Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

My Dying Bride

Turn Loose The Swans

LabelPeaceville Records
styleDoom Death Metal Mélodique
formatAlbum
paysAngleterre
sortieoctobre 1993
La note de
U-Zine
10/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Il fait une chaleur étouffante à écouter du Sludge et du Stoner toute la journée et pourtant, je me retrouve là à écouter inlassablement le mythique Turn Loose The Swans de My Dying Bride et je me demande encore pourquoi ? Pourquoi vient-il seulement de se dévoiler à moi d'un coup, d'un seul ? Dévoiler est un bien grand mot car, cet opus, je le connais comme ma poche. Du moins, le croyais-je.

Voilà que mes écoutes du dernier opus de shEver m'ont poussé à me repasser dans un élan de nostalgie cet album mythique pour le Doom Death. Cela a déjà été dit à de multiples reprises mais je tenais à apporter ma pierre à l'édifice d'éloges consacré tant Turn Loose The Swans a marqué son époque. Ce qui est encore plus beau avec cette (chef d') œuvre, c'est qu'elle continue d'avoir de la résonance, de la pertinence pour tous les amoureux de tristesse. Le poids des années ne semble pas avoir d'effet dessus tandis qu'a contrario plus je vieillis, plus j'aime ce deuxième album de My Dying Bride qui présente un visage humain comme rarement on a pu en connaître dans le Doom et même dans la Musique.

A l'époque de sa sortie, My Dying Bride faisait parti de la sainte trinité du Doom Death britannique aux cotés de Paradise Lost et d'Anathema. Les premiers après de superbes débuts et notamment un Gothic du tonnerre, s'étaient perdus avec un Shades Of God bancal avant de calmer le jeu sur un Icon adulé à juste titre tandis que les seconds n'ont jamais joué dans la cour des grands question Doom Death, trop mièvres pour être pris au sérieux sur Serenades. My Dying Bride était déjà le plus violent des trois dès son premier album, As Flower Withers.

Turn Loose The Swans va calmer le jeu dès « Sear Me MCMXCIII ». Ce morceau est la suite du titre « Sear Me » amorcée sur As The Flower Withers et conclue par « Sear Me III » sur The Light At The End Of The World. Au contraire du reste de sa fratrie, il n'a rien à voir avec Doom Death, simplement un duo piano-voix désespérant. Aux plaintes d' un Aaron Stainthorpe meurtri, vient répondre un violon épique et divin élevant le morceau au rang de culte comme chacun des titres de cet album hors du commun.

A l'exception d'un « Black God » dans la veine directe de « Sear Me MCMXCIII » pour boucler cette boucle enchanteresse pour les oreilles et l'esprit, le reste est une succession de parfaites imperfections. Pour prendre un titre comme « Your River », aux premières écoutes, il est indiscutablement branlant. On n'y voit que ce qu'il s'y passe au premier plan. Sa construction schizophrénique passant du coq à l'âne comme dans une partouze à la ferme (® Klub Des Loosers) entre plusieurs parties toutes plus géniales les unes que les autres. Pourtant, avec le temps, ces imperfections deviennent le supplément d'âme qui fait d'une belle chose, une grande œuvre. Au fur et à mesure, cela ne compte plus vraiment et ce que l'on retient d'une telle musique, c'est son désespoir passant par l'instinct religieux des clavier et violon voire des guitares, par les harmoniques rentrant toujours plus profondément dans la chair, par les plaintes d'Aaron mendiant devant Dieu la fin de sa souffrance, par les explosions nerveuses incontrôlables de ce même Aaron et de ses musiciens et bien évidemment par par l'humanité des imperfections qui sont monnaie courante sur Turn Loose The Swans.

Mes sentiments envers cet album ont évolué comme lorsqu'on se rend compte qu'une bonne amie est sur le point de devenir bien plus que cela, quand ses défauts les plus frappants deviennent ses qualités principales. Turn Loose The Swans est un album humain qui permet à n'importe qui de se projeter dans les blessures mortelles d'une formation qui n'a pourtant pas fini de nous faire pleurer.

1. Sear Me MCMXCIII
2. Your River
3. The Songless Bird
4. The Snow In My Hand
5. The Crown Of Sympathy
6. Turn Loose The Swans
7. Black God

Les autres chroniques