Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Gorod

A Perfect Absolution

LabelListenable Records
styleDeath technique
formatAlbum
paysFrance
sortiemars 2012
La note de
U-Zine
9/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Traditionnellement, quand on voit sur la pochette d'un album un oiseau de feu, on l'associe au Phoenix et on se dit que le groupe qui utilise cette image fait un retour sur le devant de la scène ou tente un gros coup pour sa « résurrection ». Or, je n'ai pas souvenir d'avoir vu les Bordelais de Gorod quitter la scène ces derniers temps. Alors il faut regarder plus loin et tout autour de ce symbole et voir sur l'illustration de A Perfect Absolution, la vision d'une sorcière pas vraiment fréquentable qui survole, surveille ou bien encore supervise une attaque façon « terre brûlée » comme on peut le voir au second plan. Plutôt que de dire qu'ils sont de retour, il semble que le groupe nous annonce qu'ils sont venus nous casser la gueule.

Après avoir dépassé l'interprétation personnelle, on peut se pencher sur l'histoire officielle puisque le groupe s'est inspiré de l'histoire d'une veuve Olga, femme du roi de Kiev, qui a vengé son mari, tué par des païens, avec force imagination avant de se convertir au Christianisme au Xe siècle. On comprend mieux les titres de l'album, la présence des Varangues (Varangian Paradise), Vikings qui furent au service d'un empereur chrétien d'Orient.

Pour en revenir à l'album, on imagine assez aisément qu'une histoire de vengeance va nous donner un album dont la douceur et les bons sentiments sont exclus. Pour emballer le tout, ils se sont adjoints les services du producteur Frederic "Elmobo" Motte qui a su leur sortir un son très incisif et bien équilibré afin de faire ressortir le jeu de guitare tout comme celui de la batterie, tordus à l'extrême sans pour autant tomber dans la froideur que l'on retrouve chez les formations de djent. En effet, l'on reste dans une formation à base death métal, et il ne faut l'oublier à aucun moment puisque cela constitue le terreau de la musique de Gorod. Alors ça va blaster dans tous les sens et les growls sont bien graves comme sur The Axe of God où l'on sent une pure veine death américain qui tâche couler dans les veines des Bordelais.

Cela dit, quand on se revendique d'un genre aussi hétéroclite que le prog et tous ses petits cousins techniques, on se doit de ne pas négliger l'oreille attentive et délicate des amateurs du genre. Et l'on prend un malin plaisir à se faire désarçonner par une partie « samba » sur Varangian Paradise ou l'intro tout en finesse de Carved in Wind et ses parties où le groupe fait avancer la mélodie comme un bloc sans pour autant ressembler à un rouleau compresseur. Il faut quand même préciser que s'ils ont pris au progressif ses aspects de technique et d'effet de surprise, il manque aux musiciens de Gorod un peu de variante en ce qui concerne les structures des chansons qui se ressemblent entre elles. Même si les mélodies sont radicalement différentes, le fait que l'on sache comment le titre va se dérouler permet à l'auditeur d'anticiper et finalement d'en tirer plus de sécurité mais moins de véritable plaisir.
Dans l'ensemble, les titres font dans les cinq minutes, ce qui laisse amplement le temps de caser des soli variés en deuxième partie de chanson, un break proche du solo, des blasts et un moment de bravoure que ce soient des mosh parts ou un riff sorti de nul part qui casse tout (Carved in Wind en est un bon exemple). On sait que certains titres vont rendre merveilleusement bien en live et retourner le pit. On passera sur 500 At The Funeral qui se tient comme l'ovni du disque avec sa longue intro et son ambiance complètement à l'opposé de ce qu'offre le reste du concept (malgré un passage technique au centre de la chanson époustouflant).

En fait si l'on voulait trouver ce qui donne l'atout de A Perfect Absolution, c'est qu'il donne au public ce qu'il a vraiment envie d'entendre. Pas de tromperie sur la marchandise, vous avez tout dedans, et en plus la maitrise dans l'exécution fait que l'ensemble est cohérent et puissant. Gorod a monté le niveau d'un cran et est en route vers une musique plus aboutie. Il ne leur reste qu'à développer leurs particularités car peu de formations, et à fortiori en France, ont leur son et s'ils souhaitent retomber dans la concept, pourquoi pas se lancer dans la chanson épique car c'est ce qu'il semble manquer au tableau de chasse de cet excellent album que je ne peux que chaudement vous recommander !

01 Birds Of Sulphur
02 Sailing Into The Earth
03 Elements And Spirit
04 The Axe Of God
05 5000 at The Funeral
06 Carved In The Wind
07 Varangian Paradise
08 Tribute Of Blood

Les autres chroniques

Album

janv. 2004 U-Zine

Gorod

Neurotripsicks

Album

août 2006 U-Zine

Gorod

Leading Vision

Album

juin 2009 U-Zine

Gorod

Process Of A New Decline

Album

oct. 2015 DarkMorue

Gorod

A Maze of Recycled Creeds