Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

My Dying Bride

The Barghest O'Whitby

LabelPeaceville Records
styleDoom Death Metal Mélodique
formatAlbum
paysAngleterre
sortienovembre 2011
La note de
U-Zine
7/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Contre vents et marrées, My Dying Bride est toujours présent, plus vivant (et suicidaire) que jamais malgré un line-up fluctuant. Depuis For Lies I Sire, Katie Stone a laissé sa place de claviériste – violoniste à Shaun Mcgowan. Ce dernier n'a toutefois pu prendre part à Evinta, réenregistrement symphonique de raretés du catalogue des Anglais pour célébrer ses vingt ans de carrière. Une sortie qui n'a pas fait grand bruit et dont le peu de bataclan produit a été extrêmement négatif, encore pire que pour A Line Of Deathless Kings, c'est dire. Le groupe revient donc très vite avec un nouvel EP au format étrange.

Un seul titre de vingt-sept minutes et du même nom, voilà de quoi est composé The Barghest O' Whitby. Pas besoin de connaître sur le bout des doigts la carrière du groupe pour comprendre que c'est le morceau le plus long de l'histoire, pourtant riche, de My Dying Bride. Un EP en guise de défi pour une formation qui cherche à repousser ses limites et montrer qu'après vingt ans d'existence, Aaron Stainthorpe et sa compagnie peuvent toujours surprendre.

Et pourtant, cette sortie ne surprendra pas le fan de My Dying Bride qui a quand même du mal à se renouveler. Déjà le morceau est séparé par une coupure conséquente en deux parties durant, à peu de choses près, le même temps. Cela enlève un peu de charme au défi de départ. Les riffs sont bateaux et certains d'entre eux donnent la fâcheuse impression d'avoir été recyclé. Franchement, c'est quoi ce riff recyclé de « The Cry Of Mankind » juste avant la fameuse coupure ? On voit arriver tous les passages de violons à des kilomètres à la ronde. Les lignes dudit violon sont toujours les mêmes et ne connaissent aucune variation. Les parties Death sont répétitives et Aaron est de plus en plus à la rue dans ces moments là. Non franchement, évitez cet EP, il a tout d'un four annoncé...

… Cependant, malgré les années My Dying Bride reste My Dying Bride et c'est peut être tout ce que nous lui demandons. Nous ne voulons que cela sans esprit critique.
Nous voulons un Aaron plus malheureux et romantique que jamais qui gémit, qui pleure et qui nous pousse à faire de même notamment sur l'arrivée de sa voix claire à tomber. Son chant Death n'est plus ce qu'il était mais dans sa lutte contre les années pour garder son growl, il ne fait qu'ajouter plus de tortures à certains passages qui n'en demandaient pas tant. 
Nous voulons des guitares et du violon innocents presque niais parce qu'on aura beau avoir quarante balais, quand on se fait quitter, on redeviendra toujours un adolescent immature le temps d'une ou plusieurs nuits.
Nous voulons du Death Metal made in My Dying Bride, c'est à dire pas innovant pour un sou mais efficace et qui sait maintenir la tension même en répétant le même riff pendant près de cinq minutes (avec des petites variations quand même) sur le final.
Nous voulons de la mélodie profonde qui même si elle est prise toujours de la même recette fait mouche et nous désespère un peu plus chaque fois qu'on la réécoute.
Nous voulons du My Dying Bride pur jus et c'est ce qu'est The Barghest O'Whitby, une sorte de best of (si ça avait été un best, il y aurait un passage à « The Dreadful Hours »-like OBLIGATOIREMENT)de ce qu'a fait la formation d'Halifax. Un EP à la pochette réussie, au coeur brisé et à la brume épaisse fait des sécrétions lacrymales d'Aaron et Andrew.

Je suis surement une cruche de tomber dans le panneau mais The Barghest O'Whitby est une belle réussite qui m'en fout plein la gueule sans vraiment m'y attendre. C'était peut être ça la surprise après tout : Un retour aux racines dans ce que My Dying Bride sait faire de mieux. La pour le coup, ça a marché sur une personne faible comme moi mais pas dit, qu'en répétant cette méthode, cela passe de nouveau.

Ps : Notons que le batteur sur cet EP n'est pas Dan Mullins mais bien l'ancien batteur du groupe ainsi que d'Anathema et Solstice, Shaun Taylor-Steels.

1. The Barghest O' Whitby

Les autres chroniques