Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Deströyer 666

Phoenix Rising

LabelSeason of Mist
styleBlack / Thrash
formatAlbum
paysAustralie
sortiejanvier 1999
La note de
U-Zine
9/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Phoenix Rising. Un nom à jamais culte dans les sombres cryptes du metal extrême. C'est 6 ans après que le bien-nommé KK Warslut ait quitté Bestial Warlust pour fonder Deströyer 666 que le phoenix embrasa notre monde. Aujourd'hui fer de lance de la scène australienne, et Black/Thrash de manière générale, Deströyer 666 doit tout à cet album. Sortit après un excellent Unchain The Wolves malheureusement oublié trop rapidement, c'est en 2000 que les choses se passent.

Quelles choses ? La création d'un son si particulier que celui des australiens. Sur Phoenix Rising, on aura droit à un Deströyer 666 au sommet de sa forme et de son inspiration. C'est ici qu'est né ce savant mélange de Black, de Death et de Thrash si génialement teinté de mélodies si épiques et guerrière, comme le démontrent des morceaux tels que I Am The Wargod (Ode To The Battle Slain), l'hymne à la guerre par excellence. La bataille est à son comble avec Lone Wolf Winter, la marche guerrière et haineuse de l'avant-bataille avec The Last Revelation ou The Eternal Glory Of War. La batterie claquante sert beaucoup ce côté guerrier avec ce son parfois martial, et les guitares puissantes survolent le tout de leur regard fier, les leads si uniques marquant au fer rouge la patte du groupe. Un élément indispensable au son Destroyer, c'est bien évidemment la basse. Très claire, elle contribue énormément aussi bien au côté bulldozer qu'à dominer les mélodies. Et puis comment ne pas parler de LA voix Black/Thrash par excellence ? KK Warslut dirige les opérations en proférant des ordres à tout le régiment Destroyer 666.

Mais il ne faut pas oublier une chose que Deströyer a fait sur cet album et ne refera probablement plus : la dimension mélancolique des mélodies, comme en témoigne par exemple la fin de l'album sur The Birth Of The Tragedy. Rares sont les albums de ce genre du metal qui possède des mélodies aussi travaillées, acérées et prenantes.

Le son quant à lui s'avère correspondre parfaitement au genre pratiqué, à la fois clair et puissant, formant un tout cohérent. Les troupes sont organisées. Et comme si tout ceci ne suffisait, on a affaire à une cover de grande classe.

Au final, nous voici face à un album kvlt de A à Z. Rien à redire, cet album mérite sa place sur toutes les étagères de ces pauvres fous que sont les auditeurs du metal extrême. Vous aimez la guerre ? Putain, vous attendez quoi pour sortir la cartouchière ?! En rang, sus à l'ennemi !

1. Rise of the Predator
2. The Last Revelation
3. Phoenix Rising
4. I Am the Wargod (Ode to the Battle Slain)
5. The Eternal Glory of War
6. Lone Wolf Winter
7. Ride the Solar Winds
8. The Birth of Tragedy

Les autres chroniques

Album

juin 2009 U-Zine

Deströyer 666

Defiance

Album

févr. 2016 ZSK

Deströyer 666

Wildfire

Album

févr. 2018 Raton

Deströyer 666

Call of the Wild