Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Mhönos

Rotomagus Ritualis

LabelDoomanoïd Records
styleDrone/Ambiant
formatAlbum
paysFrance
sortieavril 2011
La note de
U-Zine
7/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Stephane Gouby est un forcené de travail. Le premier album, Miserere Nostri, de son – à l'époque – one man band, Mhönos est sorti l'an dernier sur le label Doomanoïd Records. A peine le temps de digérer la bête que Mhönos sort déjà un live sobrement baptisé Rotomagus Ritualis avant de sortir son deuxième album Humiliati, en novembre prochain.

Pourtant, en si peu de temps, des choses ont bougé dans la demeure Mhönos - dont le nom ne convient plus vraiment pour qualifier le groupe - depuis Miserere Nostri. Frater Stephane n'est plus seul et est désormais accompagné de quatre autres musiciens, ce qui donnera au final, trois bassistes et deux percussionnistes pour malmener vos oreilles et votre esprit. Si vous voulez avoir de plus grosses précisions sur le line up, je vous laisse lire la très bonne interview du groupe en fin de page. C'est d'ailleurs grâce à elle que j'ai découvert le groupe et grâce à elle qu'aujourd'hui, je me retrouve avec ce live dans les oreilles.

Ce live enregistré comme son nom l'indique à Rouen, ne comporte qu'un seul titre de trente-huit minutes, « Aequus Noctis Caeremonia » que l'on ne retrouvera malheureusement pas sur Humiliati. Même si la musique est minimaliste, il faut du temps pour arriver à assimiler ce pavé qui est une belle œuvre bien éprouvante. Ce morceau est particulièrement bien écrit car quand on écoute le début du live, on a du mal à se laisser prendre. C'est con à dire, le Drone prend, peut être, tout son sens en live mais entendre des gens encourager le groupe sur les premiers larsens, ça ne permet pas une immersion rapide. Mais bon, c'est vrai qu'en trente-huit minutes, le groupe a tout le temps de rectifier le tir, surtout que le public semble être pris assez vite par l'ambiance... Comme nous puisque nous oublions rapidement qu'on a à faire à un live. Il y a quelque chose de prenant dans cette musique particulière jouée uniquement par le trio percussions – basses – clavier. Déjà les cinq premières minutes de larsens en tout genre mettent bien l'ambiance en place et on se retrouve dans des catacombes, celles de l'Emporium Gallorium ? Là où le groupe a enregistré ce live. Il y a des chances. Le lieu sied à la Musique qui aura du mal à prendre une autre ampleur dans un lieu « normal ». Pour la petite histoire, j'étais là le jour de ce concert mais fatigué, je n'étais pas resté jusqu'au bout regarder ce concert et je m'en veux car derrière les larsens et les incantations maléfiques, un petite mélodie à la basse fait son apparition et s'intensifie de plus en plus. L'ambiance devient de plus en plus martiale. De là, une montée en puissance grandiose va s'opérer durant vingt minutes, la musique devient hypnotique, lancinante, ce riff rest comme une obsession qui ne vous lâche plus. Les catacombes de notre imaginaire ont laissé place à un enfer, de la lave sort des murs de l'Emporium Gallorium, nos dos sont frappés par des fouets par des prêtres de Lucifer. Ce riff est maléfique et terriblement éprouvant. Au bout de vingt-cinq minutes, ils cessent pour laisser place aux larsens de nouveau pour un décrescendo et nous laisser revenir doucement à la réalité et réentendre au bout du compte des spectateurs qu'on avait totalement oublié.

Ce live prend une toute autre dimension quand on l'écoute au casque encore plus que sur une bonne chaine. La danse hypnotique est bien plus intense. Aussi, elle permet de découvrir toutes les subtilités derrière les larsens qui malgré tout, au bout de trente minutes, me font sortir de la musique un peu trop tot. Peut être que je n'y suis pas sensible ? Peut être que je n'ai pas encore totalement assimilé ce Rotomagus Ritualis ? Le futur me répondra.

En tout cas, une chose est certaine, que ce titre augure du très bon pour le prochain album de Mhönos, Humiliati et l'attente jusqu'à novembre risque d'être difficilement supportable alors que pourtant, je ne suis pas à la base un fan de Drone comme quoi, tout arrive.

PS : Si vous voulez vous procurez la bête, vous êtes arrivés trop tard car le cd est déjà sold out. Fallait pas m'attendre aussi...

1. Aquus Noctis Caeremonia

Les autres chroniques