. Celestial Bond et ses voix féminines, Star Queen ou bien encore Final breath nous emportent dans l’univers folk d’Ensiferum. Je ne suis pas certain que le groupe ait déjà atteint ce souci du détail dans le travail de composition. Des paroles comme des partitions, d’ailleurs. 

Des résurgences du Ensiferum belliqueux d’autrefois (si j’ose dire) peuvent être décelées au sein des titres Retribution Shall Be Mine et Pojhola. Mais l’orchestration renforce le sentiment de quiétude que dégage cet album. Il est évident qu’Ensiferum a pris les choses en main. Loin des fers-de-lance d’un folk metal champagne et festif dont la durée de vie est aussi limitée que ses protagonistes, les finlandais ont fait le choix d’un metal plus folk, sans trop d’apparats, en revalorisant la guitare acoustique et les voix claires.

Du folk sentimental. On a soif d’idéal, me direz-vous ? Oui, très certainement. Cet album n’est pas catchy, n’est a priori pas taillé pour le live et n’est pas non plus, à mon humble avis, en mesure de satisfaire l’ensemble des fans du groupe plus attirés par l’Ensiferum agressif du dernier album. Moi-même, j’espérais secrètement un album bien rentre dedans pour festoyer à chaque occasion de leur venue en France. Ce n'est pas dans cet album que vous trouverez des "party songs" ou des leads endiablés à la guitare. Et que dire du dernier titre Passion Proof Power, long de 16 minutes ? A l’exception du petit break linguistique au milieu, elle constitue l’une des chansons les plus épiques jamais écrites par le groupe mais n'est pas aussi fougueuse que les anciens morceaux du genre écrits par le groupe.

A la vérité, lors des premières écoutes, j'ai été très satisfait de cette orientation du groupe. Loin des avatars d’un metal formaté, le groupe suit son chemin et nous offre quelque chose de plus calme, peut-être plus réfléchi. Mais qu'en ressort-on ? Au final, à l'exception de quelques titres, la durée de vie de cet opus est très limitée. Avec cet album, Ensiferum n'est pas allé au bout de la démarche folk qu'il a voulu engager et se retrouve au milieu du gué avec un album en deça de ce qu'il avait pu nous offrir par le passé en terme de musique metal et sans réellement innover vers une musique plus folk et plus intense.

On a donc hâte de voir la suite des évènements pour le groupe et notamment le rendu live.

1. Symbols
2. In My Sword I Trust
3. Unsung Heroes
4. Burning Leaves
5. Celestial Bond
6. Retribution Shall Be Mine
7. Star Queen (Celestial Bond part II)
8. Pohjola
9. Last Breath
10. Passion Proof Power

Les autres chroniques

Album

janv. 2001 U-Zine

Ensiferum

Ensiferum

Album

mai 2004 U-Zine

Ensiferum

Iron

Album

avr. 2006 U-Zine

Ensiferum

Victory Songs

Album

sept. 2009 U-Zine

Ensiferum

From Afar

Album

févr. 2015 Paul

Ensiferum

One Man Army

Album

juil. 2020 Michael

Ensiferum

Thalassic